Les meilleures crypto-monnaies françaises à acheter


Dernière mise à jour:

Dans l’écosystème crypto français, le métavers The SandBox (SAND) et le jeu de fantasy football Sorare sont un peu l’arbre qui cache la forêt. Moins médiatisés, une multitude d’autres crypto monnaies françaises et projets innovants, appuyés par des acteurs du sérail, s’attaquent aux niches les brûlantes du marché. Entre NFT, finance et gaming, allons ensemble à la découverte des cryptos made in France et voyons comment chacune tire son épingle du jeu.


Top des meilleures cryptos françaises

Le trading de crypto-actifs représente un investissement risqué et volatil.


Zoom sur les meilleures cryptos françaises en 2022

Allons ensemble à la découverte des meilleures crypto monnaies et projets français, classés ici par ordre de capitalisation.

Request Network (REQ), facturer en cryptos et stablecoins

request REQ

Imaginez-vous freelance dans le montage vidéo ou dans le développement web, et que vous souhaitez émettre des factures en stablecoins (USDT) pour plusieurs PME clientes. Le protocole Request Invoicing de Request Network permet de le faire en toute simplicité, en indiquant les coordonnées du client, la crypto / stablecoin de paiement, les délais de règlement, prise en compte de la TVA, autres taxes, …

On peut même imaginer un smart contract Request dans lequel une voiture est payée en ETH ou en USDT, et où les fonds sont bloqués tant que la géolocalisation du véhicule ne correspond pas à l’adresse de livraison. Le jeton REQ est utilisé pour payer les commissions sur le réseau, chaque transaction donnant en effet lieu à un paiement avant diffusion, de sorte à décourager les utilisateurs malveillants et les spams.

On sait que plusieurs grands noms de la blockchain utilisent déjà cet outil : Arianee en France, mais aussi Aave, MakerDAO, Near Protocol, Gnosis. La principale force de Request réside dans la palette d’options dans son interface.

Points forts :

  • Request résout avec ses outils les problématiques de comptabilité et d’audit.
  • Permet de mieux protéger les données des utilisateurs. Lorsqu’un site web intégre les paiements sous Request, il devient impossible de facturer des frais cachés ou d’initier des débits non autorisés.

La cryptomonnaie REQ :

  • Capitalisation : 132,5 millions $
  • Rang : #170

Le trading de crypto-actifs représente un investissement risqué et volatil.

iExec (RLC), monétiser applications et serveurs sur Ethereum

iExec RLC

Imaginez que vous possédiez un ordinateur de gaming ultra-puissant, mais que vous ne vous en servez pas durant la journée. C’est autant de puissance informatique laissée inutilisée. Le projet iExec RLC (RLC = run on lots of computers) vous permet de monétiser cette puissance de calcul en la louant à des clients, en échange de jetons RLC. Il s’agit principalement d’entreprises qui cherchent à faire du montage vidéo, des simulations en architecture ou encore de l’analyse de données.

Porté par une équipe franco-chinoise, le projet a levé plus de 20 millions de dollars en 2017 en moins de trois heures et a rapidement fait parler de lui.

Points forts :

  • Le projet est soutenu par des institutionnels français et chinois, et le CV de l’équipe est impressionnant : chercheurs au CNRS et à l’INRIA, membres de l’Académie des Sciences de Chine.
  • Le principal marché visé est le marché asiatique du cloud computing.
  • Déjà une forte activité des développeurs d’applications décentralisées, l’équipe fournit d’ailleurs un support dédié à ceux qui veulent développer sur iExec.

La cryptomonnaie RLC :

  • Capitalisation : 84 millions $
  • Rang : #295

Le trading de crypto-actifs représente un investissement risqué et volatil.

Ark (ARK), un pont entre blockchains

ARK

Imaginez que vous vouliez envoyer 10 ARK à votre portefeuille en ETH. Normalement, cela nécessiterait de passer par un service comme Changelly, Shapeshift ou Binance. Avec Ark et ses fameux ponts inter-blockchains SmartBridge, vous pouvez faire un virement à un ami en BTC ou en ETH sans vous soucier de la conversion, le tout en moins de 8 secondes. Le projet ARK (A fast secure core technology) n’entend pas révolutionner la blockchain, mais créer un écosystème avec deux caractéristiques-clés.

