Accueil Comment la Blockchain peut aider à lutter contre la contrefaçon ?
Régulation, Toute l'actualité

Comment la Blockchain peut aider à lutter contre la contrefaçon ?

Charles Ledoux
Rejoignez notre groupe Telegram pour rester au courant des dernières nouvelles crypto en direct.

La contrefaçon fait partie des problèmes économiques majeurs à l’origine de lourdes pertes financières pour les entreprises du monde entier. Elle entraîne des poursuites judiciaires potentielles, des préjudices pour les clients, des réductions de bénéfices et des atteintes à la réputation d’une marque sur le long terme.

Un rapport publié par la Commission européenne indique que plus de 27 millions d’articles ont été soupçonnés de porter atteinte aux droits de propriété intellectuelle, seulement en 2018.

Les entreprises de l’Union européenne sont confrontées à la contrefaçon depuis des années, investissant du temps et de l’argent pour s’assurer que les produits contrefaits n’intègrent pas dans la chaîne d’approvisionnement et ne parviennent pas aux consommateurs finaux.

Dans la plupart des cas, les entreprises de l’UE combattent un ennemi invisible. En effet, le manque de données, de réseau et d’accords d’approvisionnement apporte plus de difficultés pour déterminer le point de départ de la contrefaçon et procéder à sa suspension. Des manquements que la blockchain pourrait combler.

Utiliser la technologie blockchain pour suivre les produits

Alors que la demande des consommateurs augmente, les contrefacteurs voudraient prospérer et accroître leur part de marché et leur présence. Ces derniers temps, il y a eu une émergence importante de plateformes alimentées par la blockchain qui fournissent des outils personnalisés aux entreprises pour lutter contre la contrefaçon.

Le programme Douane mis en place pour lutter contre les contrefaçons. Source : taxation-customs.ec.europa

Pour mieux lutter contre la contrefaçon, les entreprises peuvent utiliser le suivi de bout en bout d’un produit ou de l’expédition. La technologie blockchain pourrait apporter sa pierre à l’édifice dans cette mission. En effet, elle est formée d’un registre partagé immuable qui peut procéder à l’enregistrement de la transaction et le contrôle des mouvements du produit à tous les niveaux du réseau de l’entreprise.

Autrement dit, la blockchain garantit le suivi sécurisé du début de la chaîne d’approvisionnement jusqu’à l’obtention du produit fini par le client. De ce fait, la blockchain peut lutter contre la contrefaçon grâce à l’identification de la preuve d’origine des produits.

Les entreprises n’auront qu’à implanter la technologie blockchain sur leur produit via des balises intelligentes qui assurent la traçabilité des articles en temps réel, et ce, tout au long de la chaîne d’approvisionnement.

Sans compter la vérification des informations complémentaires, comme la date de fabrication. Parmi les types de balises intelligentes que les entreprises peuvent allier à la blockchain, il y a lieu de retenir : le code QR, les étiquettes RFID et le marquage au laser.

L’investissement en crypto-monnaies est proposé par eToro (Europe) Ltd en tant que PSAN, enregistré auprès de l’AMF. Les crypto-monnaies sont très volatiles. Pas de protection des consommateurs.

cryptonaute twitter

Les codes QR

Les codes QR ou codes de réponse rapide sont les balises intelligentes les plus utilisées dans les entreprises. Les codes QR favorisent l’engagement et l’interaction via un smartphone ou une tablette.

La mise en œuvre du code QR sur le produit permet aux entreprises de transférer des informations telles que la date de fabrication, le site web de l’entreprise ou le numéro de service client.

Les codes QR permettent également aux entreprises d’exécuter le paiement et le suivi des expéditions sans tracas. Une façon simple et efficace d’utiliser la blockchain pour déjouer les contrefaçons.

