Accueil Entretien avec Houssen : l’expert-comptable crypto et CEO de HodL Consulting
Actualités Crypto-monnaies, Actualités sur Blockchain, Banque, Régulation, Web 3.0

Entretien avec Houssen : l’expert-comptable crypto et CEO de HodL Consulting

Charles Ledoux
Rejoignez notre groupe Telegram pour rester au courant des dernières nouvelles crypto en direct.

Houssen ISSOUF ALY, est un expert-comptable crypto et fondateur du cabinet HODL Consulting depuis 2022. Après 10 années passées dans deux cabinets traditionnels, Houssen a désormais plus de 90% de ses clients qui sont dans le web 3 et la tech. De la plateforme de tokenisation, à la DeFi et en passant par les mineurs de Bitcoin, de plus en plus d’acteurs recherchent un expert-comptable spécialisé.

Découvrez dans cet entretien comment un expert comptable peut aider au développement d’un écosystème, son rôle, son avis sur le secteur et bien plus encore :

Comment et quand as-tu découvert les crypto-monnaies et la technologie blockchain ? Et qu’est-ce qui t’as séduit dans cette technologie au point de te lancer professionnellement dans l’industrie ?

Je suis rentré par la porte de la spéculation en 2017 avec le boom des ICO. Et c’est ensuite que j’ai découvert la technologie blockchain. J’ai “rabbit hole” progressivement car je cherchais à rédiger mon mémoire d’expertise-comptable sur le thème de la blockchain et finalement, je l’ai rédigé sur le sujet de la finance décentralisée et le rôle que l’expert-comptable pouvait y avoir.

Par ailleurs et à force de naviguer dans les groupes Discord/Telegram, je m’apercevais qu’il y avait un vrai besoin sur les sujets de la finance et que celui-ci n’était pas correctement couvert d’où le lancement de HODL Consulting.

En quoi consiste le travail d’un expert-comptable dans le web 3 ? Y’a-t-il des contraintes ou des avantages ?

L’expert-comptable, de manière générale, est l’interlocuteur principal du dirigeant surtout à l’échelle d’une TPE-PME/Startup. Il intervient sur différents volets : comptabilité, fiscalité, secrétariat juridique et social. Sur le secteur Web3, il doit avoir une bonne connaissance du vocabulaire, des enjeux en matière de risque et doit être au fait de la réglementation en cours de construction. Voici quelques exemples de missions web3 que l’on réalise au cabinet :

  • Evaluation de jeton (token) 
  • Mise en place des paiements en crypto (salariés, fournisseurs, clients)
  • Mise en place process pour la gestion crypto (multisig, choix wallet…)
  • Revue éléments financiers des whitepapper
  • Traitement comptable des levées de fonds

Peux-tu nous dire les grandes lignes de ton mémoire ? Sur quels points principaux tes arguments se sont appuyés ?

Le mémoire porte sur l’accompagnement par l’expert-comptable de l’investisseur en Finance Décentralisée ». Il porte sur une méthodologie pour mes confrères/consoeurs de prise en main de cette typologie de clientèle qui veulent investir leur trésorerie excédentaire en DeFi. En résumé, il s’agissait :

  • D’acculturer l’expert-comptable au vocabulaire de ce secteur et de se familiariser avec les outils (wallet Metamask, lecture blockchain explorer, compréhension blockchain…)
  • De sensibiliser le client aux différents risques
  • De mener un audit sur les fondamentaux des protocoles sélectionnés par le client

En parlant de DeFi, tu accompagnes également les projets dans les ICO, IDO etc… Récemment CryptoRank a publié un rapport montrant que les ICO et IDO ont atteint leur plus bas historique en août dernier. Cette pente descendante semble montrer un intérêt grandissant pour les launchpads crypto (qui sont plus fiables et sécurisés). Quel est ton avis sur tout cela ? Est-ce qu’un expert comptable peut rendre le processus plus fiable pour un ICO ? Si oui, comment ?

