Comment investir en bourse ? Guide pour les débutants


Dernière mise à jour:

Inutile d’être un expert pour investir en bourse. Inutile aussi d’être scotché à son écran pour tirer un bon rendement des marchés actions. Pour rendre la bourse encore plus accessible, les courtiers cassent les codes et les coûts, les services de gestion de portefeuille se multiplient, les excellentes newsletters pour investisseurs se multiplient…

Mais attention, prendre le chemin des marchés ne s’improvise pas. Ce guide vous explique comment investir en bourse : bonnes pratiques, capital de départ, stratégies et meilleurs courtiers.

Comment investir en bourse en 3 étapes seulement ?

  1. Inscrivez-vous chez un courtier en bourse comme eToro.
  2. Déposez des fonds. Sur eToro, le dépôt minimum est de 50 € ;
  3. Achetez vos premières actions en bourse.*

Votre capital est à risque. D’autres frais peuvent s’appliquer. Pour plus d’informations, consultez etoro.com/trading.


Quelques points à connaître pour investir en bourse

  • Avant de vous lancer, apprenez ;
  • Définissez votre profil d’investisseur ;
  • Définissez une stratégie ;
  • Définissez un capital de départ ;
  • Gardez du cash ;
  • Diversifiez vos investissements ;
  • Placez des stop-loss et limitez votre exposition ;
  • Augmentez graduellement vos investissements.

Meilleurs sites pour investir en bourse

Plateforme Avantage clé Dépôt minimum
eToro 0 commission sur les actions françaises, européennes et américaines 50 €
Avatrade Pour tout niveaux d’investisseurs 100 $
XTB Un large choix d’actifs financiers 10 €
Alvexo Idéal pour trader les CFD sur devises 250 €
Libertex Idéal pour trader les CFD crypto 100 €

Retrouvez notre avis détaillé sur les courtiers en ligne ci-dessous.

eToro : le courtier le plus accessible aux débutants

etoro-logo

Si eToro est l’un de nos courtiers en bourse favoris en France, c’est parce que sa philosophie est de vous permettre d’investir en bourse sans trop vous prendre la tête. Et pour cela, il y a plusieurs manières d’investir avec eToro :

  • Investir « manuellement » : c’est vous qui décidez de vos prises de position
  • Copier un investisseur : vous allouez un capital (mettons 500 €) pour copier les prises de position d’un trader chevronné de votre choix, jusqu’à 100 simultanément
  • Copier le portefeuille d’une société de gestion / expert : vous allouez au moins 1 000 € pour copier des portefeuilles thématiques, souvent assez pointus et très performants

En mode copie ou manuel, eToro ne prélève aucune commission sur vos achats d’actions au comptant. Pareil au moment de la revente des titres. L’absence de commission aide beaucoup, mais sachez tout de même qu’eToro se rémunère avec des écarts de cours de 0,10 à 0,15 %. Plus de 4 000 actions Euronext, NYSE, Nasdaq et d’autres places sont disponibles. Essentiellement des grosses capitalisations.

Avantages

  • 0 commission sur les actions au comptant
  • Copier des portefeuilles experts ultra-performants (Smart Portfolios)
  • Copier des traders actions professionnels (Copy trading)
  • Plateforme idéale pour débuter en bourse

Inconvénients

  • Un peu limité pour les traders avancés
  • 5 $ fixes sur chaque retrait

Votre capital est à risque. D’autres frais peuvent s’appliquer. Pour plus d’informations, consultez etoro.com/trading.

Avatrade, un broker régulé en France pour investir en bourse

AvaTrade Avis

Avatrade est une plateforme de trading en ligne régulée par l’Autorité des Marchés Financiers (AMF). L’offre d’Avatrade s’étend des actions et autres actifs boursiers, aux crypto-devises, ce qui permettra aux investisseurs de diversifier leur portefeuille d’investissement.

Avec une plateforme bien agencée, Avatrade proposera une expérience de trading optimale à ses utilisateurs. Il sera également possible d’utiliser différents logiciels adaptés aux différents profils d’investisseurs (débutants et confirmés). Choisir Avatrade, c’est le choix de la sécurité sur un courtier complet.

