Accueil Meta croit toujours au Metaverse malgré une chute de l’action de plus de 64 %
Actualités NFT, Toute l'actualité

Meta croit toujours au Metaverse malgré une chute de l’action de plus de 64 %

Rejoignez notre groupe Telegram pour rester au courant des dernières nouvelles crypto en direct.

Le géant des réseaux sociaux a investi plusieurs milliards de dollars dans son projet de métavers. Toutefois, les résultats peinent à se voir et l’entreprise n’en a pas tiré grand-chose. De plus, le métavers ne semble pas convaincre les utilisateurs malgré certaines avancées technologiques. Voyons ensemble quel est la vision actuelle de Meta vis-à-vis du web3.

Meta connaît un parcours chaotique en 2022

Alors que 2022 a été une année difficile pour le secteur des nouvelles technologies, Meta a connu un parcours particulièrement désastreux. La valeur de son action a chuté de 64 % depuis que la société a changé de nom en octobre 2021. À l’époque, son action s’échangeait à 323,57 dollars. Aujourd’hui, Meta se négocie à 114,74 dollars, selon MarketWatch.

Le directeur technique de Reality Labs, Andrew Bosworth, a déclaré :

Meta a commencé 2022 avec un nouveau nom et une nouvelle vision de l’avenir, et à Reality Labs, c’est notre travail de donner vie à cette vision. Nous n’avons jamais pensé que ce serait facile ou simple, mais cette année a été encore plus difficile que prévu.

Le PDG a ajouté que :

“Les défis économiques à travers le monde, combinés aux pressions exercées sur l’activité principale de Meta, ont créé une tempête parfaite de scepticisme à l’égard des investissements que nous faisons”

L’investissement en crypto-monnaies est proposé par eToro (Europe) Ltd en tant que PSAN, enregistré auprès de l’AMF. Les crypto-monnaies sont très volatiles. Pas de protection des consommateurs.

cryptonaute twitter

Des nouveautés technologiques malgré le désintérêt

Meta, puis Facebook, ont lancé Facebook Reality Labs en septembre 2020. Reality Labs, qui a créé le casque VR Oculus Rift en 2016, a été chargé de développer le projet de métavers de Meta, que l’entreprise a annoncé lorsqu’elle a changé de nom l’année dernière.

“La valeur à long terme de ces technologies viendra de la façon dont elles seront adoptées par l’écosystème de développeurs, de créateurs et de constructeurs qui s’est formé autour de ces appareils”, écrit Bosworth.

En octobre, Meta a révélé que le secteur en charge de métaverse Reality Labs a perdu plus de 3,6 milliards de dollars au troisième trimestre 2022. En 2021, la société perdait 2,63 milliards de dollars à la même époque. Selon Bosworth, 20 % des investissements globaux de Meta sont allés à Reality Labs. Pour ce qui est des 80 % restants, ils sont dédiés aux activités principales de Meta, à savoir Facebook, WhatsApp et Instagram.

“C’est un niveau d’investissement que nous pensons judicieux pour une entreprise qui s’engage à rester à la pointe de l’une des industries les plus compétitives et innovantes de la planète”, a écrit Bosworth.

En novembre, Mark Zuckerberg, PDG de Meta, a déclaré que malgré la perte de 3,6 milliards de dollars et le licenciement consécutif de 11 000 employés, il avait toujours une vision à long terme pour le metaverse.

Des problèmes pour s’imposer

Le projet a eu du mal à s’imposer. En octobre, il a été placé en “quality lockdown”. Les communications internes ayant révélé que même les employés de Meta ne se connectaient pas sur le Metaverse.

Lorsque Mark Zuckerberg avait posté une image de son avatar, cela avait engendré énormément de moqueries de la part des internautes en août dernier.

Pendant ce temps, d’autres acteurs du métavers se sont alliés pour s’opposer à la possible domination de Meta dans ce secteur. On trouve ainsi l’Open Metaverse Alliance comprenant des membres de Dapper Labs, The Sandbox, Animoca Brands, Alien Worlds, Decentraland, MetaMetaverse ou encore Unstoppable Domains. Ces derniers militent en faveur d’un métavers interopérable alimenté par la blockchain.

