Accueil L’AMF délivre désormais des visas pour les émetteurs d’ICOs
France, ICO, Régulation, Toute l'actualité

L’AMF délivre désormais des visas pour les émetteurs d’ICOs

Cryptonaute

Pourquoi faire confiance à Cryptonaute

Tous les articles, guides et analyses publiés sur Cryptonaute sont méticuleusement vérifiés par notre équipe d’éditeurs et de journalistes experts dans leur domaine, afin de garantir leur exactitude et leur pertinence. Nous gardons et publions uniquement les contenus vérifiés par des sources fiables, que ce soit par un site de confiance, un expert avéré ou par la personne source elle-même.

Rejoignez notre groupe Telegram pour rester au courant des dernières nouvelles crypto en direct.

Suite à l’adoption de la loi Pacte en avril dernier, l’AMF est maintenant en mesure de délivrer des labels optionnels aux entreprises qui lancent une ICO.

 

Depuis le 4 juin 2019, les sociétés qui émettent une Initial Coin Offering (ICO) peuvent obtenir un visa optionnel auprès de l’Autorité des marchés financiers (AMF), rapporte LaTribune.

Dévoilé au début de l’année 2018, adopté par l’Assemblé Nationale en septembre 2018 et présenté plus en détail en avril 2019 suite à l’adoption de la loi Pacte, le nouveau cadre juridique pour les ICOs en France est désormais en vigueur.

L’organisme de régulation français expliquait que les entreprises se devaient de respecter 4 conditions pour obtenir le label, à savoir : l’obligation pour l’émetteur d’être basé en France; l’utilisation d’un système pour suivre et sauvegarder les actifs collectés durant l’ICO; la réalisation d’un document comportant les principales informations de l’ICO ainsi que le respect des règles en matière de blanchiment et financement du terrorisme (KYC).

“Ce visa optionnel doit donner un avantage compétitif au porteur de projet l’ayant obtenu, en lui permettant de se dissocier des fraudeurs.” a commenté Anne Maréchal, directrice des affaires juridiques de l’AMF.

En outre, dans les prochains mois, les prestataires de services sur actifs numériques (PSAN) qui offrent des services d’échange ou de la conservation pourront également faire une demande de visa.

Les crypto-bourses et autres services custody seront toutefois dans l’obligation de s’enregistrer auprès de l’AMF pour exercer légalement en France, sous peine d’être condamnés à de la prison (jusqu’à 2 ans d’emprisonnement) et à payer une amende (jusqu’à 30 000 euros).

> Le gouvernement français cherche à tracer les crypto-transactions

> Paris : le 3ème Forum de la Blockchain aura lieu le 18 juin 2019

> EDF s’associe à iExec et déploie une DApp sur Ethereum

Questions & Réponses (0)

Vous avez une question? Notre panel d'experts est là pour vous répondre. Soumettre ma Question

Leave a Comment

Write a Review

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoignez notre groupe Telegram pour rester au courant des dernières nouvelles crypto en direct.
Ajoutez Cryptonaute à vos flux Google Actualités

Cryptonaute

Cryptonaute

Cryptonaute est un média en ligne français créé en 2017. Notre but est de démocratiser les cryptomonnaies et de fournir des informations qualitatives sur ce secteur parfois complexe. Composée de rédacteurs professionnels, notre équipe est passionnée par les nouvelles technologies et les changements apportés grâce aux cryptomonnaies.
Recevez toute l'actualité crypto en direct sur Telegram
Rejoignez notre groupe Telegram