Accueil Juno: l’arrivée des smart contracts sur Cosmos, et des scams ?
Actualités sur Blockchain, Toute l'actualité

Juno: l’arrivée des smart contracts sur Cosmos, et des scams ?

Marc-Antoine Caen Poletti
cosmos atom smart contracts

Cosmos s'ouvre aux smart contacts, avec leurs lots de problèmes !

Rejoignez notre groupe Telegram pour rester au courant des dernières nouvelles crypto en direct.

Depuis cet automne, l’écosystème Cosmos est monté en puissance. Non seulement les tokens principaux n’ont pas cessé d’augmenter leur capitalisation mais l’ensemble s’est peu à peu enrichi, chaque nouvelle blockchain apportant de nouvelles fonctionnalités à l’ensemble. Parmi les dernières arrivées, Juno apporte les smart contracts à Cosmos, pour le meilleur et peut-être le pire.

 

  • Retour sur Cosmos: l’internet des blockchains
  • Juno: un nouveau modèle sur Cosmos ?
  • Cosmos va-t-il reprendre son rallye haussier ?

Atom, la porte d’entrée de Cosmos, l’internet des blockchains

Pour comprendre la spécificité de Juno, nouvelle blockchain de l’ensemble Cosmos depuis cet automne, il faut avoir en tête l’architecture de cet ensemble interopérable. Contrairement aux blockchains “classiques”, Cosmos n’est pas un ensemble de blockchains isolées les unes des autres. Ici nul besoin de bridge plus ou moins sécurisé pour envoyer de la liquidité d’une blockchain à une autre. Aucun risque de voir un réseau encombré par une multitude de smart contracts. Sur Cosmos, l’IBC (Inter Blockchain Communication) permet aux différentes blockchains (=zones) de se transmettre directement des messages et aussi des tokens. De plus, chaque zone a une spécialité. Atom,

Osmosis par exemple ne permettent pas de déployer des smart contracts au risque de surcharger le réseau. Ainsi, si Atom sert avant tout de porte d’entrée, Osmosis est le principal lieu d’échange des tokens. On pourrait aussi citer Kava et son service de lending, Secret Network et sa solution de confidentialité… Inutile de les énumérer tous, le principal est de savoir que chaque nouvelle zone va enrichir l’ensemble de par l’interopérabilité. Cosmos est donc avant tout un espace collaboratif.

 

cryptonaute twitter

Les Juno smart contracts arrivent sur Cosmos

Arrivée en octobre, Juno a mis quelques mois avant de montrer sa spécificité. Tout en participant à l’IBC et à cet espace collaboratif, cette zone opère une petite révolution: après Secret Network, c’est au tour de Juno d’apporter les smart contracts sur Cosmos. Grâce à Juno, les token CW20 vont pouvoir se multiplier et s’échanger sur le DEX Junoswap. Pour l’instant, cinq tokens sont disponibles: BFOT, FOT, HULC,KING et NETA. Junoswap permet même de créer immédiatement son propre token. Si cette fonctionnalité va permettre de multiplier les expérimentations sur Cosmos et de lancer de petits projet en smart contracts avant qu’ils ne disposent de leur propre zone.

Cependant, cette liberté a aussi une contre-partie. N’importe qui peut créer un token malicieux qui pourrait vider votre wallet dès que je chercheriez à le vendre. C’est pour cela qu’il faut se méfier des tokens qui apparaissent directement comme airdrop dans votre wallet. Ils peuvent être des cadeaux empoisonnés. Le problème cependant est que le principe de ce don de tokens fait partie de l’état d’esprit de Cosmos. Chaque nouveau projet distribue en effet une partie de ses tokens aux utilisateurs de l’écosystème. Mais certaines personnes malveillantes peuvent détourner ce principe dans leur propre intérêt et il sera dur de faire la différence entre les airdrops. Avec l’arrivée prochaine de Evmos et d’Agoric, deux autres zones avec smart contracts, les utilisateurs de Cosmos vont donc devoir acquérir d’autres habitudes. L’innocence des premiers mois de cet espace collaboratif et hors marketing risque peut-être de se dissiper.

 

ATOM, un rallye haussier à répétition

En trois mois, le JUNO a fait un rallye haussier à contre-courant du marché crypto. Son prix a plus que triplé jusqu’à atteindre un ATH de 32 dollars début février avec une capitalisation de plus d’un milliard de dollars. Cette épopée est étonnante quand on sait que le JUNO n’apparaît sur aucune plateforme d’échange centralisé. L’OSMO qui avait connu une progression aussi forte en fin d’année n’est aussi listé sur aucune plateforme. En un sens, l’écosystème Cosmos n’a besoin d’aucune aide extérieure pour continuer son expansion. En un sens, le JUNO et l’OSMO sont indispensables pour échanger tous les autres actifs de cet écosystème. De plus, la possibilité d’airdrop pour tous les possesseurs de JUNO et d’OSMO (ainsi que d’ATOM) crée une pression acheteuse continue sur ces cryptomonnaies.

ATOM quant à lui continue une ascension plus lente. Si son cours a corrigé depuis son ATH à 44 dollars pour atteindre 27 dollars aujourd’hui, il faut rappeler qu’ATOM a commencé l’année 2021 à moins de 10 dollars. En 22ème position en capitalisation, cette porte d’entrée à Cosmos a définitivement confirmé son importance dans la cryptosphère. Après Osmosis et Juno, l’année 2022 sera sans doute une année faste pour les nouvelles zones de Cosmos.

Même si son nom ne fait pas encore partie des plus connus de l’écosystème Cosmos, Juno va sans doute accélérer les choses en permettant la création rapide de token par smart contract. Il est encore difficile de savoir si cette nouveauté aura plus de conséquences positives que négatives. Dans tous les cas, il est sûr qu’elle changera le rapport de force à l’intérieur de l’écosystème Cosmos et que Osmosis ne sera plus le principal lieu de transfert des liquidités.

 

Rejoignez notre groupe Telegram pour rester au courant des dernières nouvelles crypto en direct.
Recevez toute l'actualité crypto en direct sur Telegram
Rejoignez notre groupe Telegram