Les étiquettes d’identification par radiofréquence

Les étiquettes RFID sont des étiquettes qui utilisent la radiofréquence pour la transmission des informations à un lecteur. Le lecteur est un appareil qui s’occupe de l’émission des ondes radio et de la réception des signaux des étiquettes RFID.

Des étiquettes RFID sont apposées sur des produits individuels et des lecteurs sont déployés le long des zones surveillées pour recevoir des signaux qui permettent de tracer tous les mouvements du produit, à l’intérieur et à l’extérieur de chaque étiquette.

Toutefois, l’inconvénient majeur des étiquettes d’identification par radiofréquence réside dans le coût unitaire et le coût d’intégration. Des dépenses conséquentes, qui peuvent empêcher des entreprises d’effectuer un déploiement à grande échelle de produit.

Le marquage au laser sur surface métallique ou céramique

Les machines de marquage laser intègrent des codes à barres et des graphiques sur une surface métallique ou céramique. Certaines de ces machines de marquage produisent une matrice de données 2D que les utilisateurs numérisent à l’aide d’un scanner adapté pour collecter les données et garantir le suivi des produits.

Lorsque l’une de ces balises intelligentes est reliée à un produit, les données de chaque transaction sont envoyées à la blockchain avec l’horodatage qui crée un layer fiable pour les données afin de les rendre immuables. Ainsi, les propriétaires de marques peuvent suivre facilement l’expédition dès la sortie de l’usine.

Étant donné que le plus grand défi pour les entreprises de l’UE a toujours été de déterminer l’origine de la contrefaçon dans la chaîne d’approvisionnement, les plateformes basées sur la blockchain fournissent des outils personnalisables aux entreprises de l’UE pour faire face à ce problème. De plus, les solutions compatibles avec la blockchain peuvent être facilement intégrées dans n’importe quel système d’entreprise et le rendre plus efficace.

Bilan

La blockchain n’est peut-être pas une solution pour tous les fabricants ou propriétaires de marques, car il y a plusieurs facteurs à prendre en compte comme la taille et la complexité de la chaîne d’approvisionnement, la valeur du produit cible et le niveau de contrefaçon se produisant en ce qui concerne la marque.

Les entreprises de l’UE qui envisagent d’adopter la technologie blockchain pour lutter contre la contrefaçon devraient effectuer une analyse approfondie pour déterminer les avantages financiers de la mise en œuvre dans la chaîne d’approvisionnement.


Source : Original


Sur le même sujet :

Rejoignez notre groupe Telegram pour rester au courant des dernières nouvelles crypto en direct.

Charles Ledoux

Charles Ledoux

Charles Ledoux est un rédacteur pour Cryptonaute avec une expertise pour les crypto-monnaies et la technologie blockchain. Grâce à sa formation dans la « Crypto-Academy » du célèbre YouTubeur Pompliano, il a pu passer un mois à se former avec les meilleurs spécialistes de l’industrie des crypto-monnaies. C’est en observant des similitudes frappantes entre la permaculture et la technologie du Bitcoin qu’il a réussi à avoir une perspective et une expertise rare sur la technologie et son fonctionnement.

Après avoir écrit son premier livre à 10 ans et plusieurs autres ouvrages depuis, Charles met désormais en pratique son talent d’écrivain pour apporter le meilleur contenu possible aux lecteurs de Cryptonaute. Après avoir rencontré des dizaines d’acteurs majeurs de l’industrie et s’être créé un réseau de centaines de builders web 3, il apportera de nombreux contenus originaux comme des interviews, ou encore des enquêtes exclusives. En plus de son expertise technique sur la technologie blockchain, Charles permettra aux lecteurs d’être au “cœur” de l’industrie crypto.

Déterminé à créer le meilleur contenu possible, il a également le souhait de relayer des informations exclusives qui apportent de la véritable valeur ajoutée à l’industrie florissante des médias crypto.

Recevez toute l'actualité crypto en direct sur Telegram
Rejoignez notre groupe Telegram