D’abord connecter plusieurs réseaux entre eux : pour le moment, seul les ponts Ark/Bitcoin et Ark/Ethereum sont fonctionnels et sécurisés, ce qui fait d’Ark le seul projet avec ThorCHAIN (RUNE) à être capable de faire communiquer nativement les deux réseaux phares du marché,

Ensuite permettre aux entreprises de créer une blockchain à la demande : avec des outils essentiellement visuels, c’est-à-dire sans compétences ultra-pointues en programmation, comme c’est le cas par exemple avec Ethereum qui requiert un haut niveau de connaissance de son langage Solidity.

Points forts :

  • Un gros focus sur l’interopérabilité, qui représente l’avenir de la blockchain.
  • Fonctionne sur la base d’un consensus DPoS (delegated proof of stake) : pas de compétition entre mineurs, mais un système de « délégués » élus et chargés de créer les blocs d’ARK.
  • La volonté de rendre la blockchain réellement utilisable au quotidien par les entreprises.

La cryptomonnaie ARK :

  • Capitalisation : 71,5 millions $
  • Rang : #325

Le trading de crypto-actifs représente un investissement risqué et volatil.

BTU Protocol (BTU), le futur de l’hôtellerie

BTU

Imaginez que vous possédiez un superbe mas dans les Bouches-du-Rhône. Pour le louer en été, vous n’avez pas d’autre choix que de passer par une plateforme telle que Airbnb, avec les commissions que nous connaissons.

Le projet BTU Protocol entend s’affranchir des intermédiaires de l’hôtellerie, en proposant un ensemble d’outils à intégrer directement sur votre blog. De quoi vous permettre d’indiquer les disponibilités, et aux clients de les consulter librement et de réserver le bien. BTU intègre aussi la possibilité de sanctionner les utilisateurs qui ne consomment pas leurs réservations.

Vous payez en euros ou en USDT et le protocole vous reverse d’ailleurs un petit volume de BTU (cashback), que vous pouvez convertir chez des partenaires tels que la FNAC. Les outils de BTU Protocol visent à faciliter la rémunération de toutes les parties : les propriétaires de biens ou d’hôtels, les clients mais aussi les influenceurs qui font la promotion des services.

Points forts :

  • Les outils sont regroupés dans un kit logiciel facile à prendre en main et gratuit.
  • L’ensemble du protocole BTU est basé sur le réseau Ethereum, les contrats intelligents sont déjà activés et le jeton BTU sert de monnaie d’usage.
  • L’équipe est solide et compétente

La cryptomonnaie BTU :

  • Capitalisation : 27,9 millions $
  • Rang : #546

Kleros (PNK), résoudre les litiges grâce à la blockchain

Kleros PNK

Imaginez que vous travaillez en freelance sur le site web d’une nouvelle PME. Vous livrez le site dans les temps, mais problème, l’entreprise traine des pieds – ou prétexte diverses raisons pour ne pas vous payer. Au lieu de passer par la case tribunal, le protocole Kleros propose de contractualiser sur sa blockchain, à l’aide d’un contrat intelligent, et sous l’égide d’un jury expert. La PME cliente envoie les fonds du projet sur un smart contract Kleros : si le travail est fini, validé et prouvé, les fonds sont automatiquement débloqués vers le freelance. Autrement, un « jury » expert officiant sur Kleros décide et tranche un éventuel litige.

Les membres du jury ne se connaissent pas, n’ont aucun moyen d’identifier les autres et donc d’entrer en contact. Le verdict tombe en trois jours, les fonds sont transférés/retournés et chaque membre du jury est récompensé en jetons PNK.

