Le royaume de Bahreïn ouvre ses portes à 28 entreprises blockchain

Le Bahreïn, un petit état du golfe persique, devrait prochainement adopter un cadre réglementaire pour le secteur de la crypto-monnaie. La banque centrale a autorisé 28 startups blockchain à venir tester leurs services dans le pays.

 

Le Bahreïn a offert la possibilité à 28 entreprises spécialisées dans la crypto-monnaie de venir travailler dans le royaume pour une période de test de 9 mois, rapporte Bloomberg.

Dalal Buhejji, directrice du Conseil de développement économique de Bahreïn, a déclaré “être convaincue” que la banque centrale adoptera bientôt un cadre réglementaire, sans communiquer de date précise.

“La banque centrale permet aux sociétés de tester leur solution sur un nombre limité d’utilisateurs, avec un nombre limité de transactions. L’objectif du programme est de permettre aux startups de trouver un moyen rapide de pénétrer le marché.” a-t-elle ajouté.

On apprend que la crypto-bourse SprinkleXchange, détenue par le groupe luxembourgeois Sprinkle, fait partie des 28 plateformes sélectionnées par les autorités.

En décembre, la banque centrale de Bahreïn avait précédemment publié un projet de réglementation dédié à l’industrie cryptographique.

Aujourd’hui, mis à part de petits états tels que Malte ou le Liechtenstein, peu de juridictions offrent un cadre clair pour les entrepreneurs blockchain.

Le mois dernier, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ont annoncé collaborer dans le but de développer une crypto-monnaie commune afin de mieux appréhender la blockchain et faciliter les paiements transfrontaliers.

> L’université de Bahreïn va délivrer des diplômes enregistrés sur la blockchain

> Le sud-coréen Bithumb s’attaque aux Émirats arabes unis


La newsletter de Cryptonaute :