Accueil Pourquoi l’IRS réclame 24 milliards de dollars à FTX ?
Plateformes d'échange, Régulation, Toute l'actualité

Pourquoi l’IRS réclame 24 milliards de dollars à FTX ?

David Rajaonary
Rejoignez notre groupe Telegram pour rester au courant des dernières nouvelles crypto en direct.

Le Trésor américain maintient ses 45 réclamations fiscales à l’encontre de FTX, même si le montant des arriérés fiscaux a été revu à la baisse, passant de 44 milliards à 24 milliards de dollars. Des demandes classées sous la catégorie “Admin priority”, et bénéficiant par conséquent de la priorité sur les clients lésés de la plateforme défunte. Une audience doit se tenir aujourd’hui pour examiner les modalités de ce redressement fiscal vertigineux.

Les administrateurs et la masse de créanciers de FTX inquiets des sommes réclamées par le Trésor

Le fisc américain avait initialement fait grand bruit en avril dernier, déposant 45 réclamations d’un montant nominal totalisant 44 milliards de dollars. L’estimation a été ensuite réduite à 43 milliards de dollars en septembre, puis finalement ramenée à 24 milliards. FTX, par le biais des avocats en charge de la faillite, conteste toujours ces chiffres, les qualifiant d’“entièrement non fondés”.

Une audience au tribunal des faillites du Delaware doit se tenir aujourd’hui entre les deux parties. La position de FTX est claire : le groupe, opérationnel depuis seulement trois ans avant sa faillite (novembre 2022), n’a pas généré de revenus suffisants pour justifier un tel montant en impôts sur les sociétés, impôt sur le revenu et en charges sociales.

Là où le bât blesse, c’est  que, dans le cadre juridique américain, les chiffres fournis par l’IRS sont considérés comme exacts sauf si FTX peut démontrer leur inexactitude. FTX, en réponse, a qualifié cette approche de l’IRS d’“argument d’Alice au pays des merveilles”, maintenant que les bases d’imposition de l’agence sont déconnectées de la réalité financière de la plateforme et de ses entités affiliées.

La seule source de recouvrement pour l’IRS est de retirer les recouvrements aux victimes. Comme il n’y a aucune base pour faire valoir une réclamation fiscale contre les débiteurs, le recours de l’IRS à ses propres processus ne sert qu’à retarder les distributions aux personnes véritablement lésées.FTX

Assisté par son auditeur EY, FTX et sa nouvelle direction indiquent avoir coopéré avec l’IRS en répondant à plus de 2 300 demandes d’informations de la part des auditeurs mandatés par l’IRS. Cependant, malgré ces efforts, FTX soutient que l’IRS n’a jamais fourni de justification factuelle au calcul des différentes bases d’imposition utilisées pour le calcul des arriérés réclamés.

Autre point important, les créances dites d’administration prioritaire (Admin priority) sont généralement traitées en priorité par rapport aux autres créances. Cela signifie que l’IRS, en tant que créancier prioritaire, pourrait être remboursé avant les clients de FTX, les investisseurs en capital et autres fournisseurs qui attendent toujours de revoir la couleur de leur argent. A ce jour, la direction a remis la main sur 7 milliards de dollars d’actifs, contre une masse de réclamations de 16 milliards de dollars.

Hier, nous évoquions l’arrivée d’un nouveau plan de réorganisation de FTX, détaillant la distribution des actifs et la relance de la plateforme en 2024 sous un autre nom. Un plan qui a toutes les chances d’être retardé en l’absence d’accord sur ce redressement fiscal.

ftx-plainte-fiscale-américaine

🔎 Quelles entités du groupe FTX sont visées par ce redressement fiscal ?

Le 28 avril dernier, l’IRS a déposé des réclamations contre plusieurs entités autrefois dirigées par Sam Bankman-Fried, incluant Blockfolio, Weast Realm Shires Services, North Wireless Dimension, FTX Trading, FTX Marketplace, et certaines branches de FTX.US. Les montants réclamés varient selon l’entreprise. Notamment, la filiale de trading quantitatif Alameda Research, dirigée auparavant par Caroline Ellison, ex-compagne de Bankman-Fried, était visée par le plus lourd redressement, avec des réclamations dépassant 37,5 milliards de dollars.


Sources : Bloomberg, The Block


Sur le même sujet :

Rejoignez notre groupe Telegram pour rester au courant des dernières nouvelles crypto en direct.

David Rajaonary

David Rajaonary

David est analyste financier indépendant, et décrypte chaque dimanche pour vous l’actualité de la crypto et de la finance de la semaine. Il écrit régulièrement quelques papiers pour analyser des acteurs clés de la DeFi, des stablecoins et des monnaies numériques de banques centrales.

Diplômé en Finance et Comptabilité, David exerce depuis 10 ans dans l’Audit, le Conseil en management et l’Analyse financière. Ses premiers pas dans la crypto datent de 2020, avec l’étude de projets de monnaies numériques de banque centrale (MNBC) et de registres distribués (blockchains privées).

Depuis, David écrit régulièrement sur la percée des projets Ripple (XRP), Stellar Lumens (XLM) et Chainlink (LINK). Dans ses articles, il vous montre comment ces projets blockchain s’immiscent et transforment silencieusement le monde bancaire et celui de l'investissement.

Paiements transfrontaliers, transferts d’argent, bancarisation des populations vulnérables, prêts, tokénisation de titres financiers, tokénisation de biens immobiliers, lutte contre la fraude, sécurité … sont le fil conducteur de ses articles.

(Petit disclaimer : il s’exprime à titre personnel et son traitement de l’actualité ne constitue en rien des conseils d’investissement, ni des incitations à acheter ou à vendre des cryptomonnaies. Les prises de position, critiques et conclusions sont établies toujours dans le respect des principes d’éthique et de transparence journalistiques)

Quand il ne rédige pas sur la crypto, David aime explorer l’histoire de l’Art africain et des civilisations arabes.

Recevez toute l'actualité crypto en direct sur Telegram
Rejoignez notre groupe Telegram