En novembre, Meta a commencé à lancer la possibilité de partager des NFT. Il l’a fait avec ses deux milliards d’utilisateurs mensuels d’Instagram. Meta préfère l’appellation  “objets de collection numériques” au lieu du terme souvent décrié de NFT.

Qu’en est-il de l’action de Meta ?

Le cours actuel de l’action de Meta est au plus bas ces derniers temps. Évidemment, cela ne réjouit pas les investisseurs qui sont en effet mécontents du métaverse de Zuckerberg. Mais si les chiffres peuvent paraître alarmants, Bosworth y voit un test :

“En période de boom, il est facile de faire de gros investissements ambitieux dans ce qui est à venir. Mais lorsque la conjoncture économique se retourne, il est tout aussi facile de faire le contraire : réduire ses ambitions, s’en tenir à ce qui est le plus sûr et le plus rentable aujourd’hui, et en tirer le maximum. Ce sont les moments qui mettent véritablement à l’épreuve la foi des gens en l’avenir”

À l’heure de la rédaction de cet article, l’action a augmenté de plus de 2 % au cours des 24 dernières heures. L’action s’échange à 119,50 dollars.

Quels avantages financiers Meta peut tirer du Metaverse ?

Bien que l’investissement initial et continu puisse être considérable, les avantages financiers associés à la création d’un métavers peuvent être importantes. Ces avantages sont multiples. En effet, ils comprennent des opportunités commerciales spécifiques telles que la publicité, la vente de produits et services, l’utilisation de NFT pour gagner de l’argent ou encore le développement de nouveaux jeux vidéo.

De plus, les entreprises peuvent également réaliser des économies significatives grâce à la virtualisation des processus commerciaux existants. Le monde virtuel pourrait par ailleurs offrir des opportunités sociales et des expériences numériques que les entreprises ne sont pas en mesure d’offrir dans le monde réel et dont elles peuvent tirer parti pour accroître leurs résultats financiers.

Rejoignez notre groupe Telegram pour rester au courant des dernières nouvelles crypto en direct.
Ajoutez Cryptonaute à vos flux Google Actualités

Romaric Saint Aubert Crypto-journaliste

Romaric Saint Aubert Crypto-journaliste

Biographie

Romaric est journaliste pour Cryptonaute. Après un passage en faculté de lettres modernes, il s’oriente dans un domaine tout à fait différent, tout en gardant l’œil rivé sur les crypto et l’actualité de l’époque. Il investit alors dans son premier actif numérique : le bitcoin (BTC).

Majoritairement intéressé par Bitcoin, il s’est diversifié plus tard en se penchant également sur le web3, les NFT, les crypto-monnaies et la fintech. Investisseur aguerri, il est capable de conseiller son entourage et ses lecteurs afin de les aider à prendre la bonne décision au bon moment. Son expérience au sein de l’écosystème crypto et sur la blockchain lui permettent de proposer une actualité précise et experte à ses lecteurs, tout en gardant un recul et une objectivité indispensable à son activité.

Romaric se rend régulièrement en conférence ou à divers événements crypto dans toute l'Europe, notamment aux conférences Bitcoin, au Zebu Live ou aux événements relatifs à la blockchain. Fasciné par ce secteur en plein développement, il aime découvrir de nouveaux projets, apprécie l’innovation, et se laisse porter par son enthousiasme et sa curiosité.

Expertise

  • Bitcoin
  • Cybersécurité
  • Régulation cryptos

Accomplissements

  • Révélé un cas rare de cyberfraude
  • Rencontre avec de nombreux innovateurs de l’industrie
  • Participe à la création d’une équipe dédiée de journalistes

Publications

Éducation

  • Université Polytechnique des Hauts-de-France

Autres

  • Carte de presse FIJ n°1385
  • Journaliste indépendant

Suivez Romaric sur Twitter | LinkedIn

Recevez toute l'actualité crypto en direct sur Telegram
Rejoignez notre groupe Telegram