Accueil Menaces sur le staking en Suisse : la FINMA s’explique
Actualités Crypto-monnaies, Actualités sur Blockchain, Régulation

Menaces sur le staking en Suisse : la FINMA s’explique

Yann-Olivier Bricombert
staking-suisse-finma
Rejoignez notre groupe Telegram pour rester au courant des dernières nouvelles crypto en direct.

Le gendarme des marchés financiers suisse a confirmé à Cryptonaute.fr sa position de vigilance et de surveillance du secteur du staking, qui ne peut bénéficier des mêmes avantages prévus par la loi DLT sur les crypto-actifs.

Depuis le 6 septembre et la publication d’un communiqué commun des deux associations plus importantes de l’industrie crypto en Suisse, l’écosystème est en ébullition. Pour rappel, la Suisse et sa “Crypto Valley” abrite parmi les plus grands projets blockchain dans le monde, dont Ethereum, Solana, Tezos, Cardano, Near. Sur les 1185 entreprises crypto de la Crypto Valley, qui s’étend du canton de Zoug jusqu’au Liechtenstein, en passant par Genève, le top 15% représente une capitalisation de 185 milliards de dollars.

Des exigences de fonds propres “prohibitives”

Dans cette lettre ouverte, la Crypto Valley Association (CVA) et la Swiss Blockchain Federation (SBF) ont alerté sur le fait que l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA) demanderait à l’avenir qu’une autorisation de banque soit nécessaire pour offrir des services de staking. Le staking n’est en aucun cas lié à des prestations de transformation et n’est donc pas comparable aux activités de prêt des banques”, indiquent les associations. “Le changement de pratique envisagé mettrait en outre en péril la sécurité juridique obtenue grâce à la législation sur la technologie des registres électroniques distribués (TRD) adoptée à l’unanimité par le Parlement. Cette loi a notamment renforcé la protection des clients en cas de faillite des dépositaires.”

Ce changement aurait pour conséquence une migration de cette activité vers l’étranger alors que le marché actuel des cryptoactifs délégués représente 350 milliards de dollars. Impensable pour la CVA et la SBF, qui prévient que “les établissements non bancaires ne seraient plus autorisés à proposer ce service. Les banques disposeraient certes de l’autorisation nécessaire, mais sont soumises à des exigences de fonds propres prohibitives dans le domaine des cryptoactivités. Elles ne seraient donc plus compétitives. Les clients suisses seraient également moins bien lotis, car la garantie des dépôts n’interviendrait pas en cas de staking.”

Interrogée par Cryptonaute.fr, la FINMA rappelle qu’elle suit l’application de la loi DLT en ce qui concerne l’activité de crypto-dépositaire (“custody”) depuis l’application du texte en 2021. Les normes sont claires et précises dans cette loi et le message relatif au projet DLT. Elles ne laissent aucune marge d’appréciation dans la mise en œuvre.”

cryptonaute twitter

Les fonds stakés doivent être disponibles immédiatement

En l’occurrence concernant le staking, le gendarme des marchés financiers suisse le distingue des activités crypto-dépositaires, qui font l’objet d’un certain nombre d’allègements (notamment en cas de faillite). Par exemple, les banques n’ont pas obligation de déposer l’équivalent des fonds avec des fonds propres en collatéral. Ces allègements sont possibles à une condition : que le dépositaire tienne les crypto-actifs à disposition à tout moment. Le pouvoir de décision doit être “ininterrompu”.

Or, pour le régulateur le staking comporte des risques propres pour la valeur patrimoniale des fonds déposés par les clients, dont celui d’être bloqué sur une période longue (“lock-up”) ou d’être purement et simplement supprimés (“slashing”). C’est pour cette raison que la FINMA considère que les entreprises proposant certains modèles de staking ne peuvent pas bénéficier des mêmes avantages que les dépositaires plus classiques, et devront à l’avenir se mettre en conformité (autorisation de banque…). Cela ne signifie pas que le staking est interdit en cas de lock-up periods et de slashing risks”, insiste le régulateur suisse. “Cependant, comme il s’agit d’une autre prestation, plus risquée, ces types de stacking ne bénéficient pas des allégements prévus pour le custody”.

Des risques pour la compétitivité suisse

Sauf que dans les faits, les entreprises de la Crypto Valley estiment que la position sera intenable pour la très grande majorité des acteurs du secteurs, qui préfèreront migrer vers d’autres juridictions. “L’industrie de la blockchain demande à la FINMA d’organiser le processus de réglementation de manière transparente et d’impliquer activement les acteurs concernés. La pratique proposée n’est pas en accord avec la mission de la FINMA de renforcer la place financière suisse – au contraire, cette pratique limiterait massivement la capacité d’innovation ainsi que la compétitivité de la Suisse en comparaison internationale.”

En réponse, la FINMA réaffirme qu’elle entretient des échanges réguliers avec des représentants de la branche, d’autres autorités et les régulateurs”. Rien qu’au sein du Fintech Desk, qui traite les questions relatives aux fintech à la FINMA, huit personnes sont spécifiquement dédiées aux sujets de régulation.

 

Rejoignez notre groupe Telegram pour rester au courant des dernières nouvelles crypto en direct.

Yann-Olivier Bricombert

Yann-Olivier Bricombert

Yann-Olivier Bricombert exerce en tant que journaliste spécialisé dans le domaine de la crypto pour Cryptonaute. Ayant obtenu son diplôme du Centre de formation et de perfectionnement des journalistes de Paris (CFPJ), il possède une expérience de plus de 13 ans en tant que journaliste, dont 5 ans en tant que rédacteur en chef.

Yann-Olivier a un réel intérêt pour les entretiens avec les principaux acteurs de l'écosystème web3, tant au niveau national qu'international. Il participe régulièrement à des conférences et à des événements liés à l'industrie de la crypto en France et en Europe, dans le but d'expliquer, de raconter et d'analyser les nouvelles tendances. Il cherche également à rencontrer des entrepreneurs, des développeurs, des régulateurs, des créateurs et des artistes NFT afin de trouver des idées pour des articles exclusifs. Il est passionné par l'exploration des enjeux et des tendances du secteur, et suit de près les évolutions des politiques publiques et de la régulation dans le domaine de la crypto.

Yann-Olivier nourrit une véritable passion pour l'art numérique et les NFT, et il suit attentivement les tendances du marché ainsi que les projets innovants.

Grâce à son approche journalistique rigoureuse, Yann-Olivier s'efforce de présenter une information objective et équilibrée. Sa priorité est d'aider les lecteurs à prendre des décisions éclairées en leur fournissant des informations fiables, vérifiées, impartiales et basées sur des faits concrets.

Expertise

  • Les interviews d’acteurs clés de l’écosystème web3 francophone et international
  • L’art digital et les NFT
  • La régulation crypto et les politiques publiques

Accomplissements

  • Lauréat du Prix Alexandre-Varenne de la Presse
  • Plus de 13 ans d’expérience en tant que journaliste reporter
  • 5 ans d’expérience de chef de rédaction

Publications

Education

  • Centre de Formation et de Perfectionnement des Journalistes (CFPJ) de Paris
  • Alyra - Consultant Blockchain certifié

Suivez Yann-Olivier sur Linkedin

Recevez toute l'actualité crypto en direct sur Telegram
Rejoignez notre groupe Telegram