ActualitésRegulation

Block.one (EOS) écope d’une amende de 24 millions de dollars

Le régulateur américain SEC a poursuivi l’entreprise Block.one pour avoir mené une ICO sans avoir, au préalable, enregistré l’offre. L’émetteur de la cryptomonnaie EOS a accepté de payer une amende de 24 millions de dollars.

 

Entre l’été 2017 et 2018, Block.one a réalisé la plus importante Initial Coin Offering (ICO) de l’histoire en levant près de 4 milliards de dollars pour sa pièce numérique EOS.

La Securities and Exchange Commission (SEC), l’équivalent de l’AMF en France, a annoncé que Block.one avait consenti à payer une amende de 24 millions de dollars pour ne pas avoir « enregistré son ICO en tant qu’offre au sens de la législation fédérale sur les valeurs mobilières ».

Block.one n’a pas fourni aux investisseurs ICO les informations auxquelles ils avaient droit en tant que participants à une offre de valeurs mobilières. La SEC reste déterminée à engager des poursuites judiciaires lorsque les investisseurs sont privés d’informations importantes dont ils ont besoin pour prendre des décisions d’investissement éclairées”, a commenté Steven Peikin, codirecteur de la SEC Division of Enforcement.

Sur son site web, Block.one a déclaré qu’il s’acquitterait de l’amende en puisant dans sa trésorerie, sans admettre ni nier les allégations du gendarme de la bourse américaine.

Fondée dans les îles Caïmans et basée à Hong Kong et aux États-Unis, la crypto-entreprise a expliqué que l’affaire « concernait spécifiquement le jeton ERC-20 vendu sur la blockchain Ethereum au cours de la période susmentionnée, qui n’est plus en circulation ou négocié, et ne nécessitera pas que le jeton soit enregistré en tant que valeur mobilière auprès de la SEC ».

“Le règlement résout tous les problèmes en cours entre Block.one et la SEC”, a-t-elle ajouté.

En juin 2018, la pièce numérique EOS a en effet quitté Ethereum pour basculer sur sa propre blockchain.

Cet été, Block.one a lancé Voice, une nouvelle plateforme de médias sociaux développée sur sa blockchain. Plus récemment, la société éditrice du logiciel EOSIO annonçait l’ouverture de nouveaux bureaux aux États-Unis.

D’après plusieurs médias spécialisés, le réseau EOS se heurte aujourd’hui à d’importants problèmes de gouvernance.

Commentaires

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*