ActualitésBanque

La Banque du Canada pose les bases d’une monnaie digitale

Crédit : Pixabay

Si le besoin se fait sentir, la Banque du Canada sera prête à émettre une monnaie numérique. Il s’agit toutefois de travaux préparatoires uniquement. Comme d’autres de ses homologues, la banque centrale ne juge pas une CBDC nécessaire aujourd’hui.

 

« Avant toute autre chose, la préparation est la clé du succès » déclarait le scientifique et inventeur Alexander Graham Bell. La Banque du Canada est bien décidée à appliquer ce principe en matière de monnaie numérique de banque centrale (CBDC).

Comme d’autres de ses homologues dans le monde, elle se lance dans des travaux de préparation. Dans un document publié mardi 25 février, la Banque du Canada précise ses plans visant à définir un prototype de monnaie digitale.

Une CBDC n’est pas nécessaire « pour le moment »

Pour son gouverneur adjoint, Tim Lane, il s’agit ainsi de poser les bases nécessaires à l’introduction d’une monnaie numérique, « si le besoin s’en faisait sentir ». Or, une telle crypto-monnaie n’est pas nécessaire à l’heure actuelle.

Les Canadiens sont bien desservis par l’écosystème de paiement existant, c’est pourquoi nous pensons qu’il n’est pas nécessaire que la Banque du Canada émette sa propre monnaie numérique pour le moment. Mais le monde peut changer très rapidement, nous devons donc nous préparer au cas où il en faudrait une,” considère Lane.

Pour la banque centrale, deux scénarios principaux justifieraient l’introduction effective d’une CBDC : la disparition ou quasi-disparition des espèces physiques, susceptible d’exclure certains citoyens de l’accès aux paiements, ainsi que les « sérieuses incursions » de crypto-monnaies privées.

Le premier scénario a d’ailleurs été mis en avant par la Banque de Suède pour justifier le lancement d’un prototype de monnaie numérique, en partenariat avec Accenture. Quant au second scénario, il fait référence, sans le nommer, au projet Libra de Facebook.

Etre prêt à réagir aux « incursions » de crypto-monnaies privées

Cette échéance est sans doute la plus proche pour la Banque du Canada. Dans cette optique, une monnaie numérique de banque centrale devrait être de nature à présenter des avantages susceptibles de contrecarrer un actif privé.

Pour Tim Lane, cela revient à « offrir les avantages d’une monnaie sûre, facile d’accès, privée et offrant une bonne réserve de valeur, mais dans une version numérique que les consommateurs pourraient utiliser pour faire des achats électroniques en ligne ou physiquement dans un magasin. »

La Banque du Canada ouvre des discussions pour préciser les contours d’une « éventuelle future monnaie numérique ». Elle annonce de « larges consultations » visant à déterminer, par exemple, les caractéristiques d’une CBDC « attractive » pour les commerçants et les utilisateurs.

Cohabitation avec d’autres modes de paiement, fonctionnement pour les transactions transfrontalières, conciliation de la protection de la vie privée et de la lutte contre les utilisations illicites sont les principaux domaines qui seront abordés au travers de ces consultations.

Les dernières news :

Commentaires

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*