Accueil Lutter contre le crypto crime : les blockchains réversibles comme solution ?
Actualités Crypto-monnaies, Toute l'actualité

Lutter contre le crypto crime : les blockchains réversibles comme solution ?

Alexandre Franc Rédacteur Author expertise
blockchains
Rejoignez notre groupe Telegram pour rester au courant des dernières nouvelles crypto en direct.

Les blockchains à transactions réversibles sont présentées comme étant une solution alternative pour contrer le crime. Mais cela va pourtant à l’encontre de ce que Bitcoin avait bâti dans l’idée d’un modèle décentralisé et non contrôlé par une quelconque entité. C’est pourtant l’université de Stanford qui en a fait la proposition en affirmant que cela pourrait aider à lutter contre le crime.

Si les cryptos restent fermement affiliées au dark web, les mentalités changent petit à petit. Cette proposition arrive dans un contexte où le business basé sur la criminalistique blockchain est en plein essor. Car contrairement à ce que l’on peut penser, Bitcoin et tous ses homologues ne sont pas totalement opaques au tracement des transactions. Il est possible de retracer tout le parcours effectué par les transactions sur les wallets pour déterminer qui est l’auteur d’un potentiel crime lié aux cryptos. Ainsi, l’idée de blockchains réversibles n’est pas si étonnante et devrait éviter d’avoir recours à ce genre d’enquête longue donnant toutefois de bons résultats.

Les blockchains réversibles : un réducteur de risques pour les institutions financières

Si les institutions financières sont si réticentes à intégrer les cryptos dans leurs services, c’est bien à cause de cette difficulté à retracer les transactions effectuées. Une réversibilité intégrée à la blockchain faciliterait grandement les enquêtes tout en rassurant les banques. Pour le moment, trouver une potentielle fraude est très technique et peut prendre jours, mois, voire années.

Les enquêteurs doivent examiner les transactions enregistrées sur les blockchains en déjouant toutes les tentatives de la part des criminels de masquer leurs transactions de jetons. Cela passe par le basculement très rapide entre différents registres, le masquage d’adresses IP, l’utilisation d’un mixer qui va regrouper plusieurs transactions en un bloc pour dissimuler les pistes, etc. La recherche de ces fraudes constitue un manque à gagner colossal pour les institutions. Ci-dessous un graphique qui nous présente le volume d’argent blanchi estimé par année et en dollar sur le marché crypto.

graphique blanchiment crypot blockchains
Graphique sur le blanchiment d’argent en dollar via les crypto-monnaies – Source : Chainalysis.

Au-delà du blanchiment, le monde crypto a connu un essor financier sans précédent qui a marqué son apogée en 2021. Depuis, un bear market frappe celui-ci, mais des signaux haussiers semblent se faire de plus en plus remarquer. Si vous pensez que le marché va bientôt reprendre, c’est sans doute le bon moment pour investir dans la technologie blockchain, et par conséquent, dans les cryptos !

L’investissement en crypto-monnaies est proposé par eToro (Europe) Ltd en tant que PSAN, enregistré auprès de l’AMF. Les crypto-monnaies sont très volatiles. Pas de protection des consommateurs.

La blockchain réversible : seule voie vers l’adoption générale ?

Le problème avec les blockchains non réversibles, c’est qu’elles n’offrent aucune garantie et aucune stabilité. Malheureusement, cela constitue un trop gros obstacle pour les institutions financières qui ne peuvent avoir la main mise sur ce genre de système. Pour offrir de la crypto-monnaie au grand public, il faut cependant que les forces de l’ordre puissent garantir de défendre les intérêts des banques.

De plus, la blockchain actuelle rend difficile la correction d’erreurs “fat fingers” qui peuvent parfois être très dommageables pour le marché. Le terme “fat finger” désigne une erreur des traders qui manipulent les chiffres avec des raccourcis clavier et vont donc très vite. Il arrive occasionnellement qu’un ordre ne soit pas entré correctement et que le prix affiché soit bien inférieur à celui réel ou que la devise ne soit pas correcte. Ainsi, un ordre libellé en dollar peut se transformer en yen et faire de gros dégâts à cause d’un moment d’inattention. Dans ce cas, il faut pouvoir vite retrouver l’origine du problème et le corriger. Ce genre de problème peut être difficilement géré sur la blockchain.

cryptonaute twitter

Quel avenir pour des blockchains non décentralisées ?

Vous pouvez l’imaginer, ce concept pose de gros problèmes quant à l’essence même de la technologie blockchain. Avec cette notion, c’est l’idée de blockchain même qui est corrompue. L’ouverture de la blockchain à la réversibilité, pourrait la rendre tout aussi vulnérable que les devises traditionnelles contrôlées par des entités. La décentralisation est au cœur de l’intérêt que le monde porte à la technologie blockchain, et l’en posséder n’aurait que très peu de sens. Que ce soit pour des raisons idéologiques ou de confidentialité, le modèle crypto est fortement incompatible avec les régulateurs. C’est cette idée d’anonymat qui attire tant et qui effraie aussi les États et les banques. Car la blockchain favorise les fraudes aux taxes, ainsi que la vente de produits illégaux.

