Accueil Terraform Labs affirme que Citadel a joué un rôle dans l’effondrement de l’UST
Actualités Crypto-monnaies, Toute l'actualité

Terraform Labs affirme que Citadel a joué un rôle dans l’effondrement de l’UST

David Rajaonary

Pourquoi faire confiance à Cryptonaute

Tous les articles, guides et analyses publiés sur Cryptonaute sont méticuleusement vérifiés par notre équipe d’éditeurs et de journalistes experts dans leur domaine, afin de garantir leur exactitude et leur pertinence. Nous gardons et publions uniquement les contenus vérifiés par des sources fiables, que ce soit par un site de confiance, un expert avéré ou par la personne source elle-même.

citadel-terra-chute-ust
Rejoignez notre groupe Telegram pour rester au courant des dernières nouvelles crypto en direct.

La main du géant du trading Citadel derrière l’effondrement de l’UST de Terra ? Une théorie audacieuse, qui a conduit Terraform Labs à déposer une plainte, le 10 octobre dernier, auprès d’un tribunal de district du sud de la Floride. S’appuyant sur plusieurs preuves on-chain et témoignages, le recours vise à obtenir de Citadel l’accès à son activité de trading détaillée en mai 2022.

Théories et enquêtes on-chain sur l’effondrement du LUNA et de l’UST : l’ombre de Citadel

Le souvenir, et les conséquences surtout, sont tenaces.

Il y a 18 mois, nous assistions à la catastrophe nucléaire qui touchait l’écosystème Terra et ses deux jetons, le Luna (LUNA) et le TerraUSD (UST). Dans la nuit du 9 au 10 mai 2022, le stablecoin UST perdit brusquement son ancrage au dollar, plongeant jusqu’à 30 centimes – tandis que le LUNA, lui, tombait de 63 dollars la veille, à moins de 5 centimes.

Passé l’effroi, et alors que le marché continue d’évacuer ce qui reste des ruines fumantes des deux jetons (40 milliards de dollars réduits à quelques milliers), de nombreux enquêteurs on-chain s’affairent toujours à assembler les pièces du puzzle sur le “qui”, le “comment” et le “pourquoi” de cette catastrophe en chaîne.

L’une des théories les plus insistantes voudrait que l’attaquant soit tout bonnement le géant Citadel Securities : la firme de trading aurait flairé les irrégularités des comptes de l’écosystème Terra et saisi la fragilité de la bulle. Elle aurait donc mis en branle un plan d’attaque particulièrement implacable :

    • Emprunter 100.000 BTC : l’attaquant commence par emprunter 100.000 BTC auprès d’un prêteur crypto (Gemini ?),
    • Vendre à découvert le Bitcoin : il ouvre plusieurs positions vendeuses en Bitcoin sur Binance, totalisant 4,2 milliards de dollars au moment, au moment où le bitcoin s’échange encore à 42.000 dollars,
    • Vendre à découvert l’UST : parallèlement, il ouvre aussi des positions de gré à gré (OTC) sur l’UST, totalisant 1 milliard de dollars,
    • Attendre le faux pas : celle-ci se produit le 8 mai. La Luna Foundation Guard (LFG) lance un nouveau pool de liquidité, nommé 4pool (composé d’USDC, USDT, UST et FRAX), remplaçant ainsi le 3pool concurrent sur Curve. La LFG transfère lentement 150 millions de dollars, créant une pénurie de liquidités pour ceux cherchant à échanger l’UST contre d’autres stablecoins,
    • Aspirer la liquidité de l’UST : avec 350 millions de dollars d’UST, l’attaquant draine les liquidités de Curve, empêchant les conversions d’UST en d’autres stablecoins et faisant chuter l’UST à 0,97 dollar,
    • Panique chez Terra : la LFG vend ses Bitcoins pour rétablir l’ancrage de l’UST, tandis que l’attaquant spécule à la vente sur l’UST sur Binance,
    • Clôturer ses positions : l’attaquant rachète ses positions courtes sur BTC à 32.000 dollars et rembourse les 100.000 BTC empruntés. Il vend également les UST qu’il a retirés de Curve grâce à ses contrats de vente OTC.

