Accueil Coinbase pourrait offrir ses produits dérivés en Europe d’ici très peu de temps
Actualités Crypto-monnaies, Plateformes d'échange, Toute l'actualité

Coinbase pourrait offrir ses produits dérivés en Europe d’ici très peu de temps

David Rajaonary
Rejoignez notre groupe Telegram pour rester au courant des dernières nouvelles crypto en direct.

Après avoir choisi Dublin comme base européenne, voilà que Coinbase annonce être en négociations avancées pour le rachat d’une entité basée à Chypre et détenant le précieux sésame MiFID II (permettant de proposer des contrats dérivés sur des cryptos). Le communiqué évite soigneusement de mettre un nom sur cette mystérieuse entité, mais une poignée d’observateurs pensent qu’il s’agirait de FTX Europe. Explications.

Coinbase se cherche des relais de croissance avec les produits dérivés crypto

Les produits dérivés adossés au Bitcoin et à l’Ether représentent un marché gigantesque. Ils brassent 75% des volumes d’échanges quotidiens, et Binance se taille la part du lion (> 56 milliards de dollars sur dernières 24h). Derrière, cela se regroupe un peu plus avec les acteurs majeurs tels que Bybit, OKX et Deribit. Pour les rattraper, Coinbase part de loin.

C’est sans doute la raison pour laquelle la plateforme basée à San Francisco envisage le rachat d’une entité existante. Dans un communiqué publié vendredi 5 janvier sur son site, elle annonce en effet être en négociations avancées pour reprendre une société holding anonyme détenant une licence MiFID II. L’entité n’est pas nommée, mais le communiqué indique qu’elle est basée à Chypre et dans la juridiction de la CySEC, la commission de contrôle des marchés locale.

La directive MiFID II représente une mise à jour des réglementations de l’Union Européenne sur les instruments financiers. En 2017, les Etats membres avaient révisé la directive MiFID I en réponse aux critiques qui la jugeaient trop centrée sur les actions, sans prendre suffisamment en compte d’autres catégories d’actifs tels que les titres de dette, les produits dérivés et les devises.

La directive MiFID II constitue depuis le cadre légal des contrats à terme sur le Pétrole, l’Or, le Blé … Mais elle s’applique aussi aux contrats réglés en USDC (USD Coin, stablecoin dollar), les fameux contrats perpétuels permettant aux traders de réaliser des paris à effet de levier sur les variations de prix du Bitcoin ou de l’Ether sur une durée illimitée.

coinbase europe

cryptonaute twitter

Un communiqué particulièrement insistant sur les aspects de “conformité”, “réglementation” et de “rigueur”

Jugez donc : “En tant que leader du secteur des produits et services fiables et conformes, nous visons les normes les plus élevées en matière de conformité réglementaire, et avant de mettre en œuvre une licence ou de servir un utilisateur, cette entité doit respecter notre norme de conformité mondiale en cinq points.”

Une manière de désamorcer les inquiétudes quant à l’entité rachetée ? Plusieurs observateurs le pensent, car Coinbase annonce dans le même temps mener une vaste enquête sur l’ensemble du personnel. Une enquête qui doit permettre de ne retenir que les éléments compatibles avec ses exigences d’éthique :

Tous les futurs employés seront soumis à la vérification des antécédents de Coinbase, aux politiques et procédures internes et à notre culture de conformité. Le personnel qui ne correspond pas à nos normes sera exclu (…)

Les spéculations vont bon train et semblent s’accorder sur le fait qu’il s’agisse bel et bien de FTX Europe, filiale européenne de la plateforme en faillite FTX. Le média américain Fortune avait déjà évoqué en septembre l’intérêt de Coinbase pour FTX Europe. Un intérêt motivé par l’activité “très rentable” de produits dérivés et sa base de clients en croissance au moment de la faillite (novembre 2022).

A l’époque, FTX Europe était la seule entreprise de la région à détenir une licence pour proposer des contrats à terme perpétuels, un produit dérivé très populaire. Ces licences ont attiré l’attention de plusieurs acheteurs potentiels, et plusieurs bourses crypto à l’image de Crypto.com et Trek Labs étaient sur les rangs pour une reprise des actifs, toujours selon Fortune.

Historiquement, Coinbase n’a jamais proposé que les échanges “spot”, jusqu’à récemment

Historiquement, Coinbase n’a jamais proposé que les échanges “spot”, autrement dit les achats et conversions de cryptos au comptant (> 1,7 milliard de dollars quotidiens échangés sur les dernières 24h). Dans ce domaine, elle a toujours figuré au deuxième rang des bourses crypto derrière Binance.

Ce n’est que récemment qu’elle a fait une incursion significative dans le domaine des produits dérivés, notamment les contrats à terme perpétuels (“perpetual futures”). Il est vrai que ces produits sont les plus rentables, autant pour les traders que pour les plateformes de trading.

En mai 2023, Coinbase a mis un pas dans ces services de trading, mais uniquement pour les clients institutionnels. C’est sa nouvelle filiale, créée aux Bermudes, qui a reçu l’approbation de la commission de contrôle des marchés locale, pour offrir un tel service, et uniquement à une clientèle d’institutionnels non américains.

Puis en octobre 2023, c’est sa plateforme avancée Coinbase Advanced Trade qui a intégré dans son catalogue des contrats à terme perpétuels sur Bitcoin et l’Ether. Avec enfin une ouverture pour les clients aux États-Unis (entretemps, Coinbase a obtenu un agrément de courtier en dérivés de la NFA, le régulateur américain en la matière).


Sources : Coinbase, Fortune


Sur le même sujet :

Rejoignez notre groupe Telegram pour rester au courant des dernières nouvelles crypto en direct.

David Rajaonary

David Rajaonary

David est analyste financier indépendant, et décrypte chaque dimanche pour vous l’actualité de la crypto et de la finance de la semaine. Il écrit régulièrement quelques papiers pour analyser des acteurs clés de la DeFi, des stablecoins et des monnaies numériques de banques centrales.

Diplômé en Finance et Comptabilité, David exerce depuis 10 ans dans l’Audit, le Conseil en management et l’Analyse financière. Ses premiers pas dans la crypto datent de 2020, avec l’étude de projets de monnaies numériques de banque centrale (MNBC) et de registres distribués (blockchains privées).

Depuis, David écrit régulièrement sur la percée des projets Ripple (XRP), Stellar Lumens (XLM) et Chainlink (LINK). Dans ses articles, il vous montre comment ces projets blockchain s’immiscent et transforment silencieusement le monde bancaire et celui de l'investissement.

Paiements transfrontaliers, transferts d’argent, bancarisation des populations vulnérables, prêts, tokénisation de titres financiers, tokénisation de biens immobiliers, lutte contre la fraude, sécurité … sont le fil conducteur de ses articles.

(Petit disclaimer : il s’exprime à titre personnel et son traitement de l’actualité ne constitue en rien des conseils d’investissement, ni des incitations à acheter ou à vendre des cryptomonnaies. Les prises de position, critiques et conclusions sont établies toujours dans le respect des principes d’éthique et de transparence journalistiques)

Quand il ne rédige pas sur la crypto, David aime explorer l’histoire de l’Art africain et des civilisations arabes.

Recevez toute l'actualité crypto en direct sur Telegram
Rejoignez notre groupe Telegram