Le français Hervé Falciani développe une crypto-monnaie propre et éthique

Ex-ingénieur système de la banque HSBC et célèbre lanceur d’alerte, Hervé Falciani, envisage de lancer une crypto-monnaie pour combattre le blanchiment d’argent et la fraude.

 

En 2009, Falciani a révélé des informations concernant plus de 130 000 comptes bancaires suisses appartenant à des évadés fiscaux présumés. En 2015, il a été condamné par des tribunaux suisses pour espionnage financier et s’est exilé en Espagne afin d’échapper à la prison. L’année dernière, la justice espagnole a refusé la seconde demande d’extradition de Falciani vers la Suisse.

Aujourd’hui installé à Madrid, l’homme de 47 ans travaille sur une crypto-monnaie nommée Tabu pour contrecarrer les transactions illicites, rapporte Reuters.

Le projet mené en collaboration avec plusieurs universitaires et spécialistes en technologie financière locaux vise à créer un jeton éthique et traçable grâce à un certificat.

“Ce qui se passe avec toute innovation ou technologie, c’est qu’elle peut être utilisée à mauvais escient ou de façon correcte avec un impact positif sur la société.” a-t-il dit.

Selon Falciani, la blockchain offre de la transparence aux transactions électroniques, contribuant ainsi à la lutte contre le blanchiment et la fraude.

L’entrepreneur souhaite effectuer une levée de fonds virtuelle afin de vendre pour 2 millions d’euros de jetons et espère que le régulateur local validera l’initiative.

“Après avoir levé 1,3 million d’euros, le projet nécessite toujours environ 2 millions d’euros.” a-t-il ajouté.

En outre, Falciani développe également un système baptisé Aletheia (divulgation en grec) visant à lutter contre la fraude dans les administrations publiques, comme par exemple la surfacturation.

“Les fausses informations sont à la base de tout type de fraude… De la même manière que nous traitons les fausses nouvelles, la même technologie peut s’appliquer aux fausses factures.” a-t-il conclu.

> La Thaïlande expérimente la blockchain pour lutter contre la fraude fiscale

> Adblock souhaite lutter contre les fake news grâce à la blockchain