Avantages

  • Une large gamme d’actifs financiers
  • Des ressources d’apprentissage
  • Différents logiciels de trading disponibles

Inconvénients

  • Des spreads parfois élevés
  • Complexité de certains logiciels

Votre capital est à risque.

XTB, investir en bourse sur ce broker expérimenté

XTB

XTB est un broker très réputé en Europe et propose de pouvoir investir dans les différents marchés internationaux. Avec une expérience de plus de 20 ans, le broker n’a cessé d’évoluer en ajoutant de nouveaux actifs à son offre.

Ainsi, il sera possible d’investir dans des actifs classiques comme les actions et le Forex, mais également dans des paires de crypto-devises. Un excellent moyen pour les investisseurs qui souhaitent diversifier leur portefeuille d’investissement pour optimiser leurs rendements.

Avantages

  • Un grand nombre d’actifs financiers
  • Les meilleurs marché internationaux
  • Une interface fluide et instinctive
  • Un espace dédié à l’apprentissage

Inconvénients

  • Les cryptos sont disponibles exclusivement en CFD
  • Un service client indisponible le week-end

Risque de perte du capital.

Alvexo : le courtier qui mise sur l’accompagnement

alvexo-logo

Alvexo est dans le radar des traders débutants en raison de son accompagnement client unique en son genre. Quand d’autres courtiers CFD se contentent de fournir des contenus pédagogiques gratuits et des tutoriels, Alvexo s’engage beaucoup plus en proposant :

  • Des signaux de trading : des recommandations de prises de position en temps réel sur les indices, actions, Forex, cryptos avec des suggestions de take-profit et de stop-loss.
  • Du coaching.

Peu de courtiers osent proposer de tels services car cela exige une équipe dédiée d’experts. Plus de ressources humaines, plus de coûts. On peut donc comprendre que les spreads d’Alvexo soient un peu plus élevés que ceux d’eToro et de Libertex.

Avantages

  • Gamme intéressante d’indices CFD
  • Très bon service client
  • Service de coaching et signaux de trading
  • Plusieurs niveaux de service selon l’encours du client

Inconvénients

  • Spreads moins compétitifs
  • Pas d’offre de titres au comptant

76,57 % des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils négocient des CFD avec ce fournisseur. Vous devriez vous demander si vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.

Libertex : pour trader les cryptos CFD

Libertex

Dans le sillage d’eToro, Libertex s’est aussi lancé dans l’offre d’actions et d’ETF fractionnables et avec 0 % de frais d’ordres. En plus de son offre de CFD, on peut donc aussi investir avec son compte Libertex. Et plus précisément avec un sous-compte baptisé Libertex Portfolio. On peut acheter des fractions (0,01 soit un dixième de titre) d’actions et d’ETF.

Pour l’heure, le catalogue de valeurs nous semble encore limité face à celui d’eToro et de Capital.com : il y a moins de 150 titres disponibles. En revanche aucun courtier de notre sélection ne fait mieux que Libertex sur les CFD cryptos. C’est clairement une des meilleures plateformes pour trader les cryptos sur le marché.

Avantages

  • 0 commission sur les actions et ETF au comptant
  • Grande variété de CFD sur cryptos
  • Plateforme au choix (MetaTrader, webtrader)
  • Possibilité d’utiliser des options en couverture de positions

Inconvénients

  • Gamme d’actions et ETF encore limitée
  • Frais sur les virements sortants

Votre capital est à risque. D’autres frais peuvent s’appliquer. Pour plus d’informations, consultez etoro.com/trading.


Pourquoi investir en bourse ?

Investir en bourse présente de nombreux avantages et peut permettre de contrer l’inflation croissante. Nous vous présentons sans plus tarder les 3 meilleurs avantages selon nous.

Les revenus du capital augmentent plus vite que les revenus du travail

1 % des ménages les plus aisés possèdent 31 % des actifs financiers totaux des Français. Et quand on se penche sur le patrimoine de ce 1 % de ménages ultra-aisés, on se rend compte que leur patrimoine est composé à 75 % d’actifs financiers (INSEE). La moyenne des ménages s’établit pourtant à 20 %. Difficile de croire qu’il s’agit d’un hasard.

En réalité, si les inégalités se creusent entre les ménages les plus aisés et les ménages « moyens », c’est parce que les revenus du capital augmentent plus vite que les revenus du travail. Beaucoup plus vite.

