Accueil Le Métaverse semblable au New York d’il y a 200 ans ?
Toute l'actualité

Le Métaverse semblable au New York d’il y a 200 ans ?

Marc-Antoine Caen Poletti

Pourquoi faire confiance à Cryptonaute

Tous les articles, guides et analyses publiés sur Cryptonaute sont méticuleusement vérifiés par notre équipe d’éditeurs et de journalistes experts dans leur domaine, afin de garantir leur exactitude et leur pertinence. Nous gardons et publions uniquement les contenus vérifiés par des sources fiables, que ce soit par un site de confiance, un expert avéré ou par la personne source elle-même.

metaverse crypto currency NFT gamefi

Le metaverse est le nouvel El Dorado de l'immobilier, comme New-York au début du 19e siècle

Rejoignez notre groupe Telegram pour rester au courant des dernières nouvelles crypto en direct.

Le métaverse, l’eldorado de l’immobilier New-Yorkais des années 1800 ? C’est en tous cas ce que semblent penser bons nombres d’investisseurs, et pas n’importe lesquels.

 

Le métaverse continu de faire parler de lui et de faire la une de tous les journaux. Depuis l’annonce de Mark Zuckerberg sur l’avenir de Meta, anciennement Facebook, tout le monde veut sa part du gâteau et le monde de la blockchain n’y échappe pas. C’est ainsi que certains investisseurs n’hésitent pas à placer de gros montants dans des parcelles numériques des jeux comme Decentraland ou Sandbox. C’est le cas notamment de la société Républic Realm qui vient de battre le record d’acquisition de biens immobiliers numériques le mois dernier en investissant un total de 4.3 millions de dollars.

  • Fin Octobre, Mark Zuckerberg annonçait le changement de nom de sa société Facebook en Meta pour se tourner vers l’avenir et le métaverse
  • Snoop Dogg ouvre la marche en acquérant une parcelle sur Sandbox
  • Malgré les récentes chutes du marché des crypto-monnaies, MANA et SAND ne cesse de gagner des places dans le classement des monnaies ayant le plus gros marketcap
  • Républic Realm bat le record du plus gros investissement en biens immobiliers numériques avec un capital de 4.3 millions de dollars de terrains virtuels
  • SAND et MANA ne résistent pas à l’impact de la baisse du marché des crypto-monnaies

Le PDG de Metaverse Group compare Decentraland au New-York d’il y a deux-cents-ans

Récemment, dans un rapport de Markets Insider, Lorne Sugarman partageait sa pensée sur le fait de payer des parcelles de terrain numérique sur une plateforme de réalité virtuelle comme Decentraland.

« Nous pensons que l’achat de Fashion District, c’est comme acheter sur la Cinquième Avenue dans les années 1800… ou la création de Rodeo Drive… »

Il fait ici référence aux quartiers de luxes de Manhattan et Beverly Hills d’il y a deux siècles, très prospères déjà à cette époque. Quant au Fashion District, comme son nom l’indique, c’est un quartier de la plateforme de jeu où les joueurs peuvent, comme dans la vie réelle, faire du shopping dans des boutiques des plus grandes marques telles que Gucci ou Ralph Lauren et peut-être bientôt Nike comme l’espère beaucoup certains joueurs et investisseurs au vu des annonces récentes de la marque. Celle-ci ayant déposé plusieurs brevets concernant des marchandises virtuelles et développant déjà son univers virtuel sur le jeu Roblox semble s’intéresser aux NFTs et ce ne serait pas une surprise de la voir débarquer sur un jeu comme Decentraland ou même Sandbox.

 

cryptonaute twitter

L’immobilier du futur

Le PDG de la société immobilière virtuelle Metaverse Group a également une forte confiance en l’univers métaverse basé sur la blockchain et estime qu’il saura garder sa rareté grâce notamment à sa décentralisation.

Il précise que pour qu’il y ait de nouvelles terres libres dans l’avenir, il faudrait que tous les détenteurs de MANA ainsi que tous les propriétaires fonciers votent dans ce sens et que la communauté ne validera pas quelque chose qui pourrait nuire à la valeur des parcelles ou de la crypto-monnaie.

