France : 6 crypto-monnaies et projets blockchain français

En France, nous avons aussi des entrepreneurs talentueux et intéressés par la technologie blockchain. Nous allons vous présenter 6 crypto-monnaies créées en partie par des cerveaux français et qui méritent le coup d’œil.

 

Talao (TALAO)

Talao souhaite développer une place de marché décentralisée permettant aux entreprises de pouvoir recruter du personnel qualifié de manière plus efficace avec son jeton TALAO au cœur du service.

Notamment parrainé par Airbus, nous avions déjà évoqué ce projet blockchain lors d’un précédent article. L’ICO de Talao est actuellement en cours et offre la possibilité de se procurer des jetons TALAO via la devise Ethereum (1 ETH pour 1000 TALAO).

 

DomRaider (DRT)

La crypto-monnaie DRT a été lancée par la société française Domraider en octobre 2017. Elle peut être utilisée sur la plateforme blockchain nommée Auctionity développée par l’entreprise basée à Clermont-Ferrand.

Auctionity est un service décentralisé permettant la gestion d’enchères en temps réel. Le DomRaider (DRT) se classe à la 538e place du classement CoinMarketCap avec une capitalisation totale de 6,6 millions d’euros.

 

Ark (ARK)

Ark est une plateforme blockchain permettant l’utilisation de sidechains et la mise en place de contrats intelligents et d’applications décentralisées afin de permettre aux blockchains existantes d’interagir entre elles.

Lancée en novembre 2017 par l’entrepreneur François-Xavier Thoorens (ancien développeur français de Lisk) via une société basée dans le Jura, la crypto-monnaie évolue aujourd’hui à la 60e place du classement CoinMarketCap avec une capitalisation totale de 161 millions de dollars. Un des plus gros succès français à l’heure actuelle.

 

LGO Exchange (LGO)

LGO développe une plateforme d’échange crypto-monnaie nommée LGO Exchange avec l’ambition de proposer un endroit sécurisé et équitable pour les crypto-traders.

Basée à bordeaux et à New-York, l’entreprise a levé 18 millions de dollars lors de son ICO en février 2018. Le LGO est aujourd’hui en 247e position sur CoinMarketCap avec une capitalisation totale de 26 millions de dollars.

 

Kleros (PNK)

Kleros souhaite construire une plateforme blockchain visant à devenir une sorte de tribunal décentralisé pour l’internet. C’est une organisation blockchain fondée par une société française (SCIC). Voici 2 exemples de cas d’utilisation réelle pour mieux comprendre :

  • Un contrat entre une entreprise et un freelancer n’est pas honoré de manière satisfaisante, un jury d’experts votent et donnent leur verdict.
  • Un produit acheté en ligne ne répond pas à la norme annoncée. Le jury se prononce en faveur de l’acheteur et Kleros renvoie les fonds grâce à un contrat intelligent.

Techniquement, les fonds sont d’abord stockés dans un contrat intelligent, la plateforme est alors en mesure de bloquer les fonds et faire intervenir un jury en cas de mésentente. Les jetons utilisés sur Kleros sont les Pinakion Token (PNK), l’ICO est actuellement en cours et accepte la devise Ethereum.

 

iExec (RLC)

iExec a pour ambition de “décentraliser le cloud” soit offrir la possibilité aux personnes disposant de puissance informatique inutilisée de louer leurs ressources à des personnes ou entreprises dans le besoin puis d’être rémunérées via la devise digitale RCL.

La crypto-monnaie RCL lancée en avril 2017 par une startup lyonnaise trône fièrement à la 128e place du classement des crypto-monnaies avec une capitalisation totale de 67 millions de dollars.

 

Cet article ne constitue pas une recommandation d’investissement, les organisations blockchain présentées ci-dessus n’ont pas forcément leur siège social basé en France. Vous devez toujours effectuer vos propres recherches avant d’investir et être prêt à perdre votre investissement.

A voir aussi :


La newsletter de Cryptonaute :