L’université de Bahreïn va délivrer des diplômes enregistrés sur la blockchain

L’université de Bahreïn (UoF) se tourne vers la technologie Blockcerts et décernera des diplômes ancrés dans la blockchain.

 

D’après un communiqué, l’université de Bahreïn a noué un partenariat avec la startup Learning Machine et utilisera la technologie open source Blockcerts afin de distribuer des certificats d’études numériques enregistrés sur la blockchain.

“Nous sommes ravis d’être des pionniers dans l’utilisation de la blockchain dans la région MENA pour mieux servir nos étudiants. Ils disposeront de leur propre fichier numérique, ce qui signifie qu’ils n’auront pas à attendre pour prouver leur niveau d’étude à leur futur employeur. Ainsi, Bahreïn se positionne comme un pays avant-gardiste en matière de technologie.” a commenté Riyad Hamzah, président de l’université de Bahreïn.

Blockcerts est un standard ouvert permettant de créer, d’émettre, d’afficher et de vérifier des enregistrements numériques stockés sur une blockchain inviolable et partageable.

“La demande en enregistrements numériques sûrs et interopérables est en train d’exploser dans le monde entier. Nous sommes heureux de collaborer avec l’université de Bahreïn pour fournir à leurs élèves des certificats numériques qu’ils posséderont toute leur vie.” a ajouté Natalie Smolenski, directrice du développement commercial chez Learning Machine.

Ce n’est pas la première faculté à se tourner vers la blockchain pour l’enregistrement de diplômes. Cet été, le gouvernement maltais avait annoncé travailler en collaboration avec Learning Machine sur un projet-pilote similaire.

Le mois dernier, la SP Jain School of Global Management, une école de commerce indienne, a enregistré 1189 certificats sur la blockchain Ethereum.

> L’université de Tokyo lance un programme blockchain

> USA : 5 grandes universités auraient investi dans les crypto-monnaies