Accueil Polyswarm, l’anti-virus pour les smart-contracts, mettra-t-il fin aux hacks ?
Actualités Crypto-monnaies

Polyswarm, l’anti-virus pour les smart-contracts, mettra-t-il fin aux hacks ?

Marc-Antoine Caen Poletti
polyswarm antivirus smart contract blockchain

Polyswarm apporte beaucoup de promesse, comme la fin des hacks dans les smart contracts

Rejoignez notre groupe Telegram pour rester au courant des dernières nouvelles crypto en direct.

L’année 2021 a été l’année de tous les records pour la cryptosphère, le bitcoin a dépassé plusieurs fois son ATH jusqu’à atteindre 69 000 dollars cet automne. Mais les records ont concerné aussi le nombre de hacks sur les protocoles DeFi, hacks atteignant quelquefois plusieurs centaines de millions. Polyswarm projette d’être en quelque sorte un anti-virus pour smart contract. Surveillée par beaucoup d’investisseurs, cette solution a vu son cours multiplié par cinq début janvier. Si elle tient ses promesses elle devrait être une infrastructure essentielle au web3.

 

  • Les failles des protocoles DeFi, la maladie des cryptomonnaies
  • La solution Polyswarm
  • Les perspectives du cours du Polyswarm (NCT)
  • Les concurrents

La cryptosphère, victime des hacks à répétitions

Le monde de la DeFi ressemble un peu au far-west. Les utilisateurs des protocoles risquent de perdre l’argent qu’ils ont dans leur portefeuille s’ils s’aventurent dans des protocoles peu sécurisés. La tentation d’y aller est pourtant grande car c’est souvent l’occasion d’avoir des rendements beaucoup plus élevés que les protocoles garantis. Mais ces derniers non plus ne sont pas à l’abri des hackers. En août dernier, Poly Network a été victime d’un vol de 600 millions de dollars. Ce hack est dû en partie à la dimension cross-chain de Poly Network, ce qui entraîne plus de vulnérabilité que des protocoles qui ont seulement des transactions sur une seule blockchain.

Cependant, les mauvaises nouvelles ont continué jusqu’à la fin de l’année. En décembre, Grim Finance est à son tour victime d’une attaque qui lui a coûté trente millions. Les hackers ont donc trouvé la poule aux œufs d’or tant que les protocoles ne réussiront pas à protéger leur code. Si la plupart des protocoles hackés essaient de rembourser leurs utilisateurs, cette répétition ne peut que donner une mauvaise image de la DeFi. Il est donc nécessaire de trouver une solution pérenne pour contrer ce fléau.

cryptonaute twitter

Polyswarm, Un antivirus pour les projets blockchains

Polyswarm n’est pas un projet récent puisque sa prévente remonte à 2018. Son projet est simple. Rémunérer les experts en cybersécurité pour éviter qu’ils n’utilisent leurs compétences à mauvais escient. Polyswarm va donc mettre en relation ses experts et les clients. Ces experts vont mettre en place des mini-moteurs autonomes de détection de menaces.

Pour mettre en place cette interaction, Polyswarm a mis en place quatre rôles. En dehors des utilisateurs et des experts, il y aura ainsi des ambassadeurs et des arbitres. Les ambassadeurs vont servir d’intermédiaires en repérant les protocoles web à vérifier chez leurs clients pour les mettre en relation avec les outils créés par les experts. Les arbitres sont en quelque sorte des super-ambassadeurs qui auront pour fonction d’identifier les menaces dans un secteur. Ils ont donc une vision plus large que les ambassadeurs. Le token de Polyswarm, le NeCTar (NCT) servira de monnaie à l’intérieur de cet échange de service. Polyswarm veut ainsi fournir une solution adaptée aux nouvelles attaques liées à l’environnement blockchain.

 

Les perspectives du cours du Polyswarm NCT

Le token Polyswarm NCT a connu une belle progression depuis son lancement en novembre. Listé en novembre à 0,012 centimes, le NCT a connu une première montée à 0,04 à partir du 12 décembre. Le lancement du réseau de Polyswarm début janvier a accéléré la montée du cours puisqu’il est monté de 0,02 à 0,15 entre le 11 et le 14 janvier. Cette énorme progression montre que des solutions de ce type sont attendues. Il faut maintenant se demander si le cours peut encore monter. Les plus gros investisseurs de la presale n’ont pas vendu leur token lors du dernier pump. Il n’y a donc pas de raison qu’une revente se fassent rapidement d’autant plus que la solution proposée par Polyswarm vient juste d’être disponible. La correction tout à fait logique du cours depuis quelques jours permet donc d’avoir un bon point d’entrée sur le NCT.

Les concurrents du secteur cyber-security

Parmi les infrastructures du web3, la cybersécurité n’est ce qui est le plus médiatisé car elle ne concerne pas directement les utilisateurs. Plus précisément, ils ne sont concernés que lorsque cette cybersécurité est mis à mal. Pourtant, les utilisateurs de protocoles blockchains connaissent quelques noms en en cybersécurité tels les sociétés d’audit Utrust, Certik ou Quantstamp. Indispensables pour tous les protocoles, ces sociétés n’ont pas réussi à créer un modèle économique profitable pour leur token respectif. Le UTK de Utrust n’a pris que 7,32 % depuis son lancement alors que le CTK de Certik a perdu plus de 20 %. On peut ainsi constater que tout leur token sont restés stables ou en tendance baissière depuis leur lancement.L’écosystème de Polyswarm pourrait donc changer cet état de chose et donner au NCT une place primordiale parmi les token de cybersécurité.

La multiplication des attaques dirigées vers les protocoles DeFi ne plaide pas pour l’élargissement au grand public. Une adoption massive des blockchains ne sera possible que lorsque les utilisateurs pourront être dans un environnement sécurisé. En proposant une solution différente de celle des sociétés d’audit déjà installées, Polyswarm propose un marché de l’expertise nécessaire pour le web3. La correction de son token (NCT) depuis son ATH peut être l’occasion d’un investissement. Dans les cas, il est à surveiller parmi les tokens du web3.

 

Rejoignez notre groupe Telegram pour rester au courant des dernières nouvelles crypto en direct.
Recevez toute l'actualité crypto en direct sur Telegram
Rejoignez notre groupe Telegram