Accueil L’Iran et la Russie veulent créer un Stablecoin indexé sur la valeur de l’or
Actualités Crypto-monnaies, Régulation, Toute l'actualité

L’Iran et la Russie veulent créer un Stablecoin indexé sur la valeur de l’or

russie iran or
Rejoignez notre groupe Telegram pour rester au courant des dernières nouvelles crypto en direct.

L’Iran et la Russie, deux pays sous sanctions internationales, ont récemment annoncé un projet de création de Stablecoin. Celui-ci devrait être indexé sur la valeur de l’or et permettra de passer outre les restrictions économiques.

Un token indexé sur la valeur de l’or

La Banque Centrale d’Iran, en collaboration avec le gouvernement Russe, a annoncé vouloir créer une nouvelle cryptomonnaie indexée sur la valeur de l’or.

Le but de l’opération serait de créer un token propre à la région du Golfe Persique, laquelle servirait de moyen de paiement à l’international. L’information provient de l’agence Russe Vedomosti, dans un article du 15 janvier.

Destiné uniquement au commerce extérieur, la crypto se substituerait alors au dollar, au rouble russe et au rial iranien.

Le token devrait alors être un Stablecoin axé sur la valeur de l’or, d’après les déclaration d’Alexander Brazhnikov, directeur exécutif de l’Association Russe de la Crypto-industrie et de la Blockchain.

Les débuts de la crypto devraient donc se faire dans la région d’Astrakhan, en Russie, lieu d’arrivée des premiers cargos Iraniens.

La question de pose toutefois quant à l’adoption de la cryptomonnaie. Selon Anton Tkachev, membre du comité des politiques de l’information, des technologies et des communications, une régulation est nécessaire.

cryptonaute twitter

La régulation des cryptos en Russie et en Iran

russie iran or

En Russie comme en Iran, l’utilisation des cryptomonnaies est tout simplement prohibée. Ainsi, le bitcoin (BTC) mais également le tether (USDT) ne sont pas des moyens de paiement légaux.

Toutefois, les deux pays ont déjà commencé à travailler sur une forme de régulation, notamment dans le cadre des échanges financiers internationaux.

Du côté iranien, l’utilisation des cryptos a été autorisée en août 2022. Toutefois, celle-ci est encore limitée à l’industrie minière et commerciale.

Selon le gouvernement iranien, l’arrivée d’un Stablecoin indexé sur l’or devrait permettre au pays de retrouver un certain équilibre économique. La décision pourrait également autoriser l’Iran à passer outre certaines sanctions.

La Banque de Russie, jusqu’alors totalement opposée à l’utilisation des cryptomonnaies, a accepté ces dernières dans le cadre des échanges commerciaux à l’international.

Néanmoins, sur un plan légal, ni la Russie ni l’Iran n’ont clarifié la place des cryptomonnaies au sein de ces échanges.

Le parlement Russe a promis, une fois de plus, de se pencher sur le cas des cryptomonnaies au sein de la Russie en 2023.

Russie et Iran, deux pays sous sanction internationale

La nouvelle d’un Stablecoin est à prendre avec deux mesures. Si, d’un côté, la crypto pourrait permettre aux deux régents de passer outre les sanctions, elle permettra aussi bien plus.

L’Iran a été placée sous sanction depuis 2005. En cause, son programme nucléaire. En effet, alors que le pays avait signé, en 1967, l’accord de non-prolifération, celui-ci s’est montré incapable de tenir ses engagements.

Les sanctions ont toutefois causé des « dégâts collatéraux » avec, en première ligne, la population iranienne. Chômage, inflation, crises alimentaires ; si l’objectif était alors de pénaliser le gouvernement, c’est le peuple qui en a subi les conséquences directes.

La Russie est sous sanction depuis 2014. Les faits reprochés sont en lien étroit avec le conflit actuel en Ukraine. Depuis 9 ans, de nombreux cas d’invasion de l’espace ukrainien, de cyber-attaques et d’utilisation d’armes chimiques, notamment en Syrie et dans la région du Donbass, ont valu à la Russie de nombreuses sanctions.

Si le Stablecoin s’annonce comme une bonne nouvelle pour les deux pays, elle pose surtout la question de l’utilité et de la fonction des sanctions économiques. L’arrivée sur le marché d’une nouvelle crypto destinée aux transactions internationales est-elle en contradiction avec lesdites sanctions ?

La censure des cryptomonnaies

Alors que de plus en plus de pays adoptent le bitcoin comme moyen de paiement officiel, à l’instar de du Salvador ou de la République Centrale d’Afrique, des inégalités persistent.

En Syrie, Irak, Iran, ou Afghanistan, le bitcoin et les autres cryptomonnaies sont tout simplement interdites. La région est pourtant réputée particulièrement instable économiquement et financièrement. En cause, de nombreux conflits armés au cours des dernières décennies.

L’adoption massive reste toutefois, pour l’instant, un rêve lointain pour les maximalistes du bitcoin. Néanmoins, et bien malgré les lois et les restrictions, de nombreux citoyens utilisent les cryptos afin de pouvoir s’offrir une vie un peu meilleure.

À la tête des gouvernements, tout comme dans les smartphones des civils, la blockchain reste fidèle à sa nature : décentralisée, incontrôlable et indestructible. En conséquence et bien malgré les sanctions et les interdictions, il semblerait que les politiques internationales et locales restent impuissantes face à la puissance de la blockchain.


Sources : Vedomosti, International Atomic Energy Agency, International Trade Administration


Le processus de régulation des cryptomonnaies est un peu particulier en Russie. Pour en apprendre plus, lisez notre article : Les actifs minés interdits de vente en Russie ?

Rejoignez notre groupe Telegram pour rester au courant des dernières nouvelles crypto en direct.

Romaric Saint Aubert Crypto-journaliste

Romaric Saint Aubert Crypto-journaliste

Biographie

Romaric est journaliste pour Cryptonaute. Après un passage en faculté de lettres modernes, il s’oriente dans un domaine tout à fait différent, tout en gardant l’œil rivé sur les crypto et l’actualité de l’époque. Il investit alors dans son premier actif numérique : le bitcoin (BTC).

Majoritairement intéressé par Bitcoin, il s’est diversifié plus tard en se penchant également sur le web3, les NFT, les crypto-monnaies et la fintech. Investisseur aguerri, il est capable de conseiller son entourage et ses lecteurs afin de les aider à prendre la bonne décision au bon moment. Son expérience au sein de l’écosystème crypto et sur la blockchain lui permettent de proposer une actualité précise et experte à ses lecteurs, tout en gardant un recul et une objectivité indispensable à son activité.

Romaric se rend régulièrement en conférence ou à divers événements crypto dans toute l'Europe, notamment aux conférences Bitcoin, au Zebu Live ou aux événements relatifs à la blockchain. Fasciné par ce secteur en plein développement, il aime découvrir de nouveaux projets, apprécie l’innovation, et se laisse porter par son enthousiasme et sa curiosité.

Expertise

  • Bitcoin
  • Cybersécurité
  • Régulation cryptos

Accomplissements

  • Révélé un cas rare de cyberfraude
  • Rencontre avec de nombreux innovateurs de l’industrie
  • Participe à la création d’une équipe dédiée de journalistes

Publications

Éducation

  • Université Polytechnique des Hauts-de-France

Autres

  • Carte de presse FIJ n°1385
  • Journaliste indépendant

Suivez Romaric sur Twitter | LinkedIn

Recevez toute l'actualité crypto en direct sur Telegram
Rejoignez notre groupe Telegram