Points forts :

  • Le protocole répond à un vrai besoin en matière de résolution de litiges : freelancing, mais aussi assurances, voyages, jeux, droits d’auteur, e-commerce…
  • Kleros est soutenu par divers acteurs de référence, y compris le groupe Thomson Reuters chez qui il est incubé.
  • Kleros fonctionne sur le réseau Ethereum, sous la forme d’une organisation autonome décentralisée (DAO).

La cryptomonnaie PNK :

  • Capitalisation : 21,7 millions $
  • Rang : #606

Le trading de crypto-actifs représente un investissement risqué et volatil.

Kryll (KRL), le trading automatisé de cryptos

Kryll KRL

Imaginez que vous soyez rentable au trading de cryptos depuis quelques années et que vous souhaitiez monétiser vos analyses auprès d’autres utilisateurs. Vous pourriez le faire sur eToro, mais vous visez des utilisateurs utilisant aussi bien eToro que Binance, BitStamp, Coinbase, Kraken, HitBTC, FTX.

Le terminal de trading Kryll existe depuis bientôt cinq ans et s’attaque à ce problème. En clair, il s’agit d’une place de marché où on peut vendre (ou acheter) des stratégies de trading. Les utilisateurs ne sont pas limités à tel ou tel exchange, puisque le terminal Kryll est compatible avec l’essentiel des gros exchanges du marché. Attention, il ne s’agit pas de copy trading, mais bien de robots de trading.

Points forts :

  • Un terminal de trading fiable et performant.
  • Une introduction idéale aux robots de trading sur les cryptomonnaies.

La cryptomonnaie KRL :

  • Capitalisation : 18 millions $
  • Rang : #643

DomRaider (DRT), gérer les enchères décentralisées

DomRaider DRT

Imaginez que vous souhaitiez créer une boutique en ligne où vos produits se vendraient avec un système d’enchères. Or engager une agence de développement pour vous concocter un portail d’enchères en ligne ne vous semble pas envisageable, puisqu’il faut aussi penser à l’audit et à la sécurité de l’argent des enchérisseurs et des vendeurs…

Avec sa plateforme Auctionity, le projet DomRaider s’attaque justement à ce problème. Elle fonctionne sur Ethereum, mais utilise son jeton DRT pour toutes les transactions, histoire de ne pas subir les délais et les frais de gas propres à l’ETH. Plusieurs entreprises européennes sont déjà clientes d’Auctionity. Récemment c’est vers les ventes de NFT que le projet s’est orienté.

Points forts :

  • Plateforme Auctionity déjà fonctionnelle, sans intermédiaires pour gérer les enchères.
  • Des coûts de fonctionnement faibles même si le protocole est basé sur le réseau Ethereum.
  • Problématique de l’audit automatiquement résolue par la décentralisation.

La cryptomonnaie DRT :

Capitalisation : 0,2 million $

Rang : #1957

NapoleonX (NPX), les premiers fonds crypto européens

napoleonx NPX

Imaginez maintenant que vous souhaitiez trader les cryptomonnaies mais que votre expérience en matière de trading soit limitée. Vous êtes à la recherche d’un robot de trading qui a fait ses preuves. Les NapBots de NapoleonX sont fonctionnels depuis 2019 : déclinés en 17 stratégies différentes, il n’y a aucun logiciel à installer puisque le robot peut s’interfacer directement sur votre compte Binance, Kraken, OKX, Bitfinex, etc.

Il faut rappeler que NapoleonX est le premier gestionnaire alternatif agréé par l’AMF, et qu’il gère des fonds en cryptos pour des institutionnels, family offices et particuliers. NapoleonX propose à ses clients d’investir dans des véhicules d’investissement baptisés DAF, des decentralized autonomous funds.

Le jeton NPX a plusieurs utilités : il vous permet de souscrire à des NapBots, mais aussi de récupérer des « dividendes », autrement dit une partie des frais de gestion facturés par NapoleonX à ses investisseurs en DAF. Sur 25 % facturés, 21,25 % sont redistribués aux détenteurs de tokens NPX !

