Accueil Comment les cryptomonnaies peuvent révolutionner les paiements transfrontaliers ?
Actualités Crypto-monnaies, Actualités Financières, Banque, Opinion, Toute l'actualité

Comment les cryptomonnaies peuvent révolutionner les paiements transfrontaliers ?

Charles Ledoux

Pourquoi faire confiance à Cryptonaute

Tous les articles, guides et analyses publiés sur Cryptonaute sont méticuleusement vérifiés par notre équipe d’éditeurs et de journalistes experts dans leur domaine, afin de garantir leur exactitude et leur pertinence. Nous gardons et publions uniquement les contenus vérifiés par des sources fiables, que ce soit par un site de confiance, un expert avéré ou par la personne source elle-même.

Rejoignez notre groupe Telegram pour rester au courant des dernières nouvelles crypto en direct.

L’envoi de paiements internationaux peut s’avérer extrêmement pénible et long. En particulier, si vous vous trouvez dans un pays qui ne dispose que de plusieurs options pour recevoir de l’argent provenant de l’étranger. Mais pour les adeptes de la crypto-monnaie, c’est une autre histoire. Envoyer du Bitcoin, de l’Ehtereum ou des stablecoins à travers le monde est un jeu d’enfant !

La blockchain et les cryptos peuvent-elles changer les paiements à l’international ?

Une grande partie du monde traditionnel ne réalise pas ou n’approuve pas les avantages des actifs numériques pour les transactions transfrontalières. Mais en toute honnêteté, les crypto-monnaies présentent aussi des inconvénients.

Dans cet article, nous comparerons les différentes options de paiement transfrontalier, leur fonctionnement ainsi que leurs avantages et leur inconvénient. Nous tâcherons également de savoir si les cryptos peuvent changer le visage des paiements à l’international  :

  • La correspondance bancaire (virements électroniques)
  • Les fintechs
  • Les monnaies numériques des banques centrales (CBDC)
  • Bitcoin, crypto-monnaies et stablecoins
cryptonaute twitter

Les virements électroniques

La banque par correspondante nécessite l’implication de trois banques. Une pour l’exportateur et une pour l’importateur dans chaque pays et  deux banques correspondantes utilisées comme intermédiaires.

Source : Researchgate

La correspondance bancaire est une bonne chose parce que nous savons qu’elle fonctionne. C’est une procédure lourde et relativement coûteuse (jusqu’à 50 dollars par transaction), mais elle a fait ses preuves au fil du temps.

Il y a aussi beaucoup d’inconvénients :

  • De nombreux intermédiaires ralentissent le processus.
  • Les systèmes de paiement et les règlements ne sont pas toujours instantanés.
  • Les formats des messages de paiement et les contrôles AML doivent être automatisés pour ne pas ralentir davantage le processus.
  • Les heures d’ouverture et les fuseaux horaires sont d’autres sources de problèmes.

Les fintech

Des fintech comme Revolut, Transferwise et WeChat (le réseau social chinois avec fonction de paiement) perturbent depuis un certain temps le secteur des paiements internationaux. Elles se distinguent par des frais moins élevés et des délais de traitement beaucoup plus courts. Là où les banques prennent des jours, les fintechs peuvent envoyer de l’argent à l’international en quelques heures, voire en quelques minutes.

Source : CFTE

Les fintechs tirent parti du fait qu’il y a moins d’intermédiaires. Soit elles disposent de licences bancaires et d’un accès direct à la monnaie de banque centrale, soit elles contrôlent les banques filiales nécessaires pour effectuer les paiements. Quoi qu’il en soit, une fintech travaille avec un seul bilan dans différentes monnaies.

Mais les fintechs ne sont pas parfaites. Les monnaies moins liquides ne sont pas prises en charge. De plus, les paiements en gros ou les sommes plus importantes impliquent des réglementations, mais ces entreprises ne disposent pas toujours des licences appropriées. Il n’en reste pas moins que les fintechs connaissent une croissance rapide pour une raison bien précise : leur rapidité et leur praticité.

Les CBDCs

Avec la CBDC, le particulier détient soit un compte auprès d’une banque commerciale et un accès à la CBDC, soit un compte auprès de la banque centrale elle-même. L’objectif de ces monnaies est de rendre les paiements transfrontaliers aussi rapides et sans friction que possible. Un paiement en dollars numériques vers des euros numériques devrait, en théorie, être quasi instantané si les deux systèmes sont connectés.

Bien qu’elles soient boudées par la plupart du secteur, les CBDC ne sont pas forcément mauvaises. D’un côté, elles seraient efficaces et pratiques. D’autre part, elles permettraient aux États d’intégrer tous leurs citoyens dans le système financier. Dans une certaine mesure, ils préserveraient ainsi la souveraineté monétaire.

