L’histoire de Bitcoin racontée à travers 6 types d’investisseurs différents

Depuis sa création en 2009, le Bitcoin a traversé une série de haut et de bas de plus en plus spectaculaires.

Aujourd’hui, le cours du Bitcoin évolue entre 6000 et 8000$, soit tout de même 5 fois plus que sa valeur enregistrée au début de la dernière bulle en avril 2017.

Voici son histoire retracée à travers la vision de 6 groupes d’acheteurs différents.

 

Les idéalistes

Le Bitcoin (BTC) a été émis par un petit groupe de cryptographes et vise à résoudre le problème de double-dépense de la monnaie virtuelle : Empêcher la copie d’un fichier numérique et son utilisation plusieurs fois. Ce problème est traité depuis longtemps par les banques grâce à des systèmes centralisés. Cependant, les ingénieurs de Bitcoin souhaitaient mettre en place une solution plus proche de “l’argent physique” : Privé, intraçable et sans autorité tiers.

Ce premier récit a été rédigé par Satoshi Nakamoto dans le livre blanc de Bitcoin et affirme que la devise pourrait être supérieure aux formes de monnaie électronique existantes comme les cartes de crédit.

 

Les libertaires

Le Bitcoin a rapidement séduit un deuxième public peu impliqué dans la cryptographie mais intéressé par l’indépendance que procure la monnaie, notamment grâce à sa décentralisation et l’absence d’autorité des banques centrales.

Aussi, la limite d’émission de bitcoins (21 millions de bitcoins maximum) a été un argument de poids pour les libertaires. Ils sont vite devenus de grands défenseurs de Bitcoin, plus comme un acte de rébellion que pour faire de l’argent.

 

Les nerds

Cette troisième communauté s’est intéressée au Bitcoin à partir de juillet 2010 lorsque le site réservé à un public très averti, Slashdot.org, a fait passer le mot sur cette nouvelle monnaie.

Les nerds ont été influencés par l’idéologie californienne et considèrent que la technologie bouleversera complètement le monde. Ainsi, capables de comprendre le potentiel ou simplement pour suivre les autres, beaucoup ont acheté de petites quantités de Bitcoin à des prix dérisoires. Lors de la première bulle, ils étaient quelque peu déconcertés puis se sont habitués à vivre avec ce genre de fluctuations. Le mot HODL a même été créé suite aux bulles, en référence à un message d’un bitcoiner qui avait mal orthographié le mot HOLD (tenir en anglais, ne pas vendre ses bitcoins).

Les hodleurs ont ensuite commencé à rêver et parler de Lambo en référence à la voiture de sport italienne Lamborghini. En outre, la célèbre expression “to the Moon” (vers la lune, pour indiquer qu’un cours va monter très haut) a été utilisée plus de 178 000 fois sur le premier forum du Bitcoin (BitcoinTalk).

 

Les traders

Le groupe des traders tente d’exploiter la volatilité du cours de Bitcoin en procédant à des centaines de transactions chaque jour. Ils ne s’intéressent pas vraiment à la technologie ni aux valeurs que porte le Bitcoin, leur but est seulement de faire du profit.

 

Les investisseurs

Souvent novices dans l’investissement et attirés par les bulles Bitcoin, ils achètent du BTC sans trop se poser de questions et espèrent pouvoir profiter de la future fluctuation des prix. Ironiquement, ils découvrent souvent le Bitcoin via des médias plus mainstream incitant à ne pas investir dans la crypto-monnaie.

 

Les fonds d’investissement ou investisseurs avertis

D’après une théorie, le cours du Bitcoin ne serait corrélé à aucun autre actif. Certains professionnels y voient une façon de se protéger des risques les plus importants du système financier. Ce nouveau groupe pourrait très largement aider Bitcoin à s’imposer comme un “actif reconnu” auprès des investisseurs plus traditionnels.

 

Le mot de la fin

Bitcoin pourrait bien s’effondrer à nouveau, mais tout autre actif financier pourrait subir le même sort. Investir dans Bitcoin n’est ni plus ni moins risqué que d’investir dans la dernière société technologique cotée en bourse.

Ce billet est une traduction de l’article de Dave Elder-Vass, professeur en sociologie à l’Université de Loughborough en Angleterre, publié sur TheConversation.

  A voir aussi :

Selon un développeur bitcoin, Satoshi Nakamoto était excentrique et paranoïaque

>  Mark W. Yusko toujours confiant pour un bitcoin à 500 000$ en 2024

Weiss Ratings : Bitcoin est un échec en tant que devise

Investir dans les crypto-actifs est très risqué. Il y a très peu de réglementations les concernant et leurs cours ne reposent pas sur des organismes officiels. Il est donc très fortement déconseillé de faire des investissements que vous ne pouvez vous permettre de perdre.


La newsletter de Cryptonaute :