Accueil Trustech: que retenir de la table ronde axée web3 & crypto ?
Actualités Financières, France, Web 3.0

Trustech: que retenir de la table ronde axée web3 & crypto ?

Paul T Guillot Journaliste Author expertise
Rejoignez notre groupe Telegram pour rester au courant des dernières nouvelles crypto en direct.

Du 28 au 30 novembre 2023, Paris a accueilli le salon Trustech à la Porte de Versailles. Cryptonaute s’est rendu sur place et a assisté aux discussions axées sur les paiements innovants. Cryptoactifs, Web3, technologie blockchain, voilà les principaux sujets qui agitent les acteurs de l’industrie des paiements à travers le monde.

Trustech 2023 : au cœur de l’innovation financière

Réunissant plus de 200 exposants et attirant plus de 6 500 participants de 92 pays, Trustech s’est imposé comme un événement majeur dans le domaine des paiements innovants et des solutions numériques d’identification. D’envergure internationale, ce salon est une occasion unique de décrypter les dernières tendances et d’explorer les enjeux liés aux innovations technologiques.

Etant donné qu’une myriade de sujets a été abordée sur ces trois jours, Cryptonaute a choisi de se concentrer sur celui traité lors de la première table ronde consacrée aux paiements innovants. Elle a eu lieu le 29 novembre, à 14 heures. Intitulée “le Web3 en 2023: ceux qui avancent malgré les turbulences“, elle a permis à cinq acteurs professionnels trier sur le volet d’échanger leurs visions.

Récapitulatif de leurs interventions ⤵️

Copyright ©AnneEmmanuelleThion.

cryptonaute twitter

Louis de Froissart : l’avant-garde de la gestion des actifs numériques

Louis de Froissart, fondateur et PDG de Montaigne Patrimoine, a d’abord souligné la tendance croissante des investisseurs à tenter d’acquérir les « bitcoins vierges » (les jetons BTC qui n’ont pas encore été miné). Il a considéré le caractère critique du minage de Bitcoin dans la gestion d’actifs. Avec près de 80 % des bitcoins créés détenus et immobiles, il ne reste que 20% des jetons en circulation à être échangeables. D’après Louis de Froissart, cela dénote la centralisation encore très forte de l’actif majeur qu’est le BTC.

Son observation, « alors que le marché était en déclin, une hausse structurelle se préparait », reflète bien ce que l’écosystème des cryptoactifs a vécu et vit encore dans le bear market.

Il a enfin souligné l’importance de la souveraineté financière à travers la possession de clés privées. Pour lui, il est encore temps d’investir son temps et sa curiosité dans ce domaine en plein essor.

Elodie Trevillot : l’avantage réglementaire de la France

Elodie Trevillot, de la Banque Delubac et Cie a souligné l’avantage concurrentiel que les banques françaises ont acquis grâce à une réglementation pionnière. Elle a affirmé l’importance de la clarté juridique apportée par les législateurs français à travers la loi PACTE de 2019. Le règlement MICA, élaboré par l’Union Européenne, s’inspire largement du cadre établi en France, en luttant pour un équilibre dans la réglementation afin de ne pas étouffer l’innovation.

Ses idées sur la position proactive de la France, notamment à travers les dialogues réguliers de l’ADAN avec les régulateurs européens, mettent en avant le leadership de notre pays dans la promotion d’un environnement propice aux entreprises innovantes. Cette idée fait écho à un sentiment qui résonne dans l’écosystème Web3, nommément : la comparaison de son état actuel aux débuts d’Internet – un moment critique à ne pas manquer.

Eron Angjele : le Crédit Agricole et les actifs numériques

Représentant Caceis, une filiale du Crédit Agricole spécialisée dans les services financiers à destination des investisseurs institutionnels, Eron Angjele a évoqué l’engagement de son groupe à guider les clients dans la tokenisation et la préservation des actifs numériques. Il a fait valoir l’influence de la loi française PACTE sur la réglementation européenne. Un point très important selon lui est qu’un cadre règlementaire précis réduit les incertitudes liées aux risques juridiques.

