Les autorités néo-zélandaises autorisent Cryptopia à rouvrir ses portes

La police de Nouvelle-Zélande a annoncé avoir presque achevé son enquête autour du piratage de Cryptopia et que le service pouvait désormais rouvrir. Toutefois, le crypto-exchange est toujours hors ligne et n’a pas communiqué sur la situation.

 

D’après les autorités néo-zélandaises, Cryptopia peut relancer ses opérations à tout moment, rapporte le journal local NZHerald.

“Nous avons terminé la plupart des travaux requis par le groupe de haute technologie spécialisé dans la criminalité dans les locaux commerciaux de Cryptopia, bien que le personnel du HTCG reste sur place pour mener à bien certains aspects de l’enquête. Cryptopia a pleinement accès à ses installations et ses locaux et nous n’empêchons pas la société de fonctionner à nouveau.” a déclaré l’inspecteur Greg Murton

À l’heure de la rédaction de ce billet, la crypto-bourse est toujours affichée “en maintenance” et l’entreprise est restée muette sur le sujet sur ses réseaux sociaux.

La police n’a pas révélé le montant de crypto-monnaies volées ni commenté sur le fait que les pirates auraient continué à vider des portefeuilles plusieurs semaines après le hack, comme l’affirmait la firme de cybersécurité Elementus.

Selon Elementus, plus de 14 millions d’euros en Ethereum et divers jetons ERC-20 auraient été dérobés, un chiffre qui ne prend pas en compte les autres blockchains telles que Bitcoin.

> Rapport : La crypto-bourse QuadrigaCX perd 103 bitcoins par erreur

> “Vous avez visité un site porno. 500€ pour nos petits secrets. Paiement en Bitcoin”