ActualitésRegulation

La WFE demande à la FCA de ne pas interdire les dérivés sur crypto-monnaies

La World Federation of Exchanges (WFE), une association regroupant de grandes bourses comme CME Group et Nasdaq, a demandé au régulateur britannique FCA de ne pas interdire les dérivés sur crypto-monnaies pour les particuliers.

 

En juillet, la Financial Conduct Authority (FCA) déclarait envisager d’interdire les dérivés basés sur la crypto-monnaie, tels que les CFDs, futures et autres ETNs, pour les investisseurs de détail car, selon le régulateur, ces produits pouvaient causer d’importants préjudices financiers à ces derniers. Au début du mois, la FCA a tenu une consultation sur le sujet et sa décision finale est maintenant attendue pour le début de l’année 2020.

Fondée en 1961, la World Federation of Exchanges (WFE) est une association représentant les plus importantes bourses et chambres de compensation de la planète. Dans un communiqué publié hier, la WFE a demandé à la FCA de ne pas interdire les dérivés sur cryptomonnaies pour les particuliers, tout en soulignant sa volonté de « contribuer à la recherche du juste équilibre » entre la commercialisation de produits innovants au Royaume-Uni et le fait qu’ils soient proposés « de manière responsable par des fournisseurs entièrement réglementés ».

“La WFE reconnaît la volatilité identifiée par la FCA dans son rapport de consultation et est favorable à la mise en place d’une protection adéquate pour le consommateur, une priorité pour tout nouveau produit”, a-t-elle expliqué.

La WFE souhaite notamment que la FCA prenne en compte les structures de marché sous-jacentes car celles-ci pourraient permettre de réduire drastiquement les risques pour les investisseurs.

“Alors que les produits de crypto-actifs ont un potentiel réel, le marché a souffert de fournisseurs non réglementés qui distribuent des produits inappropriés. Les infrastructures qui respectent les exigences réglementaires sont les mieux placées pour fournir ces produits et soutenir ce marché en développement. Nous demandons aux autorités, y compris la FCA, de tracer la bonne voie en matière de réglementation pour permettre au marché de s’épanouir et de procurer des avantages à ses consommateurs, même si nous comprenons qu’il s’agit d’un acte d’équilibrage”, a commenté Nandini Sukumar, la présidente de la WFE.

La FCA estime qu’une interdiction pourrait prévenir entre 84 millions et 271 millions d’euros de pertes chaque année au Royaume-Uni.

Récemment, le FinancialTimes indiquait que le nombre de sociétés surveillées par l’organe britannique avait augmenté de 74% en 2019.

Commentaires

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*