Le fabricant de crypto-wallets Ledger envisage des licenciements

La startup française Ledger souhaite réorganiser ses activités et pourrait prochainement se séparer de 10% de son personnel.

 

L’un des plus grands fabricants de portefeuilles physiques pour les crypto-monnaies comme Bitcoin, Ledger, est également touché par « l’hiver crypto » et envisage de licencier une vingtaine de personnes, rapporte LesEchos.

La firme qui emploie environ 200 salariés et qui a vendu plus de 1,4 million de son produit phare, Nano S, devrait couper dans ses effectifs liés au support client.

“Rien n’a encore été arrêté, mais on va se réorganiser notamment en mettant le paquet sur l’ingénierie et le développement des produits. Ledger continue de se développer.” a commenté Eric Larchevêque, PDG de Ledger, aux Echos sans donner plus de détails.

Sur Twitter, suite à la question d’un internaute, Larchevêque a précisé que cette restructuration n’aura pas d’incidence sur leur usine basée à Sologne en France.

Avec la baisse des cours des crypto-monnaies, de nombreuses startups blockchain sont dans l’obligation de rationaliser leurs activités. Des grands noms tels que ConsenSys, Bithumb, la fondation NEM, Shapeshift ou le géant Bitmain se sont séparés d’une partie de leur personnel au cours des 6 derniers mois.

Alors que les ventes de Nano S ont considérablement baissé depuis le boom des cryptos, Ledger s’est diversifié et propose désormais des solutions dédiées aux investisseurs institutionnels, comme Ledger Vault, que nous présentait Larchevêque à l’automne dernier.

La jeune pousse se prépare aussi à commercialiser le Ledger Nano X, grand frère du Nano S. Toutefois, suite à des problèmes de production, Ledger a reporté sa sortie, prévue initialement pour mars 2019, au mois prochain (mai).

> Ledger et Legacy Trust dévoilent une offre custody pour les institutionnels

> Le Ledger Nano S désormais compatible avec Cardano (ADA)