ActualitésBlockchain

Carrefour s’associe à Nestlé pour suivre la purée Mousline sur la blockchain

Le géant français de la grande distribution Carrefour a noué un partenariat avec l’entreprise suisse Nestlé afin de garantir la provenance des pommes de terre utilisées dans la purée de marque Mousline grâce à la plateforme blockchain IBM Food Trust.

 

Lors d’une interview accordée à BFM Business, Emmanuel Delerm, directeur du programme blockchain chez Carrefour, a discuté de la nouvelle alliance créée avec Nestlé visant à utiliser la blockchain pour le suivi de la purée Mousline.

“Cela permet aux consommateurs de savoir exactement comment est fait son produit, par qui il a été fait et d’où viennent les pommes de terres, c’est-à-dire de la Somme et d’autour de l’usine Mousline. Avec son smartphone, il a toutes les informations sur la provenance, sur le type de pommes de terre, sur la date de fabrication, sur la DLC et surtout sur son parcours.” a déclaré Delerm.

Ce n’est pas le premier produit suivi sur la blockchain par Carrefour. En mars 2018, le groupe a commencé à suivre les poulets d’Auvergne. A l’automne dernier, il a rejoint la plateforme blockchain IBM Food Trust et plus récemment, il a mis en place un suivi complet pour son lait frais de sa filière Qualité Carrefour.

Concernant la véritable garantie apportée par la blockchain, notamment dans le cas où l’information entrée dans la blockchain est fausse au départ, Delerm a expliqué :

“On met en avant les gens qui font le contrôle qualité, notamment à l’usine, et quand c’est des produits frais chez nous, les gens qui font les contrôles qualités aussi chez Carrefour. On baisse pas la garde, on met ça en avant, on le partage avec le consommateur et on lui explique ce qu’on fait […]. La blockchain est une nouvelle façon de partager de l’information, de manière totalement sécurisée et inaltérable.”

Depuis décembre 2018, son concurrent Auchan utilise également la blockchain pour suivre certains de ses produits. L’enseigne s’est toutefois tournée vers la solution blockchain de la startup allemande Te-Food et non vers celle d’IBM.

En début d’année, pour l’ouverture du salon de l’Agriculture, Emmanuel Macron déclarait que l’Europe devait s’appuyer sur les nouvelles technologies telles que la blockchain afin d’être à “l’avant-garde de la traçabilité en matière alimentaire“.

> La distillerie écossaise William Grant se tourne vers la blockchain pour suivre ses produits

Commentaires

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*