Accueil JPMorgan : le géant américain rachète tous les actifs de la First Republic Bank
Actualités Financières, Banque, Toute l'actualité

JPMorgan : le géant américain rachète tous les actifs de la First Republic Bank

David Rajaonary
jp-morgan-First-Republic-Bank
Rejoignez notre groupe Telegram pour rester au courant des dernières nouvelles crypto en direct.

Les 84 succursales de la First Republic, réparties dans huit États, se lèvent ce lundi sous les couleurs de JPMorgan. La Federal Deposit Insurance Corporation (FDIC) a joué un rôle central dans cette opération, orchestrant la saisie administrative et la vente à JPMorgan. Cela n’a pas été sans conséquences, puisque le fonds d’assurance de la FDIC doit couvrir environ 13 milliards de dollars de pertes.

JPMorgan remporte les enchères pour 203 milliards d’actifs de la First Republic Bank

Les autres banques candidates au rachat de la banque régionale étaient Citizens Financial Group, PNC Financial Services Group et Wells Fargo. La FDIC a tenu une vente aux enchères accélérée ce week-end et choisi l’offre la plus avantageuse pour les clients et les créanciers de la banque déchue. La FDIC a écarté ces 3 offres car toutes proposaient seulement un rachat partiel.

En d’autres termes, elles ne portaient que sur une partie des actifs de la First Republic, et non sur la totalité. Elles visaient notamment à reprendre les agences, les clients et les prêts les plus rentables de la banque, en laissant de côté les actifs les plus risqués ou les moins performants. JP Morgan a été le seul à faire une offre de rachat globale, incluant une grande majorité des actifs (173 milliards de prêts en cours + 30 milliards de titres) ET les dettes de la First Republic. Rappelons que la First Republic détenait environ 229,1 milliards de dollars d’actifs et 103,9 milliards de dollars de dépôts.

Les difficultés de la First Republic sont liées à la crise bancaire qui a éclaté aux Etats-Unis en mars 2023, suite à la faillite de deux banques régionales spécialisées dans le financement du secteur technologique: la Silicon Valley Bank (SVB) et la Signature Bank. La First Republic partageait le même profil de clientèle fortunée et le même modèle d’affaires basé sur les prêts aux entreprises innovantes.

Son cours de Bourse a chuté de 97 % entre le début de l’année et le 1er mai, passant de 180 dollars à 4 dollars. La banque a tenté de se refinancer auprès d’autres établissements financiers, mais même une bouée de 30 milliards n’aura pas suffi.

Banque historique américaine, la JPMorgan est aussi devenue très active récemment dans la DeFi et les services de garde crypto à sa clientèle patrimoniale
cryptonaute twitter

La situation des banques régionales américaines est très tendue depuis les faillites de la Silicon Valley Bank et de la Signature Bank en mars

La SVB et la Signature étaient très exposées au secteur technologique. Or celui-ci a connu une forte correction boursière. Le resserrement monétaire de la Réserve fédérale américaine a augmenté les taux d’intérêt et rendu le financement plus coûteux pour les entreprises technologiques, déjà endettées. Plusieurs autres banques régionales ont donc vu ce type de sociétés faire faillite ou retirer massivement leurs dépôts, ce qui a mis en péril leur liquidité et leur solvabilité.

Certaines ont dû être sauvées par des injections de fonds ou des reprises par des banques plus grandes. Ce fut le cas de la First Republic Bank, qui a reçu 30 milliards de dollars de la part de 11 grandes banques américaines le 16 mars, mais cela n’a pas suffi à la sauver. C’est aussi le cas de la City National Bank, qui a été acquise par Wells Fargo le 10 avril pour 5,4 milliards de dollars.

D’autres ont demandé au régulateur de garantir tous leurs dépôts. C’est le cas de la Coalition des banques de taille moyenne (MBCA), qui regroupe 23 banques régionales et qui a demandé au régulateur de s’engager à assurer tous leurs dépôts pendant deux ans

Le marché de la dette subordonnée bancaire, qui sert à renforcer les fonds propres des banques, est également très volatile et les investisseurs craignent un effet domino sur d’autres banques systémiques européennes comme la Deutsche Bank. La banque allemande a remboursé par anticipation un emprunt subordonné à sa date de “call” le 24 mars. Un mouvement qui a provoqué une méfiance du marché et une chute de son cours de Bourse.

signature-bank-crypto-faillite
Signature Bank était jusqu’à récemment la banque des principales plateformes crypto, dont Binance

Il est difficile de dire si la situation est stabilisée, car elle dépend beaucoup de la confiance des déposants et des marchés. Dans notre analyse ce matin, nous rappelons que le rendez-vous clé de la semaine sera la réunion du FOMC de mercredi soir. Les traders de cryptomonnaies devront aussi surveiller la réunion de la BCE de jeudi, ou encore le rapport sur l’emploi américain du mois d’avril (NFP) vendredi après-midi.


Sources : Coin Telegraph


Sur le même sujet :

Rejoignez notre groupe Telegram pour rester au courant des dernières nouvelles crypto en direct.

David Rajaonary

David Rajaonary

David est analyste financier indépendant, et décrypte chaque dimanche pour vous l’actualité de la crypto et de la finance de la semaine. Il écrit régulièrement quelques papiers pour analyser des acteurs clés de la DeFi, des stablecoins et des monnaies numériques de banques centrales.

Diplômé en Finance et Comptabilité, David exerce depuis 10 ans dans l’Audit, le Conseil en management et l’Analyse financière. Ses premiers pas dans la crypto datent de 2020, avec l’étude de projets de monnaies numériques de banque centrale (MNBC) et de registres distribués (blockchains privées).

Depuis, David écrit régulièrement sur la percée des projets Ripple (XRP), Stellar Lumens (XLM) et Chainlink (LINK). Dans ses articles, il vous montre comment ces projets blockchain s’immiscent et transforment silencieusement le monde bancaire et celui de l'investissement.

Paiements transfrontaliers, transferts d’argent, bancarisation des populations vulnérables, prêts, tokénisation de titres financiers, tokénisation de biens immobiliers, lutte contre la fraude, sécurité … sont le fil conducteur de ses articles.

(Petit disclaimer : il s’exprime à titre personnel et son traitement de l’actualité ne constitue en rien des conseils d’investissement, ni des incitations à acheter ou à vendre des cryptomonnaies. Les prises de position, critiques et conclusions sont établies toujours dans le respect des principes d’éthique et de transparence journalistiques)

Quand il ne rédige pas sur la crypto, David aime explorer l’histoire de l’Art africain et des civilisations arabes.

Recevez toute l'actualité crypto en direct sur Telegram
Rejoignez notre groupe Telegram