500 nouveaux enquêteurs japonais pour combattre le cybercrime et les vols de cryptos

A Tokyo, le gouvernement japonais vient d’ouvrir une nouvelle agence avec 500 fonctionnaires analystes et enquêteurs pour lutter contre la cybercriminalité et arrêter les escrocs du web.

 

Les hackeurs, voleurs de crypto-monnaies et autres cybercriminels seront désormais traqués par une nouvelle équipe japonaise composée de 500 policiers du net.

La mise en place de ce nouveau centre fait suite aux statistiques alarmantes concernant l’année 2017. En effet, on compte plus de 3 millions d’escroqueries diverses recensées pour environ 17 milliards de yens volés soit environ 130 millions d’euros.

Cette année, c’est l’échangeur japonais Coincheck victime d’un vol très important avec un préjudice estimé à plus de 500 millions de dollars, ce dernier a d’ailleurs choisi de fermer boutique comme 4 de ses concurrents suite aux nouvelles conditions imposées par l’organisme de régulation japonais FSA.

Les autorités n’ont toujours pas réussi à attraper le ou les auteurs de ce casse et pensent que l’argent dérobé aurait déjà été blanchi sur le Darknet et échangé contre d’autres crypto-monnaies.

A lire aussi : Bitfinex très intéressé pour quitter le Japon et s’installer en Suisse

Au Japon le cybercrime est omniprésent, depuis l’avènement et la démocratisation des monnaies virtuelles de plus en plus de vols sont commis. En comparant avec les statistiques de 2016, on peut voir que cette délinquance a doublé en 2017.

Source : Bitcoin.com