Et pour preuve, si 1 % des Français les plus riches comptabilisaient 7 % des revenus totaux en 1983, en 2014 ils en comptabilisaient 11 % en 2014. Très souvent, les Français pensent que la meilleure manière d’investir du capital est d’accumuler un montant important sur un compte courant avant de l’investir en bourse, ou alors dans des parts sociales d’une startup ou d’une entreprise.

C’est une erreur à double titre :

  • Ils retardent le moment où ils investissent : c’est autant de revenus (dividendes et plus-values) perdus
  • Ils investissent un montant important d’un coup : ils s’exposent à davantage de risques que s’ils avaient investi progressivement

Les placements boursiers sont les plus rentables

Sur une période supérieure à 20 ans, c’est sur les marchés d’actions qu’un euro investir va produire la meilleure rentabilité. Par rentabilité, il faut entendre la combinaison :

  • Des plus-values liées à la hausse du cours d’une action, et
  • Des dividendes versés

De 2001 à 2020, un investissement sur les 500 actions de l’indice S&P 500 a généré un rendement annuel de 7,46 % avec réinvestissement des dividendes. Soit une performance totale de 322,30 %. Entretemps, les attaques terroristes de 2001, la crise des subprimes en 2008 et la crise du Covid-19 sont passés par là.

Ce qui est plus surprenant encore, c’est que l’essentiel de la performance provient des dividendes versés et non de la plus-value liée à la hausse des cours. Le même constat a été fait sur les actions du CAC 40, du NASDAQ 100, du DJ 30 du FTSE 100 et du DAX 40.

Les placements boursiers répondent à des objectifs variés

En bourse, il n’y a pas que les actions. Bien que les actions soient la classe d’actifs présentant le meilleur rapport rendement/risque, il y a multitude de placements possibles permettant de répondre à des besoins très différents.

Voyons cela à travers plusieurs exemples :

  • Placer des liquidités sur des Obligations. Plutôt que de laisser dormir leurs liquidités sur un livret ou un compte courant, certains investisseurs préfèrent les placer sur des obligations d’Etats (Bons du Trésor) ou d’entreprises.
  • Percevoir une rente avec des Obligations d’entreprises. Plutôt que d’émettre des actions et faire entrer de nouveaux investisseurs, les entreprises préfèrent généralement émettre des obligations avec des « coupons » mensuels ou annuels versés à leurs détenteurs.
  • Diversifier son patrimoine avec de l’Or-papier. De nombreux épargnants placent 2 à 5 % de leur patrimoine sur l’or, les métaux précieux et les terres rares par le biais d’ETF qui répliquent fidèlement leurs cours.
  • Spéculer à court terme avec des CFD. Très risqués mais ultra-rentables, les CFD sont devenus très populaires. Trader les CFD se fait généralement en intrajournalier.

Au final, il y a donc plusieurs « étages » de difficulté dans la bourse. Définir ses objectifs d’investissement est d’autant plus crucial car c’est ce qui va vous permettre de mettre en place une stratégie et choisir les placements.

Votre capital est à risque. D’autres frais peuvent s’appliquer. Pour plus d’informations, consultez etoro.com/trading.


Les règles à connaître avant d’investir dans la bourse

« La bourse est le meilleur endroit pour prendre l’argent des poches des gens impatients et de le mettre dans les poches des gens patients », écrivait Warren Buffett. Si tant de personnes perdent en bourse, c’est parce qu’ils y arrivent sans stratégie d’investissement.

Or nous allons voir qu’avec seulement quatre règles, vous allez pouvoir mettre au point une stratégie d’investissement.

Règle 1 : Définissez un budget pour la bourse et respectez-le

Si les Français ont un sentiment mitigé face à l’investissement boursier, les Anglais et les Américains investissent plus naturellement. Chez ces derniers, on enseigne très tôt à répartir son épargne en trois grandes poches :

  1. Une épargne de disponibilité : laissée sur un livret bancaire (ou même plusieurs).
  2. Une épargne de précaution : placée sur un support à capital garanti, l’équivalent du fonds en euros de notre assurance-vie.
  3. Une épargne de projet : placée sur des supports boursiers, pour un projet à long terme.

Un budget pour la bourse peut donc osciller entre 5 à 40 % de son patrimoine.