Le Bitcoin et les cryptos peuvent-ils révolutionner les paiements à l’international ?

Le Bitcoin est un “système de paiement électronique de pair à pair (peer-to-peer). Créé en 2008 après la crise des subprimes, l’objectif du Bitcoin est d’être une réserve de valeur, mais surtout un moyen d’échange universel. D’autres crypto-monnaies comme Ethereum, BNB ou XRP entrent également dans cette catégorie. Mais le Bitcoin est probablement la monnaie numérique la plus utilisée pour les paiements transfrontaliers.

Les deux entités ont uniquement besoin de deux adresses Bitcoin (et c’est gratuit en plus). C’est rapide et les frais de transaction sont plus faibles que pour les paiements transfrontaliers traditionnels.  Mais certains problèmes sont encore mis en avant : le BTC est trop volatile et peut être utilisé pour des paiements illicites. Ces problèmes sont largement trop exagérés.

Premièrement, la volatilité du Bitcoin est actuellement à son plus bas niveau historique :

Deuxièmement, la plupart des Bitcoins sont acquis par l’intermédiaire d’exchanges centralisés (CEX), qui exigent tous aujourd’hui des contrôles KYC.

Même si la régulation s’accélère, le Bitcoin reste une “monnaie alternative” presque impossible à stopper par les états. Par définition, c’est un bon candidat pour les paiements à l’international. Pour les autres cryptos, c’est un peu différent. Beaucoup de projets se démarquent par leurs innovations et les problématiques qu’ils résolvent dans l’écosystème, mais l’adoption n’est pas aussi poussée que pour le BTC.

Le rôle des stablecoins

Les stablecoins sont une vraie révolution pour le marché crypto et le seront probablement aussi pour le futur des paiements transfrontaliers. Contrairement aux autres liquidités, le volume des stablecoins a augmenté dans le bearmarket de 2022 :

Les stablecoins fonctionnent de la même manière que Bitcoin, mais ont une longueur d’avance sur ce dernier. De par leur nature, ils éliminent la volatilité et sont stables comme les monnaies fiduciaires traditionnelles. C’est un avantage considérable pour tout type de paiement et paiement transfrontalier. Ils sont également efficaces sur le plan technologique et permettent de réaliser des économies d’échelle : plus un émetteur de stablecoins règle de volumes, plus il devient digne de confiance et plus il lui est facile d’accéder à des liquidités supplémentaires.

Même si les stablecoins ne sont pas encore présents partout sur le globe, ils pourraient très prochainement envahir l’écosystème bancaire et révolutionner le monde des paiements internationaux.


Source : Cross-border payments by The European Central Bank


Sur le même sujet :

Rejoignez notre groupe Telegram pour rester au courant des dernières nouvelles crypto en direct.
Ajoutez Cryptonaute à vos flux Google Actualités

Charles Ledoux

Charles Ledoux

Charles Ledoux est un rédacteur pour Cryptonaute avec une expertise pour les crypto-monnaies et la technologie blockchain. Grâce à sa formation dans la « Crypto-Academy » du célèbre YouTubeur Pompliano, il a pu passer un mois à se former avec les meilleurs spécialistes de l’industrie des crypto-monnaies. C’est en observant des similitudes frappantes entre la permaculture et la technologie du Bitcoin qu’il a réussi à avoir une perspective et une expertise rare sur la technologie et son fonctionnement.

Après avoir écrit son premier livre à 10 ans et plusieurs autres ouvrages depuis, Charles met désormais en pratique son talent d’écrivain pour apporter le meilleur contenu possible aux lecteurs de Cryptonaute. Après avoir rencontré des dizaines d’acteurs majeurs de l’industrie et s’être créé un réseau de centaines de builders web 3, il apportera de nombreux contenus originaux comme des interviews, ou encore des enquêtes exclusives. En plus de son expertise technique sur la technologie blockchain, Charles permettra aux lecteurs d’être au “cœur” de l’industrie crypto.

Déterminé à créer le meilleur contenu possible, il a également le souhait de relayer des informations exclusives qui apportent de la véritable valeur ajoutée à l’industrie florissante des médias crypto.

Section Expertise

  • Bitcoin et Bitcoin mining
  • Compréhension technique de la technologie blockchain et de son fonctionnement
  • Business development et entrepreneuriat
  • Interviews et enquêtes spéciales

Section Accomplissements

Section Éducation 

  • Diplômé de la Crypto Academy : “Les fondamentaux de Bitcoin et des crypto-monnaies”
  • Bac Scientifique mention Européenne

Section bonus

  • Auteur de plusieurs ouvrages.
  • 30k+ vues sur sa chaîne Youtube
Recevez toute l'actualité crypto en direct sur Telegram
Rejoignez notre groupe Telegram