ActualitésRegulation

Libra : Le Comité de la Chambre (USA) fait barrage à la crypto de Facebook

Lors de l’audience controversée du Comité de la Chambre des États-Unis sur Libra, la majorité des législateurs ont exhorté David Marcus, le directeur blockchain chez Facebook, à mettre en suspens le projet.

 

Après une première audience mercredi devant le Congrès des États-Unis, durant laquelle les sénateurs ont fait preuve d’un certain scepticisme au sujet du projet Libra (notamment en matière de confidentialité et de protection des données), David Marcus s’est présenté hier devant le Comité de la Chambre des États-Unis et a fait face à un interrogatoire très musclé, rapporte CNBC.

D’après le média américain, les législateurs étaient beaucoup plus tendus que lors de la précédente audience. L’un d’entre eux, Brad Sherman, un démocrate californien, a même comparé les conséquences du lancement de Libra aux attaques terroristes du 11 septembre 2001.

“Certains nous disent que l’innovation est toujours bonne. La chose la plus innovante qui soit arrivée au cours de ce siècle a eu lieu lorsque Oussama ben Laden a eu l’idée innovante de faire voler deux avions dans des tours.” a-t-il dit, tout en appelant le PDG-fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, à se présenter devant le Comité.

Les autres sénateurs, bien que moins agressifs, ont également critiqué Libra. Maxime Waters, la présidente du Comité des services financiers de la Chambre des représentants, a exhorté Marcus à mettre en pause le projet jusqu’à ce que tous les régulateurs soient rassurés.

Carolyn Maloney, représentante du 14e district de New York, a déclaré que Facebook ne devrait pas essayer de créer de l’argent, car il s’agissait « d’une fonction essentielle du gouvernement ».

D’autres législateurs ont émis des inquiétudes quant à l’impact de Libra sur le dollar américain. Marcus, se voulant rassurant, a expliqué que Libra ne voulait pas concurrencer les monnaies souveraines et les banques centrales car la cryptomonnaie était elle-même adossée à une réserve de monnaie-fiats.

Le Comité a ensuite questionné Marcus sur le choix des premiers partenaires de la blockchain Libra, à savoir de grandes compagnies comme PayPal, Uber, Spotify ou encore Visa.

“L’adhésion est ouverte sur certains critères. Les 27 premières entreprises qui ont adhéré sont celles qui ont émis de l’intérêt pour créer ce réseau et résoudre des problèmes. La société a contacté un large éventail de compagnies.” a répondu Marcus.

Enfin, des représentants ont demandé comment Facebook envisageait de gagner de l’argent avec Libra. Selon Marcus, grâce à la cryptomonnaie, le commerce se développera davantage sur Facebook et poussera les marchands à utiliser sa régie Facebook Ads, entrainant ainsi une augmentation des revenus publicitaires de la firme.

> Allemagne : Le ministre des Finances rejoint ses homologues sur Libra

Les dernières news :

Commentaires

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*