Accueil Selon la présidente de l’AMF, l’univers crypto doit démontrer son utilité économique et sociale
Actualités Crypto-monnaies

Selon la présidente de l’AMF, l’univers crypto doit démontrer son utilité économique et sociale

Yann-Olivier Bricombert

Pourquoi faire confiance à Cryptonaute

Tous les articles, guides et analyses publiés sur Cryptonaute sont méticuleusement vérifiés par notre équipe d’éditeurs et de journalistes experts dans leur domaine, afin de garantir leur exactitude et leur pertinence. Nous gardons et publions uniquement les contenus vérifiés par des sources fiables, que ce soit par un site de confiance, un expert avéré ou par la personne source elle-même.

présidente-amf-crypto
Rejoignez notre groupe Telegram pour rester au courant des dernières nouvelles crypto en direct.

Un discours de la présidente de l’AMF centré sur la crypto

C’est un discours qui n’est pas passé inaperçu. Prononcé lundi 16 octobre 2023 au Forum Fintech par Marie-Anne Barbat-Layani, la présidente de l’Autorité des marchés financiers (AMF), il fait pas moins de 20 mentions du mot “crypto”, bien plus que “fintech”, prononcé seulement à 12 reprises… C’est donc bien un message volontairement fort et appuyé que la présidente de l’AMF a voulu envoyer à l’écosystème blockchain.

En préambule, Marie-Anne Barbat-Layani a d’abord rappelé que “la technologie blockchain constitue une priorité pour permettre le développement d’un écosystème innovant au bénéfice des investisseurs, mais aussi dans sa transition vers les nouvelles réglementations intervenant dans l’univers des titres « traditionnels », comme dans l’univers des cryptoactifs que nous appelons les actifs numériques”.

Elle a ensuite listé les différents enjeux auxquels fait face le régulateur : inscription sur la blockchain de titres financiers (tokenisation), mais aussi les diverses réglementations européennes abouties ou encore en cours.

cryptonaute twitter

Les doutes de Marie-Anne Barbat-Layani sur l’univers crypto

Puis c’est finalement à la suite d’un paragraphe sur l’affaire FTX, début novembre 2022, que la présidente de l’AMF s’est montrée plus critique vis-à-vis de l’écosystème crypto et de ses failles.

“Nous ne pouvons que constater que le monde des cryptoactifs et sa perception ont radicalement changé en un an. La chute de FTX, début novembre 2022, a provoqué des réactions fortes, dans plusieurs pays. Les débats internationaux accélèrent en vue d’une régulation plus stricte dans l’ensemble des juridictions“.

Pour Marie-Anne Barbat-Layani, “l’univers crypto est désormais attendu sur sa capacité à respecter la réglementation. J’y ajouterai sa capacité à démontrer son utilité économique et sociale […].”

Marie Anne Barbat-Layani-AMF-2023

L’univers crypto pourvoyeur d’emplois ?

Visiblement, l’ancienne secrétaire générale du ministère des Finances ne semble pas encore convaincue de la “contribution directe de l’écosystème à l’économie et à la création d’emplois“. Dans une récente interview à Cryptonews, Ivan de Lastours, en charge des sujets blockchain à Bpifrance, explique pourtant que l’écosystème crypto représente entre 3 000 et 5 000 emplois en France.

La présidente de l’Autorité des marchés financiers semble également douter de la “contribution au financement de l’économie et des entreprises”. Dans ce même entretien, Bpifrance estime avoir déployé 80 millions d’euros sur cinq ans dans les projets blockchain. La France compte environ 420 entreprises crypto, dont 97 enregistrées PSAN et une ayant reçu l’agrément de l’AMF.

L’impact environnemental des cryptos

Autre sujet sur lequel l’AMF reste sceptique, “la contribution au monde de l’investissement et à la protection des investisseurs”.

Les études montrent qu’entre 8 et 10 % des Français détiennent des cryptos. C’est loin d’être anecdotique et il est normal que les questions de protection des investisseurs se posent de manière de plus en plus concrète. D’autant que les cryptoactifs sont devenus le premier sujet sur lequel notre service qui reçoit les plaintes des épargnants est saisi.

