Auchan lance sa blockchain dédiée à la traçabilité alimentaire en France

Après des tests concluants au Vietnam, Auchan Retail a commencé à déployer sa solution blockchain dans plusieurs pays dont la France afin de proposer une traçabilité alimentaire renforcée à ses clients.

 

Contrairement à son concurrent Carrefour, Auchan n’a pas choisi de collaborer avec IBM et sa plateforme blockchain dédiée au suivi alimentaire IBM Food Trust.

Auchan a noué un partenariat avec la startup allemande Te-Food et déclaré que la blockchain permettait d’améliorer la traçabilité des produits tout au long de sa chaîne d’approvisionnement.

“De la graine à l’assiette, les consommateurs ont désormais accès aux informations de manière transparente sur toutes les étapes de la vie d’un produit. Une initiative collaborative garantissant la sécurité des aliments.” peut-on lire dans un communiqué d’Auchan Retail.

Auchan a expliqué que la blockchain était utilisée par tous les acteurs impliqués durant les différentes étapes de la vie des produits et que le client final pouvait consulter les données sur un produit en scannant un QR code.

Suite au succès de l’initiative à Hô-Chi-Minh-Ville au Vietnam, Auchan a décidé de déployer le système dans plusieurs pays dont la France, le Portugal, l’Espagne, l’Italie et le Sénégal.

Dans l’Hexagone, Auchan a indiqué que la blockchain serait dans un premier temps utilisée pour suivre les carottes bio puis d’autres produits tels que les pommes de terre et les poulets.

“Lorsque les carottes sont récoltées, elles sont séparées en lots basés sur les parcelles dont elles proviennent. Un QR code est ensuite imprimé sur l’emballage. Il contient toutes les données émises par les étiquettes RFID ainsi que des informations ajoutées par les différents acteurs de la chaîne d’approvisionnement. Les consommateurs peuvent consulter le QR code figurant sur l’emballage pour obtenir, en quelques secondes, toutes les informations relatives au produit stocké dans la blockchain.” a donné comme exemple le poids lourd de la grande distribution.

Récemment, Vitalik Buterin, le créateur d’Ethereum, déclarait à propos des “blockchain alimentaires” que celles-ci permettaient d’ajouter des garanties à celles déjà en possession du client mais que les blockchains ne fournissaient certainement pas une certification à 100%, surtout dans le monde réel.