Le responsable de Caceis a finalement mentionné une récente augmentation du financement des startups et l’adoption croissante de la technologie blockchain au cours des deux dernières années, malgré la stagnation des prix des crypto-monnaies.

Edwin de Tredern : évolution des tendances en matière d’investissement

Edwin de Tredern, PDG d’Alphacap, a de son côté signalé un pic d’intérêt de ses clients suite au passage du Bitcoin au dessus de la barre des 35 000 $. Il a noté une fracture générationnelle dans les allocations des portefeuilles présentant des cryptoactifs. Les individus de moins de 35 ans allouent en moyenne 5 % de leur capital aux cryptoactifs, contre 1,8 % pour ceux de plus de 70 ans. Il a, lui aussi, comparé la courbe d’adoption des technologies blockchains à celle d’Internet et des téléphones mobiles.

Julien Romon : évolution des demandes des clients

Julien Romon, PDG de Tilvest, a relevé la sophistication des demandes de ses clients. Auparavant, c’est à dire, grosso modo, avant 2021, l’accent était principalement mis sur Bitcoin et Ethereum.  Or, il semblerait que l’intérêt pour les cryptoactifs s’élargisse de plus en plus. Pour cet intervenant, cette diversification vient souligner la maturation ainsi que la professionnalisation de l’écosystème.

Conclusion

Des avancées réglementaires en Europe au point de vue des gestionnaires d’actifs, en passant par l’évolution des demandes des clients, le panel a brossé un tableau plutôt complet du paysage financier dont l’évolution s’articule autour de la blockchain et des innovations qu’elle permet. Comme l’ont souligné les cinq experts du panel, nous nous trouvons à un tournant critique dans l’histoire du Web3, qu’on peut mettre en parallèle aux débuts d’Internet ; ce qui signifie un moment charnière dans la finance mondiale. Il s’agit seulement de ne pas rater le coche.


Sources: Reportage au salon Trustech 2023


Sur le même sujet: 

Rejoignez notre groupe Telegram pour rester au courant des dernières nouvelles crypto en direct.

Paul T Guillot Journaliste

Paul T Guillot Journaliste

Biographie

Paul est journaliste pour Cryptonaute. Après des études en sciences politiques et l'obtention d'une maîtrise en journalisme au CELSA, il fait de la technologie blockchain son cheval de bataille. Ses recherches de mémoire explorent le potentiel de la blockchain pour renouveler les modèles économiques des médias. Il rejoint ensuite l'équipe en charge des réseaux sociaux de France 24.

C’est lorsqu’il réalise sa première vente de NFT qu’il décide consacrer son attention sur l’actualité de l’univers des cryptos et du Web3. Il intègre alors l’équipe rédactionnelle de CryptoNews et traite les actualités au jour le jour. Par ailleurs, il écrit pour la rubrique Web3 du Journal Du Net.

Basé à Paris, Paul effectue des reportages sur les événements majeurs de l’écosystème crypto comme NFT Paris, Paris Blockchain Week ou encore le sommet Proof of Talk. Il a su, ce faisant, tisser un vaste réseau de relations qu’il mobilise aux fins journalistiques caractérisant son travail: apporter une information indépendante et à forte valeur ajoutée à ses lecteurs.

Expertise

  • Régulation européenne sur les cryptos
  • NFTs utilitaires
  • Tokenisation (Real World Asset - RWA)

Accomplissements

  • Correcteur du prix de journalisme européen Lorenzo Natali (édition 2020 & 2021)
  • Membre du club Wallcrypt

Education

  • Double licence en sciences politiques et sociologie à l'université Concordia (Montréal, Canada).
  • Master 1 en information et communication à l'université Saint-Joseph (Beyrouth, Liban).
  • Master 2 en journalisme à l'École des hautes études en sciences de l'information et de la communication - CELSA (Paris, France).
Recevez toute l'actualité crypto en direct sur Telegram
Rejoignez notre groupe Telegram