Points forts :

  • Un véritable acteur de référence en Europe, et l’un des plus sérieux.
  • Le jeton NPX n’est pas vraiment spéculatif, il n’est d’ailleurs pas listé sur les exchanges les plus importants. C’est plutôt un outil qui vous fait bénéficier d’une rente !

La cryptomonnaie NPX :

  • Capitalisation : inconnu
  • Rang : inconnu

Investir dans une crypto-monnaie française est-ce une bonne idée ?

Cryptomonnaie française ou pas, un investissement dans la crypto est avant tout lié au potentiel haussier de celle-ci. Néanmoins, il y a trois autres arguments-clés qui incitent à s’intéresser aux cryptomonnaies made in France.

Les projets crypto français s’attaquent à des niches

Vous aurez remarqué que plutôt que de s’attaquer à des segments de marché déjà saturés par les projets américains, les projets locaux préfèrent s’attaquer à des niches plus porteuses. Aujourd’hui, il y a deux principaux courants sur le marché des cryptomonnaies.

  • D’un côté les applications et protocoles de finance décentralisée (DeFi), qui essaient de résoudre les problèmes d’échanges monétaires, d’emprunt et d’investissement de liquidités. Le tout en s’attaquant frontalement au monopole des banques et autres établissements de crédit.
  • De l’autre les projets qui essaient de s’intégrer aux circuits financiers actuels, en proposant des innovations moins spectaculaires mais qui n’en restent pas moins importantes.

Pour diverses raisons (financement, philosophie, cadre réglementaire), on constate que les fleurons français privilégient la seconde voie. En clair, plutôt que de vouloir créer de tous nouveaux secteurs, les technologies blockchain françaises recherchent plutôt des industries existantes pour les porter. C’est dans ce contexte que s’inscrivent par exemple Ark (ARK) et iExec (RLK), les cryto françaises avec la capitalisation la plus importante.

La régulation française est plus stable pour les projets

La loi Pacte, le régime PSAN et l’ordonnance n°2020-1544 du 9 décembre 2020 offrent un cadre plus sécurisant aux start-ups de l’écosystème crypto. Cela a un impact sur la stabilité des projets eux-mêmes. C’est un avantage par rapport aux cadre américain et chinois où la vie des entreprises blockchain s’avère compliquée, constamment sur le qui-vive car les Etats agitent régulièrement la menace d’un tour de vis réglementaire.

Aux Etats-Unis, des états comme celui New York et le Massachussetts ont instauré un cadre réglementaire très complexe concernant les crypto-actifs, mettant les entreprises aux prises avec des lois parfois contradictoires et une jurisprudence très (trop ?) confuse.

En France, la loi Pacte et le régime PSAN ont donné un cadre juridique certes moins avancé mais qui a le mérite d’être plus clair : il n’y a aucune contradiction dans les textes et un interlocuteur sert de « guichet » unique – l’Autorité des Marchés Financiers (AMF).

La régulation française est plus sécurisante pour l’épargnant

Le cadre réglementaire français autour de la finance vise avant tout à protéger les petits épargnants contre les agissements des acteurs les plus importants. Récemment nous vous rapportions la bataille juridique qui fait suite à la faillite de la plateforme Celsius, spécialisée dans les prêts et emprunts en cryptomonnaies. Récemment placée sous le régime des faillites (le fameux chapter 11 de la loi fédérale américaine), les avocats de la plateforme insolvable affirment que les cryptos investies par les clients sont désormais la propriété de Celsius.

En effet, les CGU de Celsius indiquaient bel et bien que les utilisateurs ayant investi dans les programmes Earn (placer des cryptos) et Borrow (emprunter des stablecoins) avaient abandonné la propriété de leurs crypto-actifs à la la plateforme… En clair, les CGU étaient très défavorables aux déposants et il y a peu de chances que ceux-ci revoient un jour la couleur de leur argent.

Une telle situation aurait du mal à passer face à la justice française, tout simplement parce que le système juridique français a pas mal d’outils à sa disposition pour protéger les clients face aux clauses contractuelles défavorables en cas de litige. Saisi par les clients, un juge peut décider à tout moment que ces clauses sont inopposables en raison de leur nature abusive.

