Le minage de crypto-monnaies consommerait plus que l’extraction minière

D’après un rapport, le minage de Bitcoin ou d’Ethereum consommerait plus d’énergie que l’extraction de matières premières comme l’or ou le cuivre.

 

Une étude menée par Max J Krause et Thabet Tolaymat, deux scientifiques de l’institut américain Oak Ridge Institute for Science and Education, et publiée par Nature affirme que la quantité d’énergie utilisée pour miner des crypto-monnaies est en moyenne supérieure à celle consommée pour l’extraction de matières premières.

Les chercheurs ont analysé et estimé la quantité d’énergie consommée par Bitcoin, Ethereum, Litecoin et Monero – 4 crypto-monnaies utilisant le consensus Proof of Work (PoW) – entre janvier 2016 et juin 2018 pour générer un dollar américain, puis l’ont comparé à celle dépensée par l’extraction d’aluminium, cuivre, or, platine et métaux rares pour produire la même valeur.

D’après le document, les crypto-monnaies consomment respectivement 17, 7, 7, et 14 megajoules contre 122, 4, 5, 7 et 9 megajoules pour les matières premières citées plus haut afin de générer une valeur équivalente à 1$.

On remarque que la consommation est en moyenne plus élevée pour le minage de crypto-monnaies excepté face à l’extraction d’aluminium.

Le mois dernier, un rapport de l’Université d’Hawaï affirmait que si Bitcoin venait à être adopté à l’échelle mondiale, sa consommation énergétique produirait suffisamment d’émissions de CO2 pour faire grimper la température de 2 degrés Celsius d’ici 2048.

Toutefois, les mineurs se tournent de plus en plus vers des énergies vertes afin de réduire leur empreinte carbone sur la planète.

En outre, Bitcoin travaille afin d’optimiser son système – notamment avec le lightning network – et Ethereum envisage d’utiliser un consensus moins énergivore appelé Proof of Stake (PoS).