Enfin, pour le régulateur des marchés financiers, l’écosystème blockchain doit encore faire ses preuves sur sa “contribution au financement de la transition vers une économie durable”. Selon l’AMF, c’est “l’impact environnemental de sa technologie elle-même” qui serait questionné sur les sujets green.

Le passage d’Ethereum en septembre 2022, du proof-of-work (POW, preuve de travail) au proof-of-stake (POS, preuve d’enjeu) a relancé le débat sur l’impact environnemental de la blockchain.

Mieux réguler les échanges cryptos et la DeFi

Lors de cette journée d’échanges, organisée par l’AMF et l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), Marie-Anne Barbat-Layani est revenue sur la réglementation MiCa 2, qui aura pour mission d’encadrer les “conglomérats cryptos” basés à l’étranger.

Ces risques sont de nature très différente :

  • risque de conflits d’intérêts en raison de la coexistence de plusieurs types de services au sein d’un même groupe, voire d’une même personne morale, et la confusion des avoirs du groupe et de ses clients externes ;
  • risque de défaillance et de perte des avoirs des clients, avec des expositions intra-groupe qui pourraient ne pas être maitrisées ;
  • incertitude sur les conditions de formation des prix et la liquidité, avec des plateformes globales dont la localisation peut se trouver hors de la surveillance des autorités nationales ou dans des pays où ces activités ne sont pas régulées.

L’AMF a également confirmé travailler avec l’ACPR à un cadre réglementaire pour la finance décentralisée (DeFi), en explorant des pistes techniques comme la certification de smart contracts.


Sur le même sujet :

Rejoignez notre groupe Telegram pour rester au courant des dernières nouvelles crypto en direct.
Ajoutez Cryptonaute à vos flux Google Actualités

Yann-Olivier Bricombert

Yann-Olivier Bricombert

Yann-Olivier Bricombert exerce en tant que journaliste spécialisé dans le domaine de la crypto pour Cryptonaute. Ayant obtenu son diplôme du Centre de formation et de perfectionnement des journalistes de Paris (CFPJ), il possède une expérience de plus de 13 ans en tant que journaliste, dont 5 ans en tant que rédacteur en chef.

Yann-Olivier a un réel intérêt pour les entretiens avec les principaux acteurs de l'écosystème web3, tant au niveau national qu'international. Il participe régulièrement à des conférences et à des événements liés à l'industrie de la crypto en France et en Europe, dans le but d'expliquer, de raconter et d'analyser les nouvelles tendances. Il cherche également à rencontrer des entrepreneurs, des développeurs, des régulateurs, des créateurs et des artistes NFT afin de trouver des idées pour des articles exclusifs. Il est passionné par l'exploration des enjeux et des tendances du secteur, et suit de près les évolutions des politiques publiques et de la régulation dans le domaine de la crypto.

Yann-Olivier nourrit une véritable passion pour l'art numérique et les NFT, et il suit attentivement les tendances du marché ainsi que les projets innovants.

Grâce à son approche journalistique rigoureuse, Yann-Olivier s'efforce de présenter une information objective et équilibrée. Sa priorité est d'aider les lecteurs à prendre des décisions éclairées en leur fournissant des informations fiables, vérifiées, impartiales et basées sur des faits concrets.

Expertise

  • Les interviews d’acteurs clés de l’écosystème web3 francophone et international
  • L’art digital et les NFT
  • La régulation crypto et les politiques publiques

Accomplissements

  • Lauréat du Prix Alexandre-Varenne de la Presse
  • Plus de 13 ans d’expérience en tant que journaliste reporter
  • 5 ans d’expérience de chef de rédaction

Publications

Education

  • Centre de Formation et de Perfectionnement des Journalistes (CFPJ) de Paris
  • Alyra - Consultant Blockchain certifié

Suivez Yann-Olivier sur Linkedin

Recevez toute l'actualité crypto en direct sur Telegram
Rejoignez notre groupe Telegram