Le trading de crypto-actifs représente un investissement risqué et volatil.


Qu’est-ce qu’une crypto monnaie française ?

Crypto française

Sur le papier, on peut considérer qu’une cryptomonnaie est française lorsqu’elle coche les cases suivantes :

  • Les fondateurs sont français,
  • Les hommes-clés et l’essentiel des membres de l’équipe sont français,
  • Le projet est juridiquement domicilié en France.

Sur le terrain, nous constatons que les talents français occupent une place de choix dans les plus grands projets crypto & blockchain. Avec les Américains, les Israéliens et les Chinois, les Français sont la nationalité la plus représentée dans les projets du top 100. NFT, gaming, finance, mais surtout DeFi … il y a énormément de Français.

Parmi les frenchies les plus visibles :

  • Julien Bonteloup, l’un des piliers du protocole de finance décentralisée CURVE et de nombreux autres projets à succès tels que Stake DAO et BlackPool.
  • Jordan Lazaro Gustave, directeur d’exploitation de AAVE et investisseur en capital-risque.
  • Jon Atack, une des principales têtes pensantes de Bitcoin Core, le logiciel au cœur de Bitcoin.
  • Bastien Teinturier, développeur phare et tête pensante du déploiement de Lightning Network, la mise à jour qui a permis d’améliorer la scalabilité du réseau Bitcoin.
  • Lounès Ksouri, à l’origine d’Umbrel, un projet qui permet de construire son propre nœud Bitcoin de manière intuitive et sans les principales complexités techniques.

Au final, s’il existe finalement un nombre de cryptomonnaies françaises à l’échelle du marché, les grands projets ont tous un accent français en raison du grand nombre de Français qui y occupent un haut niveau de responsabilité.

Le saviez-vous ? L’expression « Future of France » est devenue un mème, en parlant d’Ethereum et du futur qu’il incarne pour la finance décentralisée (DeFi). En réalité, un utilisateur a écrit maladroitement écrit future of france au lieu de future of finance dans un canal Discord (la faute à l’auto-correcteur ?). Une faute qui a beaucoup fait rire et qui a été reprise rapidement sur Twitter. Une histoire potache qui n’est pas sans rappeler l’origine du terme HODL.


Où acheter les meilleures cryptos françaises ?

Pour acheter les cryptos françaises de notre sélection, Capital.com est le meilleur broker car il propose jusqu’à 570 paires de trading crypto ! Avec ce broker, il est en effet question de trader les cryptos par le biais d’un CFD. Cela vous évite de penser aux problématiques de stockage et de sécurisation. Dans cette section, vous apprendrez comment ouvrir un compte vérifié, déposer des fonds et passer un ordre d’investissement sur Capital.com.

Étape 1 – Créer son compte Capital.com

La première étape consiste à se rendre sur le site officiel Capital.com pour y créer un compte de trading. Sur la page d’accueil, cliquez sur le bouton « S’inscrire », puis renseignez vos informations dans le formulaire d’inscription. Confirmez la création du compte en cliquant dans le lien qui vous est envoyé par mail.

capitalcom compte

Étape 2 – Faire vérifier son compte

La deuxième étape consiste à faire vérifier son compte en transmettant une pièce d’identité et un justificatif de domicile. Commencez par répondre à une série de questions visant à définir votre profil d’investisseur et votre sensibilité au risque.

Ensuite il faudra déposer dans l’espace utilisateur une copie scannée de votre pièce d’identité (CNI OU passeport) et d’un justificatif de domicile de moins de trois mois (RIB, avis d’imposition). La vérification généralement moins de 48 heures.

Étape 3 – Déposer des fonds sur votre compte

La troisième étape consiste à déposer votre capital de départ sur votre compte, en utilisant l’un des moyens de paiement acceptés par Capital.com :

  • Carte bancaire
  • Virement SEPA

Rappelons que le dépôt minimum est de 20 € par carte bancaire. Toujours dans votre espace utilisateur, cliquez sur « Dépôt de fonds » afin d’afficher le formulaire de dépôt. Confirmez vos coordonnées et validez la transaction.

