Accueil Le roi cash est mort : la banque des Pays-Bas vante la CBDC
Banque, Toute l'actualité

Le roi cash est mort : la banque des Pays-Bas vante la CBDC

Pixabay

Rejoignez notre groupe Telegram pour rester au courant des dernières nouvelles crypto en direct.

La Banque des Pays-Bas souligne les bénéfices d’une monnaie numérique de banque centrale (CBDC) à laquelle elle consacre une étude détaillée. Elle se dit en outre prête à jouer un rôle moteur en Europe en cas d’expérimentation.

 

Les banques centrales européennes poursuivent leur montée en compétences sur la question des monnaies numériques. En février, la Suède lançait par exemple un pilote pour sa monnaie nationale (e-krona). Le mois dernier, c’est la banque d’Angleterre qui ouvrait un débat public sur la CBDC.

La banque centrale des Pays-Bas mène elle aussi ses propres travaux. Elle vient d’ailleurs de livrer un rapport détaillé sur la monnaie digitale de banque centrale. La DNB (De Nederlandsche Bank) y détaille les objectifs, conditions préalables et choix de conception d’un tel instrument monétaire.

Le déclin de l’argent liquide légitime un débat sur la CBDC

Et si les Pays-Bas, comme la Suède notamment, s’intéressent de près au sujet, c’est pour une raison principale : le déclin des espèces comme moyen de paiement. La banque centrale souligne que cette tendance est affirmée dans le pays.

Le cash n’est plus roi. En conséquence, les citoyens et les entreprises utilisent de moins en moins l’argent émis par les banques centrales pour payer leurs achats,” relève-t-elle.

Le déclin de l’argent liquide, et donc en parallèle de la place d’une banque centrale, amène celle-ci à s’interroger sur l’opportunité d’une CBDC.

L’annonce de Libra par Facebook, qui a récemment revu ses ambitions à la baisse, est une autre raison justifiant l’étude des CBDC, reconnaît par ailleurs la DNB. Pour ces différents motifs, la banque centrale revendique une « attitude positive à l’égard des CBDC ».

Son introduction pourrait favoriser le bon fonctionnement du système de paiement. Par exemple, la CBDC pourrait servir de sauvegarde pour les paiements effectués en monnaie privée, étant donné que nous devenons extrêmement dépendants de l’argent privé dans un système de paiement qui se numérise rapidement,” met-elle en avant.

Des mesures pour contrôler la circulation de la CBDC

La Banque des Pays-Bas ne méconnaît pas les risques liés à la CBDC cependant. En cas de crise financière, une monnaie de ce type pourrait en effet contribuer à accélérer la faillite d’une banque. Citoyens et entreprises tendraient alors à convertir leurs soldes auprès des banques privées en CBDC.

« Il est donc crucial que des mesures soient prises pour contrôler la quantité de CBDC en circulation » prévient à ce titre l’autorité néerlandaise. Cette dernière fait en outre plusieurs propositions relatives à la conception et au fonctionnement d’une monnaie numérique.

La De Nederlandsche Bank propose par exemple que les entreprises privées développent des applications à destination des ménages et des entreprises pour les paiements en CBDC. L’adoption, au profit de la CBDC, de technologies conçues par des acteurs crypto est une autre de ses préconisations.

La Banque des Pays-Bas appelle donc à « un débat politique plus approfondi sur la CBDC », à l’échelon national, mais surtout européen. Les Etats où les espèces restent très utilisées tendent à demeurer aujourd’hui éloignés de ce sujet.

Le débat doit être mené plus largement dans la zone euro, étant donné que c’est l’Eurosystème qui décidera de l’introduction potentielle de la CBDC. Des réglementations européennes supplémentaires pourraient également être nécessaires,” souligne la DNB.

Celle-ci indique à ce titre que les Pays-Bas sont prêts à jouer un rôle de premier plan en Europe. Ils « constituent un terrain d’essai approprié pour une telle expérimentation » conclut la banque centrale néerlandaise.

Questions & Réponses (0)

Vous avez une question? Notre panel d'experts est là pour vous répondre. Soumettre ma Question

Leave a Comment

Write a Review

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoignez notre groupe Telegram pour rester au courant des dernières nouvelles crypto en direct.

Romaric Saint Aubert Crypto-journaliste

Romaric Saint Aubert Crypto-journaliste

Biographie

Romaric est journaliste pour Cryptonaute. Après un passage en faculté de lettres modernes, il s’oriente dans un domaine tout à fait différent, tout en gardant l’œil rivé sur les crypto et l’actualité de l’époque. Il investit alors dans son premier actif numérique : le bitcoin (BTC).

Majoritairement intéressé par Bitcoin, il s’est diversifié plus tard en se penchant également sur le web3, les NFT, les crypto-monnaies et la fintech. Investisseur aguerri, il est capable de conseiller son entourage et ses lecteurs afin de les aider à prendre la bonne décision au bon moment. Son expérience au sein de l’écosystème crypto et sur la blockchain lui permettent de proposer une actualité précise et experte à ses lecteurs, tout en gardant un recul et une objectivité indispensable à son activité.

Romaric se rend régulièrement en conférence ou à divers événements crypto dans toute l'Europe, notamment aux conférences Bitcoin, au Zebu Live ou aux événements relatifs à la blockchain. Fasciné par ce secteur en plein développement, il aime découvrir de nouveaux projets, apprécie l’innovation, et se laisse porter par son enthousiasme et sa curiosité.

Expertise

  • Bitcoin
  • Cybersécurité
  • Régulation cryptos

Accomplissements

  • Révélé un cas rare de cyberfraude
  • Rencontre avec de nombreux innovateurs de l’industrie
  • Participe à la création d’une équipe dédiée de journalistes

Publications

Éducation

  • Université Polytechnique des Hauts-de-France

Autres

  • Carte de presse FIJ n°1385
  • Journaliste indépendant

Suivez Romaric sur Twitter | LinkedIn

Recevez toute l'actualité crypto en direct sur Telegram
Rejoignez notre groupe Telegram