Accueil La République Centrafricaine va tokeniser ses ressources naturelles
Toute l'actualité

La République Centrafricaine va tokeniser ses ressources naturelles

Lucille Bodenes
Rejoignez notre groupe Telegram pour rester au courant des dernières nouvelles crypto en direct.

Pour donner suite à son projet Sango, le président de la République centrafricaine souhaite maintenant tokeniser ses ressources naturelles. Le pays avait déjà surpris en annonçant l’adoption du Bitcoin comme monnaie de référence à côté du CFA en avril dernier.

Le projet Sango

Le président Faustin-Archange Touadera se prépare à lancer le projet Sango, destiné à faciliter l’adoption des crypto-monnaies en Afrique. Dans la description de Sango, on peut lire que cette initiative s’appliquera à “construire directement, au cœur de l’Afrique, le premier centre d’affaires légal relatif aux cryptomonnaies, reconnu par le Parlement d’un pays, qui accueillera des crypto-entreprises et attirera les crypto-enthousiastes du monde entier.”

Les trois objectifs annoncés dans la présentation du projet – accessible après inscription sur une liste d’attente sur le site web de Sango – sont les suivants :

  • Créer le premier « crypto-hub africain », pour les « crypto-enthousiastes » et les entrepreneurs
  • « Amener l’héritage du bitcoin au niveau supérieur »
  • Construire « Sango, l’île Crypto »

Afin de concrétiser ces idées, le projet compte s’appuyer sur la création de la Banque Nationale Digitale de la Centrafrique. Enfin, l’état assure vouloir soutenir tous les projets cryptos qui souhaite s’installer dans le pays. Pour cela, il souhaite notamment faciliter l’accès aux ressources naturelles dont le territoire regorge.

Tokeniser les ressources naturelles du pays

Au début du mois de juin, le président a ainsi décidé de faire un pas supplémentaire vers l’adoption de la technologie blockchain. Il a donc révélé que le pays allait maintenant tokeniser l’accès à ses ressources naturelles.

En effet, la RCA est dotée d’abondantes ressources naturelles, notamment de pétrole, de cuivre et de diamants. Elle possède également d’autres minéraux comme le cobalt, le manganèse, l’or et le calcaire. Malgré cela, le pays est l’une des nations les plus pauvres et les moins développées. Le président estime que cela peut changer avec l’adoption des crypto-monnaies et de la technologie blockchain.

Voici une partie de la déclaration de Touadera :

Nous donnons à tous l’accès aux richesses de notre territoire. En d’autres termes, nous les transformons en actifs numériques tout aussi précieux et importants grâce à un nouveau mouvement administratif et économique sans précédent.

L’ambition de cette opération est donc de convertir ces ressources en actifs numériques afin d’attirer les investisseurs étrangers et créer des opportunités d’investissement. Néanmoins, et c’est le cas pour l’ensemble du projet Sango, les modalités ne sont pas clairement explicitées.

Globalement, le projet Sango est extrêmement ambitieux mais les plans de réalisation n’affichent pour l’instant pas grand-chose de concret. Il convient dans ce contexte de rappeler que seulement 11 % de la population de la République centrafricaine dispose d’un accès à internet. Même s’il existe un projet prévoyant d’améliorer l’accès à internet intitulé Central African Backbone, difficile de savoir si sa mise en place profitera aux ambitions de Sango.


Pour en savoir plus :


Nos réseaux sociaux :

Rejoignez notre groupe Telegram pour rester au courant des dernières nouvelles crypto en direct.

Lucille Bodenes

Lucille Bodenes

Ingénieure de formation, passionnée de sciences et de nouvelles technologies, j’ai aujourd’hui choisi de voyager en travaillant. J’exerce ainsi en tant que rédactrice web pour des contenus liés aux sciences et au Web 3.0.
Recevez toute l'actualité crypto en direct sur Telegram
Rejoignez notre groupe Telegram