Accueil L’ex CEO de Twitter promet une protection aux développeurs de Bitcoin
Toute l'actualité

L’ex CEO de Twitter promet une protection aux développeurs de Bitcoin

Marc-Antoine Caen Poletti
bitcoin btc craig wright jack dorsay

Comment les développeurs Bitcoin peuvent-ils échapper à l'ogre Craig Wright ?

Rejoignez notre groupe Telegram pour rester au courant des dernières nouvelles crypto en direct.

Les développeurs de Bitcoin peuvent dormir sur leurs deux oreilles. Jack Dorsey, le fondateur de Twitter souhaite créer une organisation non lucrative pour les accompagner juridiquement : danger pour l’informaticien et businessman australien Craig Wright, l’auto proclamé fondateur du Bitcoin.

 

Protéger les développeurs Bitcoin

Une option gratuite et volontaire, tournée vers ceux qui le souhaitent

Mercredi 12 janvier, Jack Dorsey, CEO de la fintech Block, entreprise américaine spécialisée dans le paiement mobile et électronique a envoyé un mail assez solennel destiné aux développeurs de Bitcoin. Cette missive annonce la création du « Bitcoin Légal Defense Fund » ou « Fonds de défense légale du Bitcoin ». Jack Dorsey écrit :

« La communauté Bitcoin fait actuellement l’objet de fronts multiples qui ont contraint certains développeurs à capituler en l’absence de soutien juridique ».

Il souhaite créer une entité à but non lucratif avec pour objectif la défense des développeurs de Bitcoin contre les poursuites judiciaires. Les domaines d’intervention sont divers et comptent « la recherche et l’engagement d’un avocat de la défense », « l’élaboration d’une stratégie de litige » et « le paiement des factures juridiques ». Ce sont les principales actions décrites par Jack Dorsey et les co-auteurs du mail, à savoir Alex Morcos (Chaincode Labs) et Martin White (professeur d’informatique). Les développeurs de Bitcoin sont libres de bénéficier de cette protection si ils le souhaitent. En octobre, l’entreprise Block annonçait déjà un investissement de 50 millions de dollars dans le Bitcoin, cela prouvant la sincérité de Dorsey quant à la sincérité de sa démarche.

cryptonaute twitter

La lutte contre Craig Wright

Cette aide pourrait être la bienvenue chez les 16 développeurs des 4 réseaux Bitcoin Satoshi Vision (BSV) en Europe, Bitcoin Core (BTC) aux États-Unis, Bitcoin Cash (BCH) en Nouvelle-Zélande et Bitcoin Cash ABC (ABC) au Japon. Ces derniers ont reçu une plainte civile intentée par Craig Wright devant un tribunal londonien, pour avoir refusé de coopérer pour la récupération de 111 000 bitcoins. En dollars, cette somme représente 4,8 milliards de dollars. Craig Wright est un informaticien australien qui prétend être le créateur du Bitcoin. Selon cet autoproclamé « fondateur du Bitcoin », ces 111 000 bitcoins lui reviendraient naturellement, mais les développeurs estiment manquer de preuves tangibles pour lui verser son dû.

En effet, Craig Wright est largement très controversé et ses affirmations contestées par une grande partie des connaisseurs du Bitcoin. De plus, son honnêteté peut facilement être mise en cause. Il prétend avoir perdu les clés cryptées de son réseau informatique lui permettant de récupérer ses crypto-monnaies. Pourtant, les seules signatures cryptographiques qu’il publie sont celles sur son blog en 2016 lorsque que la communauté lui demande de prouver son identité, et ces signatures étaient fausses. Ces bourdes lui valent le surnom de « Faketoshi », contraction entre « Fake » et « Satoshi », auteur du livre blanc du Bitcoin datant de 2008.

 

Une brève histoire de Faketoshi

Alors, génie incompris ou gros imposteur ? En 2013, après la mort de son compagnon David Kleiman, un procès a été intenté par son frère contre Craig Wright, pour s’approprier la moitié de 1,1 million de Bitcoins (somme de 54 milliards de dollars), qu’ils auraient minés ensemble. Selon la famille du compagnon, cette somme devrait leur revenir naturellement. Ils perdent le procès et malgré les rebondissements, nul n’a déterminé si l’informaticien était oui ou non le fondateur du BTC.

Plus tard en 2016, Craig Wright a contacté plusieurs médias (BBC, The Economist et GQ) en prétendant être le créateur du Bitcoin Satoshi Nakamoto, avec son partenaire David Kleiman qui est décédé en 2013. Pour prouver son identité, il donne comme preuve aux journalistes une signature cryptographique… qui en fait était disponible publiquement sur un explorateur de Blockchain en ligne.

Un usurpateur du Bitcoin

Malgré cette grossière erreur, il a continué sa mascarade en se revendiquant propriétaire de plusieurs centaines de milliers de Bitcoins, minés en 2008 lors de la création du Bitcoin. Il présente aux journalistes une signature numérique pour prouver  qu’il a accès à un Wallet de Satoshi mais après investigation, on se rendra compte que la signature était truquée. Cette action lui vaut un procès qui aura lieu en 2022, pour falsification de preuves. Mais que recherche Craig Wright ? Dans une interview de mai 2016, il explique ni vouloir d’argent, ni de succès. Pourquoi être resté anonyme de 2008 à 2015 puis soudainement surgir sous le feu des projecteurs ? Le fondateur de l’Ethereum, Vitalik Buterin expliquait brièvement au cours d’une interview les raisons pour lesquelles il ne croyait pas à cette affaire :

« Pourquoi ne pas avoir simplement montré une preuve comme la signature du premier bloc miné ? Rendre la signature publique, faire un blog très simple en 10 lignes pour expliquer, le publier et laisser la communauté cryptographique étudier son poste et en faire une conclusion, mais il a choisi l’autre chemin où il a écrit un post un sur un blog très long de 200 lignes, un post tellement confus que les experts ne l’ont pas compris. Il n’a montré la signature qu’à une ou deux personnes, dans un cercle très restreint, et on est censés lui faire confiance sur ça. »

Next steps ? L’action du Bitcoin Légal Defense Fund est déjà en cours ! Pendant que conseil d’administration composé des auteurs du mail commence à identifier les affaires judiciaires à défendre, un groupe d’avocats bénévoles se forme déjà. En attendant, Faketoshi n’a qu’à bien se tenir.

 

Rejoignez notre groupe Telegram pour rester au courant des dernières nouvelles crypto en direct.
Recevez toute l'actualité crypto en direct sur Telegram
Rejoignez notre groupe Telegram