« Mais si cela devait arriver, ce serait pour une très bonne raison. » précise-t-il.

Dans tous les cas, l’entreprise semble croire fermement au métaverse basé sur la blockchain puisqu’elle a récemment acheté pour près de deux millions et demi de dollars en parcelles de terrains Decentraland.

Républic Realm bat le précédent record en achetant une ville sur le Metaverse pour 4.3 millions de dollars

Sugarman n’est pas le seul à s’intéresser au métaverse puisque Republic Realm vient d’instaurer un nouveau record. Le groupe, géré par la co-fondatrice Janine Yorio vient en effet d’acquérir l’équivalent d’une ville entière dans le monde de la réalité virtuelle.

C’est au sein du jeu-vidéo Sandbox que le groupe a décidé d’investir cette importante somme le mois dernier. La co-fondatrice a également déclaré que le groupe faisait appelle à des techniques utilisées par les investisseurs en capital-risque du fait que la plupart des plateformes liées au métaverse n’ait pas encore été lancées.

« Vous voudrez peut-être examiner les utilisateurs actifs mensuels, mais aujourd’hui, il n’y a pas autant d’utilisateurs actifs mensuels »

Bien que l’on pourrait penser que ces entreprises ne font que suivre des tendances et enfoncer des portes ouvertes, Janine Yorio nous donne quelques précisions quant au procédé utilisé lors de leurs investissements.

« Vous interviewez les fondateurs, vous découvrez leur pedigree. S’ils ont lancé un jeu vidéo à succès massif dans le passé, c’est évidemment un bon signe. […] Les développeurs de jeux sont des ingénieurs logiciels très sophistiqués, mais ils doivent aussi être de bons spécialistes du marketing. S’ils ont créé le meilleur jeu au monde et que personne ne le sait, c’est également un échec. »

 

Un Pari sur l’avenir

Loin de s’aventurer au hasard dans l’univers plein de promesses de science-fiction qu’est le métaverse, les entreprises capitalisent surtout sur un avenir fructueux qui ne semble pas si loin. Républic Realm multiplie les projets comme Fantasy Island et envisage même de collaborer avec Atari pour le développement de jeux-vidéos. Mais ce qui caractérise surtout ces entreprises, au-delà de l’aspect financier bien-sûr, c’est leur volonté d’être les pionniers du monde de demain, un monde où le métaverse et la réalité virtuelle seront omniprésents. La co-fondatrice du groupe Républic Realm a d’ailleurs précisé ses intentions concernant le futur.

« Nous voulons acheter des terres et construire des choses dessus. La seule façon dont le métaverse devient intéressant est s’il y a des choses à faire et des gens à voir et des endroits où aller quand vous y arrivez »

SAND et MANA, le moment d’acheter ?

Avec les incertitudes du marché des crypto-monnaies actuelles, il n’est pas certain que ce soit le meilleur moment pour investir dans le métaverse. Un bear market dans un avenir proche n’est certes pas confirmé, mais il ne faut pas exclure le scénario favorisant son approche.

Cependant, pour un objectif à long terme, nul doute que ces jetons vont performer à l’avenir et si, comme beaucoup de gens, vous avez raté le début du Bitcoin et son envolée spectaculaire, peut-être que le métaverse et ses belles promesses pourront vous consoler.

Il n’y a qu’à voir le cours de ces monnaies sur les trois derniers mois pour s’en convaincre. Mark Zuckerberg n’a pas encore sorti la moindre plateforme que le marché est en effervescence, qu’il soit lié à la blockchain ou non d’ailleurs.

Si aujourd’hui, le métaverse peut faire peur ou faire rêver, d’ici quelques années, il fera partie intégrante de nos vies au même titre que le téléphone ou internet.

 

Rejoignez notre groupe Telegram pour rester au courant des dernières nouvelles crypto en direct.
Ajoutez Cryptonaute à vos flux Google Actualités
Recevez toute l'actualité crypto en direct sur Telegram
Rejoignez notre groupe Telegram