Règle 2 : Diversifiez les investissements

Pour bien diversifier, il faut associer des actifs qui évoluent différemment. Techniquement, il faudrait dire « non corrélés ». Autrement dit, celui qui investit dans des titres qui évoluent dans des directions opposées échoue en réalité à diversifier. Pour résumer, il y a plusieurs stratégies que les investisseurs actions adoptent pour diversifier :

  • Investir dans des actions de secteurs économiques différents
  • Investir dans des actions issues de zones géographiques différentes
  • Investir dans des classes d’actifs différentes (obligations, actions, métaux, monnaies)

Pour plus de simplicité, les ETF représentent la solution la plus adaptée pour diversifier. Les ETF, également appelés trackers, sont des fonds cotés en bourse et dont le capital est investi sur un panier de titres. Par exemple, un ETF CAC 40 aura son capital investi sur les 40 titres de l’indice, en respectant le poids de chaque titre : Air Liquide, Airbus, TotalEnergies, Alstom, etc.

Leurs avantages :

  • Accessibles à partir d’une dizaine d’euros, et même en fractions chez eToro
  • Pas d’expertise requise puisqu’ils se contentent de répliquer un indice
  • Diversification automatique en investissant dans des centaines d’actions à la fois
  • Moins risqués que des actions individuelles
  • Jusqu’à 20 fois moins gourmands en frais que les OPCVM

Règle 3 : Appliquez la méthode DCA (investissement progressif et programmé)

Plutôt que d’investir une seule fois 10 000 €, il est plus prudent d’investir 5 fois 2 000 € sur une durée de 10 mois par exemple. Et pour au moins deux raisons :

  • Le point d’entrée : même pour un investisseur expérimenté, il est particulièrement complexe d’acheter au plus bas pour solder sa position au plus haut.
  • La sérénité : le stress est important lorsqu’on investit un montant important d’un coup à un cours donné. Emotionnellement, on s’expose à des reventes sous le coup de la panique.

Plutôt que d’investir tout en une fois, il est donc préférable de s’orienter vers une stratégie de moyenne des coûts pour prendre à contre-pied la volatilité des actions. Une stratégie DCA consiste donc avant tout à investir un montant fixe, à intervalles réguliers, sans se soucier du cours d’entrée.

Grâce à cette stratégie :

  • Vous profitez de plusieurs cours d’achat dans le temps, vous rendant moins sensible aux corrections.
  • Si le marché chute effectivement, vous continuez à acheter avec une possibilité de rendement dès lors que le cours remonte.

Au final un cercle vertueux se met en place car quelle que soit la direction du marché, vos multiples points d’entrée lissent les hausses et les baisses du cours. Ce qui augmente vos chances de rentabilité par rapport à un investissement où vous auriez acheté à un cours unique et en une seule fois.

Règle 4 : Ne cédez pas à l’euphorie ni à la panique

Soyez préparé à voir votre investissement évoluer en dents de scie. Les marchés évoluent par cycles haussiers de 14 à 18 mois. Statistiquement, tout investissement en bourse à long terme est donc amené à connaître une vague haussière de 14-18 mois, puis à subir une « correction », puis repartir à nouveau à la hausse pour 14-18 mois, etc.

Malgré ces corrections chutes régulières, les marchés actions sont haussiers sur le long terme. C’est pour cette raison que nous insistons sur la nécessité d’investir en bourse à long terme : plus votre horizon d’investissement est éloigné dans le temps, et plus le risque de perte s’approche de zéro :

  • En investissant sur 1 an, le risque de perte dépasse les 30 % ;
  • En investissant sur 10 ans, le risque de perte passe sous les 10 % ;
  • En investissant sur 15 ans et plus, le risque de perte est proche de 0 %.

Votre capital est à risque. D’autres frais peuvent s’appliquer. Pour plus d’informations, consultez etoro.com/trading.


Quelle enveloppe pour investir en bourse ?

Avant d’investir en bourse, il faut réfléchir à l’enveloppe qui va contenir vos titres. Ce choix a un impact en matière de frais et de fiscalité. Par défaut, c’est le compte-titres qui est utilisé par les investisseurs expérimentés. Mais pour un primo-investisseur, il est préférable de commencer par une petite assurance-vie, ou un PEA.

