Actualités

USA : la Chambre des représentants va scruter de près le Libra de Facebook

L’annonce du Libra est devenue une affaire d’États (avec un “s”), tant la cryptomonnaie de Facebook suscite l’inquiétude chez les gouvernements. La Chambre des représentants des États-Unis ne fait pas exception, et souhaite examiner davantage le projet.

 

Comme le rapporte The Hill, la présidente du Comité des services financiers de la Chambre des représentants, Maxine Waters, a annoncé qu’une audience se tiendrait le 17 juillet prochain sur les enjeux liés au système de crypto-paiement développé par le géant Facebook.

La semaine dernière, Waters avait déjà exhorté Mark Zuckerberg à mettre en suspens le projet Libra, afin de laisser le temps aux législateurs d’analyser plus en détails le fonctionnement du Libra.

Un autre organe du pouvoir législatif américain, le Sénat, est également sur le qui-vive à ce sujet. En effet, Mike Crapo a déclaré que le Comité sénatorial sur le secteur bancaire – dont il est le président – tiendra lui aussi sa propre audience sur le Libra, le 16 juillet, soit la veille de celle de la Chambre des représentants.

Le Libra a toutefois trouvé un allié aux États-Unis, en la personne de Stephen Moore, un économiste proche du président Donald Trump.

“C’est intéressant, parce que le Libra représente un nouveau défi pour les banquiers centraux, qui ont maintenant la concurrence des monnaies privées. (…) Je pense que tout compte fait, c’est une bonne chose” a-t-il expliqué.

Dernièrement, la Réserve fédérale (FED) des États-Unis avait minimisé les risques liés au Libra ou aux cryptomonnaies en règle générale.

Rappelons que la France n’est pas en reste dans la surveillance du Libra, puisqu’elle a demandé la création d’un groupe de travail au sein du G7, pour étudier la question des pièces numériques stables.

> Bitcoin continue sa course folle et passe le cap des 12 000$

Commentaires

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*