Ethereum : La 2e place, c’est Bientôt fini pour le Prince des Crypto !
Toute l'actualité

Ethereum : La 2e place, c’est Bientôt fini pour le Prince des Crypto !

Marc-Antoine Caen Poletti
ethereum eth bientot la fin

Ethereum, le prince des cryptomonnaies, est en train de vaciller dangereusement !

Rejoignez notre groupe Telegram pour rester au courant des dernières nouvelles crypto en direct.

Ethereum entame la nouvelle année avec un cours en chute libre. Et a ce rythme, miner avec une carte graphique ne sera bientôt plus rentable. Avec un prix à peine au-dessus des 4.700$ au moment d’écrire ces lignes, il va falloir réfléchir à l’avenir. Pourtant le prince des crypto monnaies partait de loin. Son évolution fulgurante l’avait même mené à un niveau historique proche des 5 000 dollars.

 

Mais la monnaie légendaire n’a de cesse de perdre de la valeur en bourse. Si bien que le portefeuille de son créateur risque bien de faire la gueule. Peut-être est-ce à cause du schéma descendant que semble emprunter le Bitcoin, symbole de toutes les pièces numériques. Ou bien peut-être est-ce à cause de son architecture désuète que son fondateur tente de moderniser.

  • La mise à jour 2.0 du réseau Ethereum est encore reportée
  • Tascha fait un listing des blockchains les plus prometteuses sur Twitter
  • Le cours de l’ETH ne fait que baisser

L’Ethereum se fait vieux

Toutefois il ne faut pas enterrer Ethereum si vite. Son fonctionnement accuse peut-être de son âge avancé. Mais l’inflation attire de plus en plus d’investisseurs. Son prix devrait donc rester assez élevé, tant qu’il trouvera de nouveaux acheteurs. (Et son icône fera toujours de beaux fonds d’écran…)

Mais même s’il ne faut pas mettre l’ETH au placard, il faut garder en tête une chose. Le flippening ne se fera pas au profit de celui-ci. Car la monnaie de Vitalik présente nombre de défauts. Et s’il possède aussi des qualités, ses concurrents tout autant.

Le principal de ces problèmes est le coût de son réseau. Car les transactions sur le réseau Ethereum coûtent un bras. Au sens presque littéral du terme. Si vous décidez de transférer ne serait-ce que l’équivalent d’une place de cinéma, cela vous coûtera le double. Et c’est très problématique pour une technologie qui se veut remplaçante du système financier classique.

D’autre part, il faut également noter la lenteur de son réseau. Car une transaction ne se fait pas comme ça. Elle doit passer par plusieurs étapes de validations. D’autant que si vous décidez de payer les frais classiques, vous devrez attendre votre tour. Sur le réseau ERC-20, c’est celui qui paie le plus qui passe en premier. Plus vous voulez économiser, plus vous attendez. Parfois sans jamais avoir de résultat.

Pour finir, il est à noter que le réseau fonctionne pour le moment sur une preuve de travail. En anglais, on appelle cela Proof Of Work (POW). C’est le même système de fonctionnement que pour le Bitcoin. Le même système pour lequel le BTC est très mal vu par les néophytes…

 

cryptonaute twitter

ETH 2.0 arrivera trop tard

Et les adeptes de l’Ethereum vont faire une levée de bouclier. L’argument principal étant, évidement, la mise à jour 2.0. En effet, le réseau ERC-20 va évoluer. Une mise à jour est prévue afin de changer le système de fonctionnement POW en POS. Cet acronyme signifie Proof of Stake.

Comprenez ici que deux des trois arguments susnommés seront caducs à l’avenir. Et bien que la lenteur du réseau demeurera toujours présente, il faut bien reconnaitre que ce sera déjà mieux. Mais il ne faut pas oublier également que cette mise à jour peine à arriver.

L’ETH 2.0 n’est clairement pas pour tout de suite, puisqu’il est toujours repoussé. De plus, une part du réseau sera centralisé. Ce qui en fait déjà un nouveau défaut à ajouter. Ainsi, l’ETH tend à perdre sa place inexorablement.

De plus, Ethereum n’a pas été en mesure de résoudre le trilemme de l’évolutivité. Il est sécurisé et décentralisé, mais pas évolutif. Et tandis que chez Ethereum on cherche encore comment améliorer le réseau, d’autres font déjà mieux. Mieux que le mieux que puisse faire Ethereum dans l’avenir.

Des concurrents de taille pour détrôner Ethereum

Nous allons donc observer comment trouver la perle rare qui détrônera Ethereum. Dans un fil de discussion récent sur Twitter, Tascha, une macroéconomiste de carrière et grande adepte des crypto monnaies présente une catégorisation des blockchains prometteuses.

Il existe selon elle quatre catégories que nous allons détailler ici. Le niveau un est Ethereum, tout simplement, qui présente les défaillances que l’on vient de voir.

 

La deuxième catégorie comprend les réseaux qui commencent à prendre de l’ampleur. On peut citer en première ligne Solana, qui est la blockchain la plus rapide du moment. Avec ses 65.000 transactions par seconde théoriques, elle explose tous les scores. Elle ne dispose d’aucun rival sur ce terrain.

Il y a également Avalanche et Terra dans cette classe de blockchains. Tous les trois peuvent se vanter d’être très évolutives, au contraire d’Ethereum. Leur seul défi à l’heure actuelle est de se démarquer et de prendre la place du prince des crypto monnaies.

Cependant, la blockchain du SOL semble avoir quelques soucis pour sécuriser son réseau pour le moment. Tandis que le réseau du AVAX possède une architecture plus flexible. Terra quant à lui gagne beaucoup de popularité en ce moment, surtout grâce à l’évolution de son écosystème.

Ce sont donc trois acteurs du marché qu’il va falloir garder à l’œil. Car la prochaine pièce qui prendre la seconde place du classement se trouve certainement parmi elles.

En troisième catégorie, il y a toutes les blockchains qui ont tout ce qu’il faut pour réussir. Mais qui manquent pour le moment de visibilité et donc de croissance. Selon elle, il y en a beaucoup qui se retrouvent dans cette catégorie. On peut citer par exemple le réseau Near, Cosmos, Elrond ou encore Algorand.

Ethereum reste un bon investissement

Pour finir il y a toutes les blockchains qui ont déjà atteint le top 15 depuis un moment. On peut raisonnablement supposer qu’elles ont eu leur chance et n’ont pas été en mesure de prendre la place d’Ethereum. Il y a dans cette catégorie le réseau Cardano par exemple.

Tascha pense que ces crypto monnaies n’ont pas été à la hauteur de leur capitalisation boursière. Mais qu’elles pourraient devenir prometteuses si elles s’améliorent.

Reste qu’à ce jour, aucune de ces blockchains n’a été en mesure de prendre la place d’Ethereum. Bien que l’on vienne de voir des concurrents importants, n’oublions pas que ce changement ne se fera pas immédiatement. L’ETH a donc encore de beaux jours devant lui et reste un bon investissement à ce jour !

 

Rejoignez notre groupe Telegram pour rester au courant des dernières nouvelles crypto en direct.
Recevez toute l'actualité crypto en direct sur Telegram
Rejoignez notre groupe Telegram