A l’été 2022, un internaute du nom de @OnChainWizard estime que l’attaquant aurait généré un profit supérieur à 950 millions de dollars sur ces deux ventes à découvert (l’une sur le bitcoin, l’autre sur le TerraUSD). Sauf que Citadel a toujours démenti ces accusations.

cryptonaute twitter

De la spéculation aux accusations formelles : Terraform Labs vs Citadel

La tension monte d’un cran. Terraform Labs a franchi le cap de la simple spéculation pour porter l’affaire devant les tribunaux. Mardi dernier, la société fondée par Do Kwon a déposé une plainte auprès d’un tribunal de district du sud de la Floride.

Elle demande à Citadel Securities de fournir des documents relatifs à ses activités de trading en mai 2022. Terraform Labs affirme que la débâcle de ses jetons fut l’œuvre de “certains participants du marché tiers” qui avaient intentionnellement vendu à découvert le stablecoin, et non pas le résultat d’une instabilité dans son algorithme.

Des preuves “publiquement disponibles” ont également été citées, suggérant que le patron et fondateur de Citadel, Ken Griffin, avait l’intention de vendre à découvert l’UST. Une capture d’écran d’un chat sur Discord a été présentée, où un trader pseudonyme raconte un déjeuner avec Griffin qui aurait déclaré qu’ils allaient “faire subir à Luna et à l’UST un sort à la Soros.” (allusion aux méthodes agressives de G. Soros, ndlr).

Ce recours intervient dans un contexte tendu : Terraform Labs est dans le collimateur de la SEC américaine, qui accuse la société et son fondateur, Do Kwon, d’avoir orchestré une fraude via son écosystème de jetons (LUNA, UST) et de protocoles (Anchor).

On comprend mieux à quel point la documentation exigée de Citadel s’avère cruciale pour la défense de Terraform Labs. En cas de refus du tribunal de Floride, l’entreprise demande que l’affaire soit transférée auprès du tribunal du district sud de New York, où siège le juge Jed Rakoff.


Sources : Assignation de Terraform Labs vs Citadel


Sur le même sujet :

 

Rejoignez notre groupe Telegram pour rester au courant des dernières nouvelles crypto en direct.
Ajoutez Cryptonaute à vos flux Google Actualités

David Rajaonary

David Rajaonary

David est analyste financier indépendant, et décrypte chaque dimanche pour vous l’actualité de la crypto et de la finance de la semaine. Il écrit régulièrement quelques papiers pour analyser des acteurs clés de la DeFi, des stablecoins et des monnaies numériques de banques centrales.

Diplômé en Finance et Comptabilité, David exerce depuis 10 ans dans l’Audit, le Conseil en management et l’Analyse financière. Ses premiers pas dans la crypto datent de 2020, avec l’étude de projets de monnaies numériques de banque centrale (MNBC) et de registres distribués (blockchains privées).

Depuis, David écrit régulièrement sur la percée des projets Ripple (XRP), Stellar Lumens (XLM) et Chainlink (LINK). Dans ses articles, il vous montre comment ces projets blockchain s’immiscent et transforment silencieusement le monde bancaire et celui de l'investissement.

Paiements transfrontaliers, transferts d’argent, bancarisation des populations vulnérables, prêts, tokénisation de titres financiers, tokénisation de biens immobiliers, lutte contre la fraude, sécurité … sont le fil conducteur de ses articles.

(Petit disclaimer : il s’exprime à titre personnel et son traitement de l’actualité ne constitue en rien des conseils d’investissement, ni des incitations à acheter ou à vendre des cryptomonnaies. Les prises de position, critiques et conclusions sont établies toujours dans le respect des principes d’éthique et de transparence journalistiques)

Quand il ne rédige pas sur la crypto, David aime explorer l’histoire de l’Art africain et des civilisations arabes.

Recevez toute l'actualité crypto en direct sur Telegram
Rejoignez notre groupe Telegram