Accueil Bitcoin à New York : un nouveau tour de vis réglementaire sur les banques détenant des cryptos
Actualités Crypto-monnaies, Régulation, Toute l'actualité

Bitcoin à New York : un nouveau tour de vis réglementaire sur les banques détenant des cryptos

Rejoignez notre groupe Telegram pour rester au courant des dernières nouvelles crypto en direct.

Les banques new-yorkaises devront désormais détenir une autorisation du Département des services financiers de New York (NYDFS) avant d’interagir avec l’écosystème crypto. C’est ce qui ressort des nouvelles directives du régulateur, publiées cette semaine.

Pas d’avoirs en Bitcoin sans autorisation préalable du NYDFS

Le New York Department of Financial Services (NYDFS) est le premier régulateur financier aux Etats-Unis au niveau étatique. Sur les cryptomonnaies, le NYDFS est connu pour avoir inauguré un système de BitLicense en 2015. Un agrément repris depuis par bon nombre d’autres Etats.

Une poignée de crypto-bourses (à l’image de Gemini) et d’acteurs crypto (tels que Paxos Trust, émetteur du stablecoin BUSD de Binance) ont élu domicile à New York et détiennent une BitLicense pour leurs activités.

Depuis 2018, il y a eu un bond significatif dans les volumes de contrats à terme BTC / ETH et les NFT détenus par les banques américaines et les banques étrangères. Pour le NYDFS les choses doivent changer : il leur  faudra désormais soumettre une proposition au NYDFS 90 jours avant tout achat d’instruments crypto. Et la nouvelle directive est en place depuis jeudi.

Même chose pour les banques qui souhaitent passer par un tiers – un fonds crypto par exemple – pour s’engager dans la détention de cryptos.

Après la BitLicense conditionnelle sur les entreprises commerciales, de nouvelles règles du NYDFS pour les banques – NYDFS (c)
cryptonaute twitter

Une nouvelle directive dans un contexte marqué par l’explosion en vol de FTX

Cette nouvelle directive ne survient pas par hasard. Elle se veut une réaction à une série d’implosions dans l’industrie crypto, dont les plus médiatisées furent celles de FTXBlockFi, Voyager et Celsius.

Le dernier épisode, FTX, est particulièrement douloureux car les analystes de la banque Jefferies estiment que les déposants et créanciers de la plateforme déchue ne pourraient récupérer que 20 à 40% de leurs avoirs … De quoi faire dire à Adrienne Harris, surintendante du NYDFS, que la finalité de tout ce corpus de règles reste la protection du consommateur :

“Il est essentiel que les régulateurs communiquent en temps opportun et de manière transparente sur l’évolution de notre approche réglementaire. (…) Les orientations d’aujourd’hui sont essentielles pour garantir que l’argent durement gagné par les consommateurs est protégé, que les organisations bancaires réglementées de New York restent résilientes et compétitives, et que les attentes sont claires pour ceux qui souhaitent soumettre des propositions d’activité liée à la monnaie virtuelle.” 

On rappellera que FTX avait annoncé en mai dernier au média Coindesk se porter candidat pour une BitLicense new yorkaise. Au moment du dépôt de bilan de la plateforme, le porte-parole du NYDFS n’a pas tardé à déclarer que la plateforme n’avait pas obtenu l’approbation pour des manquements évidents :

“Alors que l’industrie de la monnaie virtuelle évolue, le DFS mène par la pratique et restera déterminé à faire de New York le modèle d’une réglementation solide et tournée vers l’avenir”

Adrienne Harris, patronne du NYDFS, est connue pour ses positions pro-blockchain – IFNY (c)

La nouvelle directive du NYDFS s’inspire de celles de régulateurs à l’échelle fédérale

Avec sa nouvelle directive, le NYDFS s’inspire et emboîte le pas à d’autres régulateurs. D’abord la Federal Deposit Insurance Corporation (FDIC, équivalent de l’ACPR), qui en avril dernier avait demandé aux banques d’informer l’agence de supervision bancaire si elles détenaient des contrats à terme Bitcoin & Ethereum ou des cryptomonnaies en direct.

Ensuite la Federal Reserve, qui en août avait demandé à tous les établissements bancaires d’informer leur point de contact à la banque centrale afin de s’assurer que l’activité envisagée était bien légale du point de vue des règles prudentielles américaines.

Pour donner un peu de contexte, c’est l’Office of the Comptroller of the Currency (OCC) qui s’occupe de définir telles activités comme légales et autorise les banques à s’engager dans ces activités tant qu’elles démontrent qu’elles ont mis en place des contrôles adéquats et obtiennent une sorte de feu vert de la Réserve fédérale.

En révélant sa surveillance de quelques crans, le NYDFS a repris tout ce corpus réglementaire en une seule directive. Le régulateur new-yorkais prévoit tout un processus d’examen conçu pour garantir que les institutions supervisées disposent de capacités financières et d’une gestion des risques appropriées. Une procédure aux frais des banques elles-mêmes,  depuis une disposition budgétaire du Sénat de l’Etat prise en avril.

Michael Barr, vice-gouverneur de la FED, tient une ligne particulièrement dure contre les cryptos, malgré un passé chez Ripple Labs – FED (c)

Aux Etats-Unis, les régulateurs s’agitent face aux questionnements de nombreux élus. La semaine passée, Elizabeth Warren (sénatrice démocrate du Massachussets) et Tina Smith (sénatrice démocrate du Minnesota) ont demandé précisément à la FED, à l’OCC  et à la FDIC de revoir la relation entre les banques et les plateformes crypto après la chute de FTX.

Rejoignez notre groupe Telegram pour rester au courant des dernières nouvelles crypto en direct.

Romaric Saint Aubert Crypto-journaliste

Romaric Saint Aubert Crypto-journaliste

Biographie

Romaric est journaliste pour Cryptonaute. Après un passage en faculté de lettres modernes, il s’oriente dans un domaine tout à fait différent, tout en gardant l’œil rivé sur les crypto et l’actualité de l’époque. Il investit alors dans son premier actif numérique : le bitcoin (BTC).

Majoritairement intéressé par Bitcoin, il s’est diversifié plus tard en se penchant également sur le web3, les NFT, les crypto-monnaies et la fintech. Investisseur aguerri, il est capable de conseiller son entourage et ses lecteurs afin de les aider à prendre la bonne décision au bon moment. Son expérience au sein de l’écosystème crypto et sur la blockchain lui permettent de proposer une actualité précise et experte à ses lecteurs, tout en gardant un recul et une objectivité indispensable à son activité.

Romaric se rend régulièrement en conférence ou à divers événements crypto dans toute l'Europe, notamment aux conférences Bitcoin, au Zebu Live ou aux événements relatifs à la blockchain. Fasciné par ce secteur en plein développement, il aime découvrir de nouveaux projets, apprécie l’innovation, et se laisse porter par son enthousiasme et sa curiosité.

Expertise

  • Bitcoin
  • Cybersécurité
  • Régulation cryptos

Accomplissements

  • Révélé un cas rare de cyberfraude
  • Rencontre avec de nombreux innovateurs de l’industrie
  • Participe à la création d’une équipe dédiée de journalistes

Publications

Éducation

  • Université Polytechnique des Hauts-de-France

Autres

  • Carte de presse FIJ n°1385
  • Journaliste indépendant

Suivez Romaric sur Twitter | LinkedIn

Recevez toute l'actualité crypto en direct sur Telegram
Rejoignez notre groupe Telegram