Accueil Polkadot à la croisée des chemins: le cas Kusama (2ème partie)
Toute l'actualité

Polkadot à la croisée des chemins: le cas Kusama (2ème partie)

kusama ksm crowdloans bilan

Deuxième partie du bilan de l'écosystème Polkadot, le cas de Kusama, le réseau canary

Rejoignez notre groupe Telegram pour rester au courant des dernières nouvelles crypto en direct.

Une des raisons de la complexité de l’écosystème Polkadot est sa construction duelle. À coté de Polkadot et de ses parachains, on retrouve Kusama et ses propres parachains. Kusama est le réseau canary de Polkadot, celui qui permet de tester les projets à grandeur nature. Depuis le lancement des crowdloans, ce système de prêt de KSM pour sécuriser les projets, 27 parachains ont maintenant gagné leur place. Il est donc temps de faire un bilan de cet écosystème en devenir. Si l’ensemble a encore toutes ses promesses à livrer, beaucoup de projets semblent mourir avant de voir réellement le jour.

 

  • Les crowdloans sur Kusama
  • Etat des lieux de l’écosystème Kusama
  • Quelle perspective pour le KSM ?

Les crowdloans sur Kusama

Les crowdloans sont des prêts participatifs imaginés par Gavin Wood, le fondateur de Polkadot et Kusama, pour que les investisseurs puissent choisir les projets qui seront sécurisés par les deux relaychain Kusama et Polkadot. Les projets choisis deviennent alors des parachains. Pour comprendre le plus rapidement ce qu’est une parachain, on peut la définir comme une blockchain spécialisée qui n’a pas à assurer elle-même la sécurité de son réseau. Mais avant d’arriver sur Polkadot, les projets ont vocation a installer un projet-test sur Kusama, ce qui permet de vérifier qu’il est pleinement opérationnel.

Les crowdloans sur Kusama ont commencé en juin 2021. Pour l’instant, 3,5 millions de KSM ont été déposés pour ces projets sur un total de 9,6. Il y a donc plus du tiers de KSM déjà lockés. Pourtant, cela est très variable d’un projet à l’autre. La première série pour les places 1 à 5 avait vu le dépôt de 3,5 millions de KSM. Il en a été de même pour la seconde. Mais lors de la quatrième, seuls 50 000 KSM ont été prêtés pour les projets. On assiste donc à un désintérêt de plus en plus grands pour les projets actuels. Cela est assez inquiétant quand on sait que le but de Gavin Wood était de lancer cent parachains. Il faut donc espérer que de nouveaux projets retiennent l’intention des investisseurs.

 

cryptonaute twitter

L’écosystème naissant de Kusama, test grandeur nature avant Polkadot

Il serait trop long de présenter les 25 parachains déjà lancés. On peut cependant déjà observer quelques tendances fortes. Les premiers projets: Moonriver, Karuka, Astar, Bifrost, sont les plus populaires. Ils montrent que c’est donc le secteur de la DeFi qui attirent les utilisateurs et investisseurs sur Kusama. Les projets plus orientés sur le web3, comme Crust Shadow, le projet Kusama du cloud Crust, ont eu plus de mal à gagner leur place. En fait, on remarque finalement que les projets les plus essentiels et novateurs à long terme, ceux qui mettent en place les infrastructures du web3 sont arrivés dans un second temps.

Cependant, les premiers ont fait aussi l’originalité des parachains, puisque Moonriver est un pont entre l’univers Polkadot et l’univers Ethereum, Karuka a introduit le transfert de token d’une projet à un autre (transfert qui se généralisera à toutes les parachains) et Bifrost permet le liquid staking (qui permet d’utiliser les KSM lockés dans des projets DeFi). Cependant, on peut finir ce tour d’horizon avec des projets qui peinent à sortir leur produit. Par exemple, le métavers Bit Country a peut-être voulu aller trop vite. Alors qu’il a gagné une place de parachain en novembre, les jetons de récompense n’ont toujours pas été distribués ainsi que les lands.

Ce n’est pas le seul projet qui peine à avancer. On peut donc s’attendre à ce que ces projets n’arrivent à garder leur place au moment du renouvellement. En effet, les prêts participatifs finissent au bout de 48 semaines. Après ce délai, soit le projet participe aux crowdloans, soit il s’auto-finance.

 

Quelle perspective pour la cryptomonnaie KSM ?

Ce dernier détail est important pour comprendre la dynamique du prix du KSM. En effet, pour l’instant un tiers des tokens servent pour les parachains. Il suffit donc d’une reprise du marché ou de l’arrivée de projets séduisants pour transformer le cours du KSM en rallye haussier. Le KSM est actuellement à 129 dollars, soit un cours  presque 5 fois inférieur à son record historique atteint en mai. Le prix actuel est donc un prix d’entrée des plus intéressants. En effet, il y aura un besoin régulier de KSM pour les parachains au moins pendant toute l’année 2023. Le KSM comme le DOT n’ont donc pas encore montré toute leur potentialité au niveau chartiste.

Avec 25 parachains lancées, l’écosystème de Kusama prend peu à peu de l’ampleur. Pourtant, on assiste paradoxalement à une visibilité largement amoindrie depuis plusieurs mois. Ce manque d’intérêt qui consiste avec une chute du cours du KSM montre la difficulté à rendre pleinement efficient ce projet novateur. Il faut que l’écosystème Kusama profite de ce moment de recul pour faire un bilan et mettre de côté les projets les plus faibles. C’est à cette condition que ce projet pourra retrouver la visibilité qu’il mérite. Le cours du KSM pourrait alors en profiter pour retrouver son record historique.

 

Rejoignez notre groupe Telegram pour rester au courant des dernières nouvelles crypto en direct.
Recevez toute l'actualité crypto en direct sur Telegram
Rejoignez notre groupe Telegram