ActualitésBlockchain

Les blockchains privées font le plein de développeurs depuis trois ans

Crédit : Pixabay

Les principaux protocoles de blockchains permisionnées (Besu, Corda, Fabric, MultiChain, Quorum et Sawtooth) attirent un nombre croissant de développeurs en raison du développement de projets de blockchains privées dans les entreprises.

 

Différents acteurs, comme ConsenSys, espèrent convaincre les entreprises d’adopter les réseaux blockchain publics ou favoriser l’interopérabilité entre blockchain privée et publique. Les sociétés continuent néanmoins à ce jour de privilégier des environnements privés pour leurs applications. Et plusieurs protocoles blockchain, comme Besu, Corda ou Quorum, le leur permettent.

Cette préférence des entreprises pour la blockchain privée s’observe au niveau de la hausse du nombre de développeurs impliqués dans le développement de ces protocoles open source. Selon une étude réalisée par Chainstack, le nombre de ces développeurs a été multiplié par 12 en l’espace de trois ans.

Des communautés blockchain plus dynamiques

Deux technologies s’imposent néanmoins parmi l’industrie blockchain, à savoir Fabric et Corda, qui « représentent une part importante de l’ensemble des activités », notamment en termes de contributions au code open source. Des différences notables persistent cependant.

Fabric, par exemple, dispose d’un réseau de développeurs beaucoup plus important qui interagit avec son dépôt à un degré bien moindre, tandis que Corda dispose de développeurs moins nombreux mais très actifs,” note Chainstack.

En effet, la communauté Hyperledger Fabric compte 17.561 contributeurs actifs, contre 5.678 pour Corda. En revanche, le nombre de contributions à Corda atteint 30.382 sur la période, soit près de trois fois plus que pour Fabric (12.439).

Contribution ne rime pas avec maturité ou adoption

Mais l’étude permet aussi de comprendre que la pérennité de certains protocoles de blockchains permissionnées n’est pas encore assurée. Sawtooth est par exemple marqué par un pic d’activité du 4e trimestre 2018 au premier trimestre 2019. Cette période est en revanche suivie par une forte diminution du nombre de développeurs et de leurs contributions au cours de l’année 2019.

Le développement de blockchain d’entreprise est encore un univers naissant et en pleine évolution dans le cadre plus large du développement de logiciels,” soulignent les auteurs de l’étude.

Ces derniers préviennent également que ces indicateurs d’activité des développeurs ne sont pas une garantie de maturité des technologies ou de leur adoption.

Les dernières news :

Commentaires

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*