Étape 4 – Trader les paires de cryptos

La quatrième étape consiste à ouvrir vos premières positions sur les cryptos de notre sélection, disponibles sous la forme de paires associées au dollar américain, par exemple ARK/USD et RLK/USD.

Dans le panneau de gauche de votre interface, sélectionnez la catégorie « Cryptomonnaies » afin d’accéder aux différentes paires disponibles. En cliquant sur une paire, vous allez afficher le graphique de cours. Cela vous permet de choisir votre point d’entrée en fonction de votre analyse technique.

Le trading de crypto-actifs représente un investissement risqué et volatil.


Conclusion

En dépit d’un nombre étonnant de talents, la France a du mal à capitaliser sur ses personnalités et développer plus d’entreprises à succès. Ledger et Sorare, qui ont levé respectivement 380 et 680 millions d’euros en 2021 (la plus grosse levée de fonds de la french tech), sont un peu l’arbre qui cache la forêt. Derrière elles, de nombreux projets prometteurs peinent à trouver des liquidités pour financer leur croissance. Mais pourquoi la France a-t-elle tant de mal à développer plus de fleurons locaux ?

Le premier obstacle tient justement à l’accès aux capitaux. Lorsqu’on compare l’écosystème français à ceux du Royaume-Uni et des Etats-Unis, on se rend compte qu’il y a très peu de fonds de capital-risque dans la crypto. Les prétendus fonds dédiés à la fintech française évitent scrupuleusement les projets crypto et les rares projets qui arrivent à en bénéficier ont d’abord été soutenus par des fonds anglo-saxons – les financiers français se contentant de fermer la marche.

Le deuxième obstacle tient peut-être à la finance traditionnelle elle-même. On sait qu’en 2022 il est toujours très difficile pour une entreprise de l’écosystème blockchain crypto d’ouvrir un compte bancaire. Même les entreprises enregistrées comme PSAN auprès de l’Autorité des Marchés Financiers n’échappent pas à ces difficultés.


FAQ : on répond à vos questions sur les crypto-monnaies françaises

Quelles sont les meilleures cryptomonnaies françaises ?

Les meilleures crypto-monnaies françaises à acheter
Les meilleures cryptomonnaies françaises sont Ark (ARK), Kryll (KRL), Talao (TALAO), DomRaider (DRT), LGO Voyager (LGO), NapoleonX (NPX), Kleros (PNK), iExec (RLC). Nous en parlons en détail ici. Les cryptos ne sont pas données dans l’ordre d’importance.

Qu’est-ce qu’une cryptomonnaie française ?

Les meilleures crypto-monnaies françaises à acheter
On peut considérer qu’une cryptomonnaie est française à partir du moment où le projet coche les cases suivantes : les fondateurs sont français, les hommes-clés et l’essentiel des membres de l'équipe sont français, ou alors le projet est juridiquement domicilié en France. Pour en savoir plus sur l’avantage d’investir sur ces cryptos, cliquez ici.

Bitcoin ou cryptomonnaies françaises ?

Les meilleures crypto-monnaies françaises à acheter
Le Bitcoin est une cryptomonnaie qui met l’accent sur l’aspect monétaire, alors que les cryptomonnaies françaises telles que ARK mettent l’accent sur leur aspect utilitaire. Il peut donc être plus intéressant de trader les cryptomonnaies françaises à court terme en raison de leur potentiel haussier plus important. Nous vous montrons comment faire ici.
Salomé Martin
Salomé Martin
administrator
Salomé Martin
administrator

Rédactrice web depuis plusieurs années maintenant, j'ai l'habitude de rédiger sur toutes les thématiques. Toutefois, ayant une appétence particulière pour la Finance, et notamment pour le monde des crypto monnaies, j'ai décidé de me spécialiser uniquement sur cette thématique.