Accueil Cybercriminalité crypto en France : quels outils pour lutter ?
Actualités Crypto-monnaies, Régulation, Toute l'actualité, Web 3.0

Cybercriminalité crypto en France : quels outils pour lutter ?

Rejoignez notre groupe Telegram pour rester au courant des dernières nouvelles crypto en direct.

La cybercriminalité crypto est en hausse en France, mais les moyens pour lutter ne sont pas toujours adaptés ou disponibles. C’est la raison pour laquelle le colonel Nicolas Duvinage, Gendarme au Centre de lutte contre les criminalités numériques (C3N), a souhaité intervenir à CryptoXR, ce week-end, à Auxerre.

En amont du travail des enquêteurs

cybercriminalité france crypto

Comme le rappelait récemment INTERPOL dans son rapport, la criminalité tend à évoluer. Si les protocoles se renforcent, dans le web3, afin de lutter contre les cyber crimes, les malfaiteurs redoublent d’ingéniosité. Malgré tout, d’après le colonel Duvinage, intervenant du panel sur la cybercriminalité à CryptoXR, l’attaque a surtout lieu dans le cerveau.

Ainsi, les arnaques crypto de type phishing et social engineering restent les plus courantes et les plus efficaces. Evidemment, dans de pareilles circonstances, les méthodes de protection et de sécurité informatique sont, malheureusement, inefficaces.

« Si vous voulez investir [dans les crypto-monnaies], considérez les plateformes agréées PSAN. Elles sont sur le site de l’AMF. Si vous en êtes capables et que vous avez les compétences requises, vérifiez le code du smart contract », précise le panel.

La plus grosse partie du travail a donc lieu en amont du travail des enquêteurs et des forces de l’ordre. Il s’agit d’abord de prévention. Dans un second temps, une plainte en gendarmerie va, bien souvent, s’avérer inefficace dans l’immédiat.

Toutefois, de nombreux acteurs développent des solutions de collaboration avec les forces de l’ordre. À l’instar de Broker Defense, plusieurs entreprises proposent aux victimes d’enquêter et de monter un dossier complet à destination des forces de l’ordre et du procureur de la république. Ces collaborations permettent, entre autres, de faciliter le travail des forces de l’ordre, tout en venant en aide, de manière efficace, aux victimes.

cryptonaute twitter

Les enquêteurs spécialisés cybercriminalité crypto suivent aussi la tendance

cybercriminalité france

De son côté, la gendarmerie Française reste un élément évidemment essentiel dans la lutte contre la cybercriminalité. Le centre de lutte contre les criminalités numériques (C3N) était présent à CryptoXR, représenté par le colonel Duvinage. Selon lui, des efforts sont faits au niveau national afin de renforcer les dispositifs de lutte et de prévention dans ce domaine :

« Nous disposons de 250 enquêteurs au central, et de 9000 cyber enquêteurs dans tout le pays. Depuis 2001, nous proposons des formations annuelles. Nous formons également des experts depuis 2018 et nous avons proposé notre 1ère session européenne il y a deux ans. En parallèle, nous proposons également des formations pratiques en distanciel. »

Du côté des blockchains les plus investiguées, tout est relatif, selon le colonel. Il s’agit en réalité de suivre la tendance :

« Les gendarmes commencent par enquêter en suivant l’actualité. Cependant, la tendance est largement orientée vers Bitcoin du côté des ransomwares avec environ 95% des cyber crimes rapportés sur cette blockchain. Concernant les faits de vols, les blockchains sont plus diversifiées. Du côté des paiements relatifs aux stupéfiants, c’est à nouveau le BTC qu’on retrouve le plus souvent. On retrouve aussi l’USDT, mais également la blockchain Tron qui, surprenamment, ressort plus souvent qu’Ethereum. »

Par ailleurs, il rappelle également que le dépôt de plainte reste capital au sein de la démarche d’enquête au niveau national :

« Nous ne connaissons pas la tendance s’il n’y a pas de dépôt de plainte. »

La Blockchain : un outil à double tranchant dans la cyber criminalité en France

cybercriminalité france crypto

Le rapport d’INTERPOL, déjà, rappelait la double facette de la technologie blockchain. Si elle est un formidable outil pour les forces de l’ordre, elle l’est également pour les malfaiteurs en tout genre. La transparence qu’elle propose permet bien souvent aux criminels de réaliser des transactions sans être détectés, ou trop tard.