L’assurance-vie

Comment investir en bourse ? Guide pour les débutants

S’il s’agit de votre tout premier investissement en bourse, il est prudent de placer votre épargne sur une assurance-vie en gestion pilotée. La gestion pilotée consiste à déléguer à un professionnel :

  • La construction de votre portefeuille
  • La gestion et les arbitrages

En moyenne, la gestion pilotée coûte 1 % de frais de mandat par an. En y rajoutant les frais de l’assureur (environ 0,70 %) et les frais propres aux supports, les meilleurs contrats multisupports en gestion pilotée vous coûteront environ 2 % de frais globaux à l’année.

Les gains retirés du contrat sont exonérés d’impôt (0 % au lieu de 12,80 %), mais les prélèvements sociaux restent applicables (17,20 %). De plus la fiscalité ne s’applique pas tant que vous ne retirez pas vos gains. De quoi permettre un « effet boule de neige », car vos gains peuvent être réinvestis automatiquement.

Les plus de l’assurance-vie pilotée

  • Fiscalité privilégiée après la 8ème année
  • Peu gourmande en frais annuels (ETF)
  • Peut aussi contenir votre épargne de précaution (fonds euros)
  • Pas de plafond

Les limites de l’assurance-vie

  • Ne permet pas d’investir sur des titres en direct (sauf rares exceptions)

Le PEA

Comment investir en bourse ? Guide pour les débutants

Avec un peu plus d’expérience, vous pourrez allouer une deuxième poche de votre capital à un PEA. Pour maintenir un portefeuille équilibré, envisagez par exemple de placer 80 % sur des ETF et 20 % de liquidités pour acheter des actions sur la base de vos convictions.

Si en théorie l’univers d’investissement est limité aux actions et ETF européens, en réalité quantité d’ETF éligibles au PEA sont adossés à des indices mondiaux et américains (via un mécanisme appelé « swap ».

Si le PEA fait autant d’adeptes, c’est aussi en raison de son cadeau fiscal : 0 impôt à payer après 5 ans, même si les prélèvements sociaux restent applicables.

Les plus

  • Impôt réduit à 0 % après la 5ème année de détention
  • Permet d’investir en actions européennes
  • Permet d’investir en actions américaines (via mécanismes)

Les limites 

  • Plafonné à 225 000 € (150 000 € PEA + 75 000 € PEA-PME)
  • Un seul PEA par personne autorisé !

Le compte-titres

Comment investir en bourse ? Guide pour les débutants

Avec une assurance-vie pilotée en place et un PEA garni jusqu’à son plafond, il sera temps d’envisager la bourse avec un effet de levier. Celui-ci va vous permettre d’amplifier vos gains. Pour faire simple, un effet de levier de 1:30 va vous permettre de trader avec 1 000 euros comme si vous en aviez 30 000. Même si vous e pourrez jamais perdre plus que le capital investi, il est inenvisageable de se lancer sans formation sérieuse.

Vous pouvez notamment utiliser le compte démo dans un premier temps. Si vous n’êtes pas rentable sur ce dernier, il y a peu de chances que vous soyez un trader rentable avec de l’argent réel… Si le compte-titres ne possède pas de fiscalité privilégiée comme le PEA et l’assurance-vie, il couvre quantité de marchés :

  • L’Or et d’autres métaux tels que le Platine et le Palladium
  • Les paires de devises EUR/USD, GBP/USD
  • Les matières telles que le Pétrole WTI
  • Les indices boursiers tels que le CAC 40, Nasdaq 100, DAX 40

Les plus du compte-titres

  • L’univers d’investissement le plus large
  • Effet de levier disponible
  • Zéro commission chez de plus en plus de courtiers (eToro)
  • Protection contre les soldes négatifs

Les limites du compte-titres

  • Risque accru
  • Pas de fiscalité privilégiée

En résumé :

Assurance-vie PEA Compte-titres
Avantages-clés Fiscalité privilégiée après 8 ans Fiscalité privilégiée après 5 ans Univers d’investissement très large
Inconvénients Univers d’investissement limité Versements plafonnés à 150 000 €

Retraits avant 5 ans à fermeture du compte

Pas de fiscalité privilégiée
Supports à privilégier CFD ETF actions

Actions

ETF obligations

Fonds en euro

ETF actions

Horizon d’investissement Moyen et Long terme Long terme Court terme
Pour quel profil ? Primo-investisseur Investisseur débutant, intermédiaire Expérimenté

Votre capital est à risque. D’autres frais peuvent s’appliquer. Pour plus d’informations, consultez etoro.com/trading.


