Actualités

Cyberattaque : La Corée du Nord dément les accusations de l’ONU

L’affaire date du mois dernier. Un rapport émis par les Nations Unies et consulté par Reuters, indiquait que la Corée du Nord se serait adonnée à des « cyber-malversations ».

L’objectif établi : contrer les sanctions économiques auxquelles le pays fait face ; générer une nouvelle forme de revenus en vue de financer ses programmes de missiles et d’armes nucléaires.

Pour ce faire, et toujours selon ce rapport, la Corée du Nord aurait eu recours à des technologies de pointe pour s’attribuer une partie des fonds liés à des institutions financières et à des plateformes d’échange de cryptomonnaies : soit 2 milliards de dollars.

Hier, la Corée du Nord a officiellement et fermement nié ces allégations, via la KCNA. L’agence centrale de presse nord-coréenne accuse : « Les Etats-Unis et autres forces hostiles répandent en ce moment des rumeurs insultantes ».

L’objectif, à peine caché, serait de discréditer la RPDC* et de tenter de justifier les pressions économiques à son encontre, selon un porte-parole du Comité national de coordination de la RPDC dans la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. *la république populaire démocratique de Corée

Une manière de répondre aux propos tenus par Mike Pompeo ? En effet, le secrétaire d’Etat américain fustigeait la semaine dernière le régime, en lui attribuant un « comportement de voyou».

Un scénario digne des plus grands romans de la cryptosphère. Pourtant ces soupçons de cyberattaques nord-coréennes ne datent pas d’hier. Pyongyang est accusé ces dernières années d’une série d’attaques en ligne contre, majoritairement, des réseaux financiers, aux États-Unis, en Corée du Sud et dans plus d’une douzaine d’autres pays.

Rappelez-vous la cyberattaque à l’encontre de Sony Pictures Entertainement en 2014 ? ou encore le vol de 81 millions de dollars d’une banque au Bengladesh en 2016 ? derrière ces affaires un nom se murmure : Lazarus. Un groupe de pirates soupçonné de cyberattaques sur plusieurs institutions financières à travers le monde. On le soupçonne d’être à la solde de la RPDC pour créditer les fonds du régime.

Crédit miniature : Corée du Nord – Pixabay

Les dernières news :

Commentaires

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*