Cependant, comme le rappelle le panel sur la cybercriminalité, les cryptos, dans la cybercriminalité, ne sont qu’un outil. Il est surtout complexe de qualifier le crime en question. Selon les cas, c’est l’abus de confiance qui sera retenu. Dans d’autres circonstances, il s’agira effectivement d’un crime propre au monde numérique.

« Nous avons eu quelques cas concrets, en France, de crimes numériques qui ont passé la barrière du réel, notamment un homicide et un enlèvement avec séquestration. L’objectif était d’obtenir la seedphrase de l’individu. […] Soyez lucide. Si vous possédez beaucoup d’argent en crypto, ne l’affichez pas, et restez discret, même dans votre tenue vestimentaire, par exemple. »

Limites et défis

cybercriminalité

En matière de lutte contre la cybercriminalité en France, de nombreux obstacles se dressent sur le chemin des enquêteurs et des forces de l’ordre : frontières physiques, relations diplomatiques, différences ou manque de régulation, etc.

Cependant, tout n’est pas perdu. Il convient de différencier l’anonymat du pseudonymat. Sur la blockchain, les forces de l’ordre considèrent que les individus ne sont pas anonymes, mais pseudonymes, en référence aux adresses des différents wallets. Grâce aux collaborations avec les entreprises spécialisées, il est de plus en plus possible de lever le voile sur le propriétaire d’un wallet.

Le colonel se veut toutefois rassurant. De telles mesures sont prises uniquement lorsque le procureur juge qu’il existe de sérieux doutes quant à une situation ou un individu :

« Nous ne sommes pas là pour surveiller tout et tout le monde, et nous n’en n’avons pas les moyens de toute façon. Nous ne sommes pas Big Brother. Si une enquête est décidée, et une identité révélée, c’est qu’il existait déjà de très sérieux doutes en amont. »

Par ailleurs, les enquêtes crypto de ce type sont relativement onéreuses pour les autorités. Elles sont généralement menées de la même manière qu’une enquête relative aux stupéfiants. Néanmoins, des efforts sont faits sur le long terme, et les forces de l’ordre ainsi que le cadre juridique évoluent afin de mieux protéger les individus, mais également les entreprises.


Sur le même sujet :

Rejoignez notre groupe Telegram pour rester au courant des dernières nouvelles crypto en direct.

Romaric Saint Aubert Crypto-journaliste

Romaric Saint Aubert Crypto-journaliste

Biographie

Romaric est journaliste pour Cryptonaute. Après un passage en faculté de lettres modernes, il s’oriente dans un domaine tout à fait différent, tout en gardant l’œil rivé sur les crypto et l’actualité de l’époque. Il investit alors dans son premier actif numérique : le bitcoin (BTC).

Majoritairement intéressé par Bitcoin, il s’est diversifié plus tard en se penchant également sur le web3, les NFT, les crypto-monnaies et la fintech. Investisseur aguerri, il est capable de conseiller son entourage et ses lecteurs afin de les aider à prendre la bonne décision au bon moment. Son expérience au sein de l’écosystème crypto et sur la blockchain lui permettent de proposer une actualité précise et experte à ses lecteurs, tout en gardant un recul et une objectivité indispensable à son activité.

Romaric se rend régulièrement en conférence ou à divers événements crypto dans toute l'Europe, notamment aux conférences Bitcoin, au Zebu Live ou aux événements relatifs à la blockchain. Fasciné par ce secteur en plein développement, il aime découvrir de nouveaux projets, apprécie l’innovation, et se laisse porter par son enthousiasme et sa curiosité.

Expertise

  • Bitcoin
  • Cybersécurité
  • Régulation cryptos

Accomplissements

  • Révélé un cas rare de cyberfraude
  • Rencontre avec de nombreux innovateurs de l’industrie
  • Participe à la création d’une équipe dédiée de journalistes

Publications

Éducation

  • Université Polytechnique des Hauts-de-France

Autres

  • Carte de presse FIJ n°1385
  • Journaliste indépendant

Suivez Romaric sur Twitter | LinkedIn

Recevez toute l'actualité crypto en direct sur Telegram
Rejoignez notre groupe Telegram