Les meilleures stratégies pour investir dans la bourse

Aucun investisseur ne ressemble à un autre dans ses stratégies. Les investisseurs ont des styles de gestion différents car ils n’ont ni les mêmes objectifs, ni le même niveau de capital, ni le même niveau de maîtrise. On considère qu’il existe trois grandes « familles » de stratégies en bourse.

L’investissement passif

Plutôt que d’essayer de battre le marché, pourquoi ne pas simplement se calquer sur lui ? L’idée repose sur deux constats. D’abord, une gestion « active » confiée à un gérant repose sur des analyses et des convictions humaines. Elle est donc faillible. Selon une étude de Morningstar, plus de 50 % des fonds gérés activement échouent à battre leur indice de référence.

Ensuite, la gestion active coûte cher. Les fonds actifs prélèvent jusqu’à 4 % de frais de gestion annuels, calculés sur les capitaux sous gestion. Très souvent les performances ne justifient pas une telle ponction !

D’où la création des ETF. Ces fonds indiciels dont le portefeuille est calqué sur la composition d’un indice. Les ETF connaissent un énorme succès : environ 20 % des capitaux sur les marchés boursiers sont investis en ETF.

Comment investir ?

Dans sa forme la plus simple, cela consiste à investir dans un ETF. Il y en a de toutes sortes, autant que d’indices.

Produits privilégiés

  • ETF actions (ex : ETF CAC 40)
  • ETF métaux (ex : ETF Or)
  • ETF obligations (ex : ETF Government Bonds)

L’investissement « Growth »

L’investissement “growth” consiste à s’intéresser à des valeurs à forte croissance. On se concentre sur des entreprises qui devraient croître à un rythme supérieur à la moyenne à long terme, même si le cours de l’action semble élevé.

Comment investir ?

C’est la croissance des bénéfices, historique et prévue, qui focalise l’attention. Cette croissance doit être supérieure à celle du secteur auquel appartient l’entreprise. A partir de là, l’investisseur va confirmer si la hausse du cours peut se prolonger : d’autres paramètres comme le chiffre d’affaires, la trésorerie, mais aussi les besoins de financement de la croissance. Généralement, un investisseur growth se soucie peu des dividendes. D’ailleurs les actions de croissance versent rarement de dividendes.

Actions privilégiées

  • Les petites capitalisations prometteuses : « small caps »
  • Actions de marchés émergents
  • Actions d’entreprises récemment reprises
  • Actions Internet
  • Actions technologiques

L’investissement « Value »

L’investissement « value » consiste à s’intéresser aux valeurs décotées. L’idée est que le marché des actions réagit de manière souvent disproportionnée aux bonnes et aux mauvaises nouvelles. Une réaction excessive qui entraîne le cours loin de sa valeur fondamentale, c’est-à-dire un prix qui reflète ses perspectives à long terme. L’investisseur value va acheter une action lorsque le cours est bas et revendre dès qu’il sentira que le cours aura suffisamment approché sa juste valeur.

Comment investir ?

Plusieurs ratios permettent de détecter des sous-évaluations potentielles :

  • Le cours rapporté aux bénéfices : “Price/Earnings ratio“,
  • Le cours rapporté au chiffre d’affaires,
  • La valeur comptable rapportée au chiffre d’affaires,
  • Le rendement du dividende (en %)

A partir de là, l’investisseur confirme que le titre décoté possède réellement un potentiel de rebond. Le risque est en effet que le titre échoue finalement à rebondir en raison de ses fondamentaux, enfermant l’investisseur dans une « value trap ».

Actions privilégiées

  • Finance
  • Energie
  • Télécommunications

Combien investir en bourse en tant que débutant ?

En tant que débutant, il n’y a pas de somme fixe pour commencer à investir en bourse. Des courtiers comme eToro permettent de passer des ordres sur des fractions d’actions ou d’ETF pour l’équivalent de 10 $. Et si 100 € suffisent pour démarrer un investissement type DCA sur un ETF, le montant exact dépend in fine de votre patrimoine.