Mais des pointures du monde crypto semblent reconnaître l’intérêt que pourrait avoir une blockchain réversible. C’est le cas de Vitalik Buterin, le co-fondateur d’Ethereum qui semble ne pas être contre l’idée de développer une sous-couche réversible basée sur Ethereum. Cet Ethereum bis, aurait pour fonction de supporter des transactions transparentes avec la possibilité de les annuler durant X jours. Ainsi, cela faciliterait l’établissement de contrats entre différentes parties sans pour autant se substituer à la blockchain initiale Ethereum.

Les entreprises criminalistiques : future concentration du pouvoir

Une blockchain mutable (qui peut être inversée au niveau des transactions) risquerait de donner aux entreprises criminalistiques le monopole du contrôle des blockchains. Les organismes gouvernementaux et institutions financières doivent pouvoir contrôler les finances des entreprises pour éviter la fraude. L’adoption massive d’une blockchain réversible donnerait aux sociétés criminalistique la protection de l’intégralité de la blockchain. Cela poserait un très gros problème où il faudrait faire confiance à des entreprises privées pour gérer une monnaie globale.

Il semblerait que la blockchain soit totalement incompatible avec le modèle financier existant. Il y a peu de chances que ces blockchains réversibles obtiennent un succès à la mesure de ce qu’a pu être Bitcoin. Si la finance décentralisée n’arrive pas à proposer une solution qui puisse concilier stabilité et un processus décentralisé similaire, les institutions financières risquent de continuer à bouder les cryptos. Quoi qu’il en soit, le marché crypto regorge de nouveaux projets qui ne demandent qu’à être découverts, rendez-vous sur notre page des meilleurs projets crypto du moment pour en savoir plus !

Rejoignez notre groupe Telegram pour rester au courant des dernières nouvelles crypto en direct.

Alexandre Franc Rédacteur

Alexandre Franc Rédacteur

Avec une appétence forte pour l’économie et la finance, Alexandre s’est tout naturellement tourné vers une licence associée à ces disciplines, à l’Université Paris-Est Créteil. C’est véritablement en 3ᵉ année de licence qu’il se passionne pour le domaine des cryptomonnaies, en parallèle de sa spécialisation sur des thématiques de e-commerce, et plus particulièrement sur le référencement naturel.

À ce moment-là, Bitcoin commençait tout juste à se frayer un chemin auprès du grand public, et affichait alors au compteur, un prix modeste de 4 000 euros le BTC. Il ne lui en fallut pas plus pour se pencher davantage sur la question et s’aventurer dans le monde complexe (mais passionnant) de la blockchain. 

Il découvre ainsi, tout un monde, à mi-chemin entre le web, la finance, et les nouvelles technologies qui s’accorde à merveille avec sa quête universitaire et ses aspirations professionnelles. 

En 2019, pendant cette même année de licence, il investit ses premiers euros dans Bitcoin, et étudie cette thématique en profondeur, comme tout bon investisseur qui se respecte. Les années passent, et l’univers des cryptomonnaies continue de se développer. Alexandre décroche son Master en commerce électronique, classé dans le top 10 français, et mention bien à la clé s’il vous plaît !

Il se lance alors dans la rédaction de contenus web, et commence à se faire la main (surtout les doigts) sur des thématiques diverses. Pour autant, il se tourne rapidement vers des sujets qu’il affectionne, dont la rédaction de contenus sur l’économie et la finance, le SEO, les casinos en ligne, et pour finir… les cryptomonnaies. 

Vous vous en doutez, c’est véritablement dans cette 5ᵉ thématique que Alexandre s’est épanoui, tout en arborant un profil spécialisé dans le référencement naturel, acquis lors de ses nombreux stages en entreprise. 

Aujourd’hui, Alexandre continue d’affiner son expertise envers les cryptomonnaies et d’aiguiser ses connaissances financières, pour vous proposer un contenu à la fois synthétique et pertinent sur cet univers en constante expansion. 

Mais lorsque Alexandre ne se trouve pas devant son écran d’ordinateur à arpenter les dernières actualités croustillantes du moment et les graphiques en dents de scie de Trading View et CoinMarketCap, il aime découvrir de nouvelles contrées éloignées et y gravir quelques montagnes par la même occasion. Après tout, il est toujours indispensable de faire le vide de temps à autre, pour supporter le caractère impétueux du marché crypto ! 

Recevez toute l'actualité crypto en direct sur Telegram
Rejoignez notre groupe Telegram