L’énigme Bitcoin de la fresque «Gilets jaunes» rapidement résolue

Deux personnes ont percé le mystère de la fresque «Gilets jaunes» réalisée par PBOY. Ils ont trouvé la clé privée composée de 12 mots et débloqué 0,2891 BTC, soit environ 890€ au cours actuel.

 

La semaine passée, Pascal Boyart aka PBOY présentait sa fresque «Gilets jaunes» renfermant du Bitcoin. Pour s’en emparer, il fallait localiser l’œuvre dans Paris et résoudre une énigme.

Dans un article de blog, le crypto-artiste a annoncé que deux bitcoiners – Antoine Ferron, fondateur de la startup française BitLogik, et l’entrepreneuse Brito de son pseudo – avaient déchiffré le secret et remporté le pactole.

PBOY a ensuite donné la solution et expliqué qu’il fallait trouver l’indice “Seed 12 words” caché dans la peinture murale afin de comprendre que la clé privée comportait 12 mots.

pboy-art.com

“Les 6 premiers mots sont représentés sous forme de traits de couleurs qui cachent des mots en binaire à partir de 6 couleurs de base (2 bandes de couleur pour chaque lettre) soit banquier, usure, mensonge, peuple, combat et espoir.” a écrit Mr Boyart en illustrant ses propos avec l’image ci-dessous.

pboy-art.com



Les 6 autres termes apparaissaient, sous la forme d’énigme, grâce à l’utilisation de la lumière noire :

pboy-art.com

“Les deux premiers mots sont codés en chiffrement de César. Avec respectivement un décalage de 20 et 19, ce qui nous donne : union citoyen. Les deux suivants sont codés en Base64, ce qui nous donne : conduire triomphe. Et les deux derniers sont chiffrés en AES 128bits avec clé de déverrouillage qui était communiquée à ceux qui avaient trouvé les inscriptions fluorescentes. Cette clé est : 03012009 (date du Bloc Genesis de Bitcoin). Une fois déchiffré, le code nous donne : horizon jaune. La réponse à l’énigme, sous forme d’une suite de 12 mots en français (choisis dans la liste BIP39), est donc : banquier usure mensonge peuple combat espoir union citoyen conduire triomphe horizon jaune.” a révélé l’artiste.

> Pascal Boyart (PBOY) : Interview du crypto-artiste parisien