Comme indiqué plus haut, il faut raisonner en prenant en compte votre situation financière. A partir de là, un premier portefeuille réellement diversifié pourrait ressembler au suivant :

  • 100 € sur un ETF Obligations
  • 100 € sur un ETF S&P 500
  • 100 € sur un ETF MSCI World
  • 100 € sur un ETF Or ou un ETF métaux rares
  • 100 € sur un ETF Green Bond

Au final, nous conseillons donc d’investir un minimum de 500 € pour démarrer du bon pied. Autrement dit pour démarrer avec un portefeuille qui soit capable à la fois d’absorber les frais d’ordres et d’offrir une diversification acceptable.

Votre capital est à risque. D’autres frais peuvent s’appliquer. Pour plus d’informations, consultez etoro.com/trading.


Conclusion

Si ce dossier vous a conforté dans votre envie d’investir en bourse, vous savez maintenant que plusieurs options s’offrent à vous pour démarrer en bourse sans trop vous prendre la tête :

  • Investir dans des unités de compte en gestion pilotée sur une assurance-vie
  • Investir vous-même dans quelques ETF via un PEA
  • Investir dans un Smart Portfolio du courtier eToro

Et si votre capital de départ le permet, pourquoi ne pas le répartir sur ces trois placements ? Si les UC et les ETF apportent leur lot d’avantages, le Smart Portfolio d’eToro possède aussi les siens :

  • Il est performant (certains rapportent plus de 200 % par an !)
  • Il vous apprend comment un investisseur professionnel structure son portefeuille
  • Il est débouclé chaque fin d’année, de sorte que vous encaissez votre plus-value annuellement

Pour rappel, un Smart Portfolio est un portefeuille « clés en main » proposé par eToro et des sociétés de gestion partenaires, déjà composé de lignes de titres et avec une orientation spécifique (actions, ETF, cryptomonnaies). D’ailleurs un compte démo d’eToro, sans limite de durée, vous permet de les consulter et d’y investir des fonds virtuels.


FAQ : on répond à vos questions sur comment investir en bourse

Faut-il investir en bourse ?

Comment investir en bourse ? Guide pour les débutants
Il faut investir en bourse, car sur le long terme les marchés actions produisent la meilleure rentabilité pour un euro investi, mieux que l’immobilier et l’or-papier. On constate d’ailleurs que les ménages français les plus aisés ont une majorité d’actifs financiers dans leur patrimoine.

Combien peut-on gagner en bourse ?

Comment investir en bourse ? Guide pour les débutants
On peut espérer gagner 8 à 15 % par an en bourse, en moyenne et à condition de viser le long terme. Ce chiffre moyen correspond à ce que vous pourriez gagner en investissant sur un ETF basé sur l’indice S&P 500 (500 premières capitalisations américaines). Derrière ce chiffre « moyen », on pourrait avoir certaines années à +40 % et d’autres à -25 % par exemple.

Peut-on perdre tout son capital investi en bourse ?

Comment investir en bourse ? Guide pour les débutants
Non, on ne peut pas perdre tout son capital investi en bourse, à moins bien sûr de faire n’importe quoi. Statistiquement, le risque de tout perdre est proche de 0 lorsque vous investissez sur un ETF actions, et sur une période supérieure à 15 ans. En revanche il augmente à plus de 70 % lorsque vous négociez des produits spéculatifs de court terme tels que les CFD, turbos et warrants (au moins 1 trader CFD sur 7 est perdant !).

Combien faut-il investir en bourse ?

Comment investir en bourse ? Guide pour les débutants
Il faut investir au moins 500 euros pour démarrer sérieusement en bourse, en commençant par les investir sur un portefeuille d’ETF. Bien entendu, 10 à 50 euros suffisent théoriquement pour ouvrir un PEA ou un compte-titres, mais se révèlent insuffisants en pratique pour respecter les impératifs de diversification.
Salomé Martin
Salomé Martin
administrator
Salomé Martin
administrator

Rédactrice web depuis plusieurs années maintenant, j'ai l'habitude de rédiger sur toutes les thématiques. Toutefois, ayant une appétence particulière pour la Finance, et notamment pour le monde des crypto monnaies, j'ai décidé de me spécialiser uniquement sur cette thématique.