ActualitésBlockchain

Ford traque sur la blockchain les émissions de CO2 de ses véhicules hybrides

Pour accompagner les tests de ses véhicules hybrides, Ford lance des pilotes pour des technologies de geofencing et de blockchain. Le registre distribué lui permettra de suivre les rejets de CO2 de ses véhicules dans les zones à faibles émissions des centres urbains.

 

Préoccupation écologique oblige, Ford met à contribution la technologie pour mesurer les bénéfices de ses véhicules professionnels dans les zones à faibles émissions des centres-villes. Le constructeur souhaite ainsi traquer les émissions de ses utilitaires Transit Custom Plug-In Hybrid.

Des tests sont lancés dans plusieurs villes européennes : Cologne, Londres et Valence. Ford espère de cette façon « optimiser les avantages environnementaux de ces véhicules » et en faire un réel argument commercial pour les propriétaires et exploitants de véhicules utilitaires.

Les émissions stockées et partagées avec les municipalités

A ses véhicules, Ford adosse des technologies de geofencing (géorepérage) et de blockchain. Ces solutions permettront de suivre avec précision les trajets et d’augmenter le nombre de « kilomètres verts » parcourus par les utilitaires.

Le géorepérage doit faciliter pour les chauffeurs le repérage (via les coordonnées GPS) des zones à faibles émissions introduites par certaines villes comme Cologne pour améliorer la qualité de l’air et en détourner les véhicules polluants.

Grâce à sa technologie de geofencing, le véhicule Ford détecte les zones réglementées et bascule en mode électrique. Les déplacements dans ces zones sont parallèlement enregistrés dans un registre distribué, une blockchain.

Le recours à la blockchain doit ainsi garantir que les données sur les « émissions sont stockées en toute sécurité et partagées entre les parties concernées, y compris les autorités municipales et les propriétaires du véhicule ou du parc automobile. »

A Cologne, « la sécurité, la confiance et la transparence des données sur les émissions sont d’une importance capitale pour toutes les parties prenantes à ce projet et sont essentielles pour notre vision d’un air plus pur dans la ville » met en avant le président de Ford en Allemagne, Gunnar Herrmann, dans un communiqué.

Récemment, on apprenait que la firme américaine allait tester un système d’identification blockchain pour véhicules à travers le projet MOBI (Mobility Open Blockchain Initiative), une initiative qui regroupe les plus grands constructeurs automobiles de la planète.

Les dernières news :

Commentaires

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*