Actualités

La Corée du Nord piraterait des cryptomonnaies en Asie du Sud-Est

La Corée du Nord mènerait des attaques contre des plateformes d’échange de crypto-monnaies basées en Asie du Sud-Est pour financer la poursuite de ses programmes nucléaires et échapper aux sanctions financières.

 

Acculée par des sanctions économiques imposées par les Nations unies et les États-Unis, la Corée du Nord ciblerait le secteur des crypto-monnaies en Asie du Sud-Est dont les fonds, une fois dérobés, sont plus difficiles à retrouver et plus faciles à blanchir.

La Corée du Nord n’en serait pas à son coup d’essai. Dans un rapport remis au Conseil de sécurité des Nations unies en mars 2019, un groupe d’experts internationaux accuse le pays d’avoir dérobé plus de 500 millions de dollars en cryptomonnaies entre 2017 et 2018.

Selon un nouveau rapport émis par le think tank britannique sur la défense et la sécurité Royal United Services Institute, et cité par CNBC, la Corée du Nord cible spécifiquement l’Asie du Sud-Est, d’autant plus que la levée des sanctions à l’encontre du pays, suite à la rencontre à Hanoi en février dernier entre Kim Jong Un et le président américain, Donald Trump, n’a pas abouti.

D’après le Royal United Services Institute, les crypto-monnaies volées par la Corée du Nord, telles que Bitcoin, Ethereum ou encore XRP, seraient utilisées pour :

  • Collecter des fonds : pour répondre à ses besoins de trésorerie, la Corée du Nord peut obtenir des crypto-monnaies dans le but de les convertir, à court terme, en monnaies fiduciaires.
  • Stocker des fonds : la Corée du Nord pourrait accumuler des réserves de crypto-monnaies dans le but de les dépenser ou de les convertir en monnaie fiduciaire à un moment donné.
  • Contourner les sanctions : la Corée du Nord pourrait utiliser des crypto-monnaies pour payer des biens, des services et des ressources explicitement interdits par des sanctions internationales.

En décembre dernier, IssueMakersLab, une startup blockchain spécialisée dans la cybersécurité, expliquait que les pirates nord-coréens avaient changé de stratégie et s’attaquaient directement aux crypto-investisseurs plutôt que de s’en prendre aux crypto-bourses.

Le secteur des crypto-monnaies est en plein essor en Asie du Sud-Est, notamment à Singapour, sans doute le pays le plus avancé en matière de régulation et d’encadrement des plateformes de crypto-monnaies, alors que la Malaisie, les Philippines et la Thaïlande s’emploient à réglementer le secteur en imposant des normes en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme.

Même si, selon le document, les crypto-monnaies ne jouent probablement qu’un rôle périphérique dans les activités générales de collecte de fonds et d’évasion fiscale en Corée du Nord, les auteurs indiquent toutefois qu’une meilleure coordination entre les différents pays de la région leur permettrait de se rendre moins vulnérables aux attaques perpétrées par Kim Jong Un.

> CipherTrace : Près de 1,5 milliard d’euros en crypto-monnaies volés en 2018

Les dernières news :

Commentaires

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*