A mon échelle, j’interviens sur la sécurisation des éléments chiffrés présentés dans le whitepapper (en amont) et du traitement comptable adéquat (une fois le launchpad lancé).

J’ai récemment traité un projet qui est passé sur un launchpad. La plateforme demandait des données financières sur la société avec la signature de l’expert-comptable et dans un format spécifique. En signant, j’atteste donc qu’il n’y avait aucune anomalie et que les documents financiers étaient sincères et cohérents. Ceci dit, toutes les plateformes ne requièrent pas ce type d’information.

Dans une interview, tu déclares que la transparence de la blockchain peut également être un point de divergence pour l’expertise comptable. Les concurrents peuvent avoir accès aux informations privées de la boite. Quelles solutions auraient-tu alors pour éviter ce genre de problèmes ?

La technologie ZK est une solution parmi d’autres à venir sur le sujet de l’anonymisation des données.

Penses-tu que l’expertise comptable passera par les smarts contracts dans le futur ? Comment vois-tu les choses évoluer de ce point de vue-là ?

Difficile de prévoir les choses, mais à termes on pourrait envisager la tenue d’une comptabilité dont l’enregistrement se fait directement sur la blockchain et l’administration fiscale, via smart-contract pourrait récupérer par exemple la TVA correspondante, et ce de manière instantané. 

Tu évoques également les blockchains privées, qui “sont loin de la philosophie de la blockchain”. Que penses-tu des blockchains privées et quelle est cette “philosophie” cachée derrière la technologie blockchain ?

Je pense que c’est bien pour faire des tests, mais si l’on se dirige vers une société décentralisée, je ne pense pas que les blockchains privées aient une place.

Tu dis notamment que certaines entreprises t’envoient des screenshots de leurs transactions, comment gères-tu cet aspect ?

Qui dit « frais », dit « charges » et en principe, ils sont donc comptabilisés dans les charges de la société.

 Néanmoins, l’art.54 du Code Général des Impôts (CGI) indique que « la comptabilité présentée par les contribuables doit être appuyée de pièces justificatives destinées à permettre le contrôle de la réalité des frais et charges portés en déduction du bénéfice imposable (factures, pièces de caisses, reçus…) ». Par ailleurs, l’administration fiscale est en droit de réintégrer les frais pour lesquels le contribuable n’a pu fournir de justificatifs probants.

Or le hash de transaction (reçu sous format screenshot) ne correspond pas à un justificatif probant dans la mesure où il n’indique pas les éléments d’identification des parties prenantes à la transaction (nom du fournisseur, adresse, n° TVA…). Ainsi, en cas de contrôle fiscal, ses gaz fees pourront faire l’objet d’une réintégration dans le résultat taxable à l’impôt sur les sociétés. J’informe donc le client de ce risque potentiel.

La réglementation crypto est de plus en plus au coeur du développement de l’industrie. Qu’en est-il de la comptablité ? Comment la norme IFRS se porte-t-elle vis-à-vis des crypto-monnaies ?

Les dernières évolutions en matière de comptabilité crypto datent de 2020 et portent sur le traitement comptable des ICO et des acteurs PSAN, tous ce que l’on connaît depuis n’a pas été traité à ce jour. Les IFRS n’étant pas applicables en France, du moins à la quasi majorité des sociétés françaises, je ne m’y intéresse pas forcément en toute transparence.

Quel est ton avis sur la DeFi et son état actuel ? On voit de plus en plus de produits dérivés crypto et des outils comme les crédits privés ou les prêts/emprunts en crypto. D’un point de vue comptable, quelle est ta perception sur cette nouvelle finance ?

Cela va être une belle usine à gaz à traiter comptablement !

Un autre sujet marquant de ces dernières années dans l’industrie est la preuve de réserve. En tant qu’expert-comptable, penses-tu que cette preuve de réserve est nécessaire et est-elle vraiment réalisable ?

Je pense qu’elle est nécessaire mais l’on met ce que l’on veut mettre. Tant qu’il n’y aura pas de normes financières sur le sujet et des acteurs sélectionnés pour les auditer, elles n’auront pas de valeur.

