Coincheck obtient une licence après un hack de 460 millions d’euros

Le groupe Monex a annoncé que Coincheck avait rejoint la liste des crypto-bourses réglementées au Japon. Il y a un an, la plateforme d’échange de crypto-monnaies a subi un piratage, les hackeurs s’étaient emparés de 500 millions de NEM soit environ 460 millions d’euros.

 

D’après un communiqué, Monex, propriétaire de Coincheck depuis avril 2018, a enregistré son service auprès du bureau Kanto Financial, l’organisme en charge de la régulation des crypto-exchanges au Japon.

Le 26 janvier 2018, des pirates ont dérobé 500 millions d’unités de la crypto-monnaie NEM sur la plateforme. Suite à l’attaque, Coincheck annonçait vouloir fermer boutique. La firme a ensuite reçu une proposition de rachat du groupe Monex, qu’elle a rapidement accepté.

“Depuis le hack de janvier 2018, Coincheck a suspendu certains services afin de se concentrer sur l’amélioration de sa sécurité. Le 26 novembre 2018, toutes les crypto-monnaies étaient à nouveau disponibles pour le dépôt, l’achat et la vente.” a écrit Monex.

En mai, suite aux nouvelles directives mises en place par l’Autorité des services financiers (FSA), Coincheck a retiré Monero et Zcash, deux devises digitales axées sur la confidentialité.

À l’automne, la FSA a déclaré privilégier la voie de l’autorégulation pour le secteur, elle travaillera en collaboration avec les crypto-bourses régulées.

Cette année, au Japon, 500 nouveaux enquêteurs ont été engagés pour combattre le cybercrime et les vols de cryptos.

> Japon : La banque Mizuho lancera sa crypto-monnaie en mars 2019