ActualitésRegulation

Allemagne : Le ministre des Finances rejoint ses homologues sur Libra

Le ministre allemand des Finances, Olaf Scholz, a déclaré que les régulateurs se devaient de surveiller le développement des crypto-monnaies comme Libra, la future pièce numérique de Facebook.

 

Hier, Scholz a exhorté les organes de régulation à veiller à ce que les cryptomonnaies émises par des entités privées ne menacent pas la stabilité financière et respectent la vie privée des utilisateurs.

“L’émission d’une monnaie n’appartient pas à une entreprise privée, car il s’agit d’un élément essentiel de la souveraineté de l’État.” a-t-il dit.

Alors que le G7 Finances se réunira aujourd’hui à Chantilly, notamment pour discuter de Libra, de nombreux politiciens et régulateurs autour du monde ont déjà exprimé leurs inquiétudes concernant le projet.

Scholz rejoint ainsi son homologue français, Bruno Le Maire, qui expliquait « qu’une société privée ne pouvait pas ni ne devait créer une monnaie qui pourrait entrer en concurrence avec les monnaies des états ».

Ce mardi, le directeur de Calibra (le portefeuille officiel de Libra), David Marcus, a tenté de défendre le projet devant plusieurs sénateurs américains très inquiets de l’arrivée d’une entreprise telle que Facebook à la tête d’une devise vendue comme la future monnaie mondiale.

Le géant des réseaux sociaux a prévu de lancer son jeton numérique au cours du premier trimestre 2020. Néanmoins, les régulateurs pourraient retarder, voire faire complètement capoter les plans de la multinationale, qui s’est déjà associée avec une vingtaine de grandes compagnies, comme PayPal ou Visa, à travers une association basée en Suisse, pour sécuriser son réseau blockchain.

L’euro est et reste le seul moyen de paiement légal dans la zone euro. Berlin coordonne ses efforts au niveau international avec ses alliés pour assurer la stabilité financière, la protection des consommateurs et la prévention du blanchiment de capitaux et du financement du terrorisme.” a ajouté Scholz.

A l’automne dernier, Scholz déclarait que les crypto-monnaies comme Bitcoin ne pourraient pas remplacer les devises classiques car elles consommaient trop d’énergie.

> La France met en place un groupe de travail du G7 pour les stablecoins

> Le Royaume-Uni s’attaque à la fraude liée à la cryptomonnaie

Commentaires

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*