En quoi un expert-comptable est nécessaire dans cette industrie ? Penses-tu qu’ils seront de plus en plus demandés et pourquoi ?

Le Web3 n’est qu’à ses débuts et ne fait que grossir, donc naturellement notre profession sera de plus en plus sollicitée pour traiter toutes les problématiques (existantes et à venir).

Tu navigues donc peut-être à l’aveugle et manque de repères. Quels sont les plus gros défis que tu rencontres dans la DeFi et le web 3 en tant que comptable ?

Idem, tant que l’autorité des normes comptables ne nous aura pas donné des guidelines, on continuera à naviguer à l’aveugle. Une partie de notre travail consiste à documenter nos diligences avec des documents probants et qui dit DeFi, dit pas de documents probants ce qui reste pour moi, le plus gros challenge.

Quand une start-up web 3 fait appel à tes services, quels sont les points majeurs sur lesquels tu te concentre et sur lesquels tu fournis des conseils ?

Cela dépend de plusieurs facteurs :

  • De la taille de la société
  • De l’expérience des associés dans l’entrepreunariat 
  • De l’expérience des interlocuteurs dans le Web3

Je m’adapte en fonction du client, mais en premier lieu je précise qu’il ne faut SURTOUT PAS mélanger le pro et le perso, surtout au niveau des wallets.

Pour finir, comment aborder la comptabilité dans une société financièrement décentralisée et autonome (DAO) ?

Ce n’est pas possible d’avoir une comptabilité selon les règles françaises pour une société décentralisée et autonome. En revanche, j’accompagne de nombreuses associations qui est le véhicule juridique utilisé par des projets français en DeFi et pour lequel, la comptabilité traditionnelle s’applique avec des cryptos en plus.

En somme, la demande en expert comptable risque de fortement augmenter. En effet, dans la mesure où la loi MiCa est en plein développement, les régulateurs vont de plus en plus scruter les mouvements de fonds dans l’industrie. Malgré tout, Houssen nous fait part du manque de normes et de clarté réglementaire. En tant qu’expert comptable, il accompagne néanmoins des dizaines de projets web 3, allant de la DeFi aux mineurs de Bitcoin. Puisque les transactions sur la blockchain sont digitalisées, la difficulté reste à fournir des preuves valables aux autorités. Malgré tout, le développement de la DeFi est tel que les experts comptables ne risquent pas de manquer de travail.


Source : Interview de Houssen ISSOUF ALY (expert comptable crypto et CEO), HodL Consulting.


Sur le même sujet :

Rejoignez notre groupe Telegram pour rester au courant des dernières nouvelles crypto en direct.

Charles Ledoux

Charles Ledoux

Charles Ledoux est un rédacteur pour Cryptonaute avec une expertise pour les crypto-monnaies et la technologie blockchain. Grâce à sa formation dans la « Crypto-Academy » du célèbre YouTubeur Pompliano, il a pu passer un mois à se former avec les meilleurs spécialistes de l’industrie des crypto-monnaies. C’est en observant des similitudes frappantes entre la permaculture et la technologie du Bitcoin qu’il a réussi à avoir une perspective et une expertise rare sur la technologie et son fonctionnement.

Après avoir écrit son premier livre à 10 ans et plusieurs autres ouvrages depuis, Charles met désormais en pratique son talent d’écrivain pour apporter le meilleur contenu possible aux lecteurs de Cryptonaute. Après avoir rencontré des dizaines d’acteurs majeurs de l’industrie et s’être créé un réseau de centaines de builders web 3, il apportera de nombreux contenus originaux comme des interviews, ou encore des enquêtes exclusives. En plus de son expertise technique sur la technologie blockchain, Charles permettra aux lecteurs d’être au “cœur” de l’industrie crypto.

Déterminé à créer le meilleur contenu possible, il a également le souhait de relayer des informations exclusives qui apportent de la véritable valeur ajoutée à l’industrie florissante des médias crypto.

Recevez toute l'actualité crypto en direct sur Telegram
Rejoignez notre groupe Telegram