Miner du bitcoin : Fonctionnement et avenir du minage Proof of Work

Le minage de crypto-monnaie permet de valider les transactions et opérations sur une blockchain. De nombreuses monnaies virtuelles comme le bitcoin utilisent le protocole Proof of Work (PoW) pour ce mécanisme.

 

Lorsqu’on évoque le minage, on ne parle évidemment pas de la mine d’or ou de charbon mais d’extraire de la monnaie virtuelle grâce à son ordinateur. 

Miner de la crypto-monnaie, c’est allouer les performances de son ordinateur afin de traiter et valider des transactions et opérations sur une blockchain.

Quand vous envoyez du bitcoin à une autre personne, la transaction a besoin d’être confirmée par un protocole utilisant les ressources informatiques que des mineurs offrent à la blockchain.

Les mineurs sont indispensables afin de valider les opérations sur une blockchain. Si tous les mineurs d’une crypto-monnaie décident de ne plus ‘miner’, les transactions ne seront plus traitées et les crypto-monnaies envoyées ne seront jamais reçues par leur destinataire.

Pour attirer des personnes à miner et laisser à disposition la puissance de leur ordinateur, les crypto-monnaies récompensent les mineurs selon la puissance informatique qu’ils offrent à leur réseau.

 

Fonctionnement du minage de bitcoin

Nous allons maintenant nous intéresser au minage de bitcoin plus particulièrement afin de pouvoir traiter le sujet plus en profondeur.

Lorsque Satoshi Nakamoto a lancé bitcoin, il a imaginé le protocole Proof of Work (pour preuve de travail) afin de rendre les opérations sur la blockchain plus sûres et assurer un flux constant de bitcoins.

Dans la blockchain de bitcoin, un bloc contient environ 1 Mo de données. Dès lors que celui-ci est plein (environ 100 transactions), il est verrouillé grâce à un ingénieux code cryptographique.

Les mineurs doivent alors déterminer son hachage, un nombre de 64 chiffres, constitué de chiffres et de lettres comme par exemple 00000000000000000003b9ab55af8hf0533407d5d2a8r4f33d5a6s5z6d2q3d9z88d.

Le hachage existe depuis longtemps en informatique et est utilisé dans différents systèmes de sécurité, notamment lors du stockage de mots de passe par les sites web afin qu’ils ne soient pas affichés en clair et visibles en cas de hack.

Sur une blockchain Proof of Work (PoW), les mineurs tentent de décoder le hachage en envoyant de multiples requêtes pour résoudre l’énigme cryptographique et trouver le bon numéro.

Lorsqu’un consensus (ou accord) est conclu entre les mineurs concernant le numéro de hachage, le bloc est envoyé dans la blockchain et scellé à jamais.

Le mineur le plus chanceux reçoit alors une récompense en bitcoin émise directement par le réseau bitcoin. Ce système permet d’assurer la sécurité de la blockchain, récompenser les participants (mineurs) mais aussi d’assurer un flux continu de nouveaux bitcoins en circulation.

Les récompenses sont distribuées tous les 99 blocs minés, les mineurs sont invités à miner en continu, 24h sur 24 et 7 jours sur 7 afin de gonfler leurs chances de récolter du bitcoin.



Miner du bitcoin, rentable ?

Il y a bientôt 10 ans, lorsque le bitcoin a été lancé, les premiers mineurs pouvaient gagner jusqu’à 300 BTC en moins d’une semaine avec un simple ordinateur. Aujourd’hui, cette époque est révolue, il y a de plus en plus de mineurs de bitcoin et les récompenses sont partagées entre tous les mineurs et donc beaucoup plus faibles qu’avant. Un particulier aura beaucoup de mal à être rentable en minant du bitcoin face aux immenses fermes minières spécialisées.

Il faut aussi prendre en compte que les récompenses baissent avec le temps. En 2009, c’était 50 BTC distribués tous les 210 000 blocs, environ 10 BTC aujourd’hui et moins de 7 d’ici 2020.

Le prix de l’électricité devient également un handicap, vous pouvez consulter cette infographie présentant les tarifs pour miner un bitcoin autour du monde pour plus de précisions. Vous verrez que dans beaucoup de pays, le prix de l’électricité a dépassé le prix actuel du bitcoin (plus de 10 000$ pour miner 1 seul bitcoin).

 

Quelques géants monopolisent le minage PoW

Aujourd’hui, la rentabilité est le mot d’ordre et certains fabricants s’en donnent à cœur joie, la firme chinoise Bitmain développe des machines moins voraces et plus efficaces que les ordinateurs traditionnels pour miner.

Baptisées ASICs, elles sont spécialement conçues pour cela et ont permis à la firme chinoise de générer un chiffre d’affaires de plusieurs centaines de millions de dollars au premier trimestre 2018.

Une plaie pour les créateurs de crypto-monnaies qui aimeraient que le minage soit effectué par des particuliers dispatchés autour de la planète afin de garder une décentralisation importante.

Certaines devises comme Monero ont décidé de légèrement modifier leur protocole afin de contrer ce type de machine.

 

L’avenir du minage avec Proof of Work

PoW est sans doute le système de vérification blockchain le plus vorace en énergie mais c’est aussi la manière la plus décentralisée pour traiter un réseau de ce type.

L’arrivée des puces ASICs, sa forte consommation en énergie et son impact écologique ne jouent pas en sa faveur, bien que des mises à jour comme SegWIT ou encore Lightning Network font leur apparition et pourraient permettre de réduire l’énergie consommée par ce système. Aussi, les mineurs se tournent de plus en plus vers des énergies renouvelables (vertes) de type hydro-électricité, éolienne ou solaire.

En outre, des crypto-monnaies comme Ethereum expérimentent de nouvelles variantes en mélangeant par exemple PoW avec le protocole Proof of Stake (PoS) afin d’obtenir un compromis entre décentralisation et efficacité.

 

Si le minage de crypto